Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/36/d206324349/htdocs/site_org1G/config/ecran_securite.php on line 180
L'ère nucléaire à venir.... - Matière et Révolution
English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 02 - SCIENCES - SCIENCE > Géodynamique et climatologie de la Terre - Sauvegarde de la planète > L’ère nucléaire à venir....

L’ère nucléaire à venir....

vendredi 25 novembre 2011, par Max

Le débat entre le PS et les Verts est symptomatique. Si la droite sarkozyste défend le nucléaire à mort (c’est le cas de le dire !), la gauche a fait la démonstration de sa soumission aux trust du nucléaire. Il a suffi d’une nuit et d’un coup de fil de la direction d’Areva pour que le PS retire ses engagements signés avec les Verts et revienne en arrière sur le MOX, ce combustible nucléaire si dangereux qui a été particulièrement mis en cause à Fukushima !!! Eh bien, cela n’a pas suffi pour que les Verts se retirent de l’accord. Il faut dire qu’ils avaient beaucoup à y perdre : argent et postes... Voilà qui en dit long sur les uns et les autres. Eva Joly a mal digéré la couleuvre, mais elle a fini par l’avaler... Il n’y avait pas d’illusions à avoir : les Verts ont déjà gouverné et les affaires d’Etat ne leur font pas horreur. Dominique Voynet n’avait-elle pas signé le rapport Quilès selon lequel la France est blanche au Rwanda ?

Il faut dire que ses déclarations précédentes ne préparaient pas Eva Joly à prendre le tournant. "J’affirme solennellement, tranquillement, fermement, qu’il n’y aura pas d’accord avec les socialistes si nous n’avons pas l’arrêt du chantier de Flamanville. Il n’y a pas de plan B", a déclaré Eva Joly lors du journal de 13 heures sur TF1. Si aucun accord n’est trouvé, "je porterai toute seule toutes les revendications de sortie du nucléaire et tout le programme écologiste et, j’espère, jusqu’au deuxième tour", a ajouté l’ancienne magistrate.

La sécurité des centrales nucléaires en France de plus en plus remise en question

Alors que le Président de la République, porte-parole et VRP du lobby nucléaire, vient parader sur le site du Tricastin, le Collectif Antinucléaire de Vaucluse rappelle qu’il n’y a pas d’avenir pour la destruction atomique ni en Provence, ni en France ni dans le monde. L’avenir de la filière nucléaire et des emplois repose, sans attendre, sur le démantèlement des installations qui seul garantie la survie des provençaux, des territoires, de la santé.

7000 habitant-e-s de Provence ont signé une pétition exigeant la fermeture des 4 réacteurs nucléaires du Tricastin, tous ayant dépassés l’âge des 30ans fixé lors de leur mise en service. Situés sur une faille sismique ils menacent au quotidien la vie en Provence et donc toute possibilité d’existence et de développement. Tout comme les installations nucléaires civiles et militaires de Cadarache et de Marcoule.

La venue du Président de la République au cœur du « triangle de la mort » est une véritable provocation au moment ou le nucléaire craque de toute part, contamine au quotidien les citoyen-e-s, la chaîne alimentaire, le Rhône ; et l’hôpital d’Avignon n’a jamais accueilli autant d’habitant-e-s victimes de leucémies en hausse constante. Plus de 200 incidents nucléaires ont été recensés en 2010 en Provence, et les nucléocrates scientistes obscurantistes et dogmatiques ne pensent qu’à une chose : faire perdurer leur pompe à profit en précarisant l’emploi et licenciant les salariés.

L’appareil d’Etat, les administrations sont gangrénés par le lobby du nucléaire qui a placé à tous les postes clefs ses agents. Les élus locaux et régionaux intoxiqués et soudoyés refusent d’honorer leur responsabilités et la loi qui leur font obligation de protéger les populations. Leur irresponsabilité est inadmissible et coupable, complice d’un crime en bande organisée.

La santé, la survie et l’emploi passent par l’arrêt immédiat du nucléaire et le démantèlement des installations qui garantira la vie et procurera du travail au moins à deux générations, nécessitera des formations complémentaires de haut niveau, permettra de placer notre région et notre pays à la pointe de l’expertise mondiale en démantèlement et reconversion de sites. Après avoir assumée un rôle de mort sur la planète avec la destruction atomique, il est grand temps que la France assure une mission de paix et de coopération au bénéfice de tous les peuples. Il y a urgence, il n’est pas envisageable et réaliste d’attendre 10, 20 ou 30 ans. Nous refusons la terreur nucléaire, la sacralisation de la mort, les atteintes à notre santé et à celles de nos enfants, de servir de cobaye aux criminels de l’atome.

Tchernobyl – Fukushima – Provence – France : même ennemi, même combat ! Arrêt immédiat du nucléaire civil et militaire.

Collectif antinucléaire de Vaucluse / CAN84

Collectifantinucleaire84@hotmail.fr

Le VRP du nucléaire, Sarkozy, vient nous provoquer ce vendredi 25 novembre au Tricastin, après sa venue sur Avignon, la semaine passée où Gendarme et RG nous ont empêché de nous exprimer et de déployer notre banderole. Rendons-lui la monnaie de sa pièce :

Rassemblement le vendredi 25 novembre à 10h devant Tricastin pour l’arrêt immédiat et inconditionnel du nucléaire civil et militaire. Rendez vous 9h30 devant la mairie de LAPALUD (84)

Départ en co-voiturage pour ceux qui le souhaite
- à partir d’Avignon à 8h30au Parking des Italiens
- à partir de Carpentras à 8h30 devant le Crédit Mutuel avenue de Mazan ( nous contacter par mail pour nous indiquer votre participation sur place ou au départ de co-voiturage)

Essayez d’imprimer en un maximum d’exemplaires le tract ci-joint, nous le distribuerons sur place et éventuellement dans les villes voisines

contact : Jean 06 60 76 04 03 // Victor 06 03 03 63 75

le CAN84

Une émission de radio de Daniel Mermet, "Il ne s’est rien passé à Tricastin"

Contamination des populations européennes : l’iode radioactif est le signe d’un événement nucléaire en cours

Nous entendons depuis 2 jours que dans le Nord de la France et plusieurs pays européen, les balises de surveillance ont détectées une présence "anormale" de particules radioactives d’iode 131.

Mais comme pour l’explosion du four à fusion des dechets "faiblement radioactifs" de Marcoule, l’Etat par la voix de l’IRSN nous dit que rien n’est dangereux pour la santé vu les faibles doses enregistrée.

Marcoule a finalement révélé une "erreur de mesure" de cette institut chargé de la protection des populations contre les rayons ionisants, et donc de la surveillance des sites nucléaires sur le territoire Français, mais aussi à l’étranger comme au Japon ou elle est intervenue au nom des intérêts communs franco-japonais. (Areva fournit le combustible MOX par exemple)

La radioactivité a été sous estimée d’au moins 500 fois au moment des annonces qui étaient censées nous rassurer.

La CRIIRAD (qui a ses propres balises de détection) a porté plainte et dénonce le refus de l’Etat, EDF, Areva et le sous traitant, de communiquer sur la nature des déchets incinérés dans le four au moment de l’explosion.

Hier 16 novembre 2011, cela fait 5 jours que l’Etat cherche à nouveau à rassurer et a noyer cette présence de particules radioactives qui n’a pas été révélée par la France mais par l’UKRAINE en premier !

Les normes existantes en matière de seuil de dangerosité, sont des normes à "géométrie variable", terme utilisé non pas par les anti nucléaires, mais par la revue Sciences et Avenir, qu on ne peut pas soupçonner de chercher trop la vérité sur les catastrophes en cours. Voir cette article http://resosol.org/InfoNuc/document...

Les articles ci dessous eux sont militants et posent plus de questions qu’ils ne donnent de réponses.

Iode radioactif sur l’Europe : évènement nucléaire en cours ? (fukushima.over-blog.fr) :

Il y a une imprécision dans l’article qui ouvre le dossier : l’iode 131 n’a pas une durée de vie de 8 jours, mais une "demi-vie" de 8 jours, ce qui signifie qu’au bout de 8 jours il n’en reste que la moitié... mais au bout de 16 jours il en reste un quart, et au bout de 32 jours il en reste un huitième, etc. Autrement dit, un faible taux aujourd’hui peut très bien vouloir dire que ce sont les restes d’une émission 30 fois plus importante mais datant d’il y a 4 mois... (Jacques Caplat - Agir Pour l’Environnement)

La nouvelle d’un nouveau nuage radioactif sur la France a désormais fait le tour de toutes les rédactions et de tous les sites d’information, pour annoncer… qu’on ne savait toujours rien de plus ! On appréciera en passant l’inquiétude franco-française des médias qui ne s’expriment que le 15 novembre en écho du communiqué de l’IRSN alors qu’il aurait été plus raisonnable de sonner le clairon dès le 11 novembre… vu la grande radio-toxicité de l’iode-131.

Pour résumer, ce sont désormais 13 pays qui ont reconnu avoir détecté un taux d’iode-131 supérieur à la normale : l’Allemagne, l’Autriche, la Croatie, le Danemark, la France, la Hongrie, la Pologne, la République tchèque, la Russie, la Slovaquie, la Slovénie, la Suède, et l’Ukraine. Ils représentent une superficie d’environ 6 millions de km².

Vu l’étendue de la pollution, il est certain que la source ne doit pas être minime puisque la radioactivité de l’iode décroît assez rapidement (cet élément perd la moitié de sa radioactivité en 8 jours). Quelle sont les installations nucléaires qui pourraient aujourd’hui être responsables d’une telle pollution ?

1) un réacteur nucléaire en activité : nous avons le choix en Europe qui est la région du monde la plus nucléarisée avec ses 82 centrales et 159 réacteurs en activité

2) un laboratoire nucléaire destiné à la production de radio-isotopes médicaux. Des fuites ont déjà eu lieu, par exemple à celui de Fleurus (IRE) en Belgique en 2008. Le gouvernement belge avait averti les riverains des risques de contamination nucléaire après une fuite d’iode-131. L’incident avait été classé "niveau 3" (accident évité de peu). L’objet de ce genre de labo vise à isoler et purifier les radio-isotopes utiles à la médecine nucléaire. La matière première provient de réacteurs de recherche, par exemple en Belgique à Mol, en France, aux Pays-Bas, en Russie (Rosatom), en Pologne (réacteur Maria) ou encore en République tchèque.

3) un réacteur arrêté suite à une explosion : deux candidats potentiels, Tchernobyl et Fukushima Daiichi. Ces deux sites ont la particularité de contenir des coriums constitués de tonnes de combustible fondu qui peuvent faire l’objet de reprises de criticité. Celui de Tchernobyl est encore chaud, 25 ans après la catastrophe, et il est surveillé de manière continue car sa capacité de nuire est encore immense (voir l’article de l’AIPRI à ce sujet : Tchernobyl ne nous oublie pas). Celui, ou plutôt ceux de Fukushima Daiichi, sont encore très actifs et Tepco estime que la centrale rejette encore 100 millions de becquerels par heure.

Selon le Sunday Times, l’Ukraine la première a détecté des traces d’iode entre le 10 et le 20 octobre, et la Pologne entre le 17 et le 24 octobre. La Bulgarie dit ne pas avoir remarqué de taux anormaux. Enfin, la République tchèque assure que l’iode ne peut pas provenir d’une centrale nucléaire car les autres éléments radioactifs n’ont pas été détectés.

Etant donné le danger sanitaire que représente la diffusion d’iode radioactif dans l’air, il est urgent que les autorités nucléaires de sûreté déterminent la source de la pollution, afin de prendre toutes les mesures de précaution pour les populations vivant à proximité de l’installation défectueuse.

Iode radioactif sur l’Europe : évènement nucléaire en cours ?

Au fur et à mesure que la nouvelle se répand, les choses commencent à bouger…

On apprenait ce matin que de nouveaux pays étaient concernés par la pollution à l’iode-131 : d’après le site Zero Hedge, le Danemark et la Russie font désormais partie de la liste, ce qui portait à 12 le nombre de pays impliqués. Ca commence à faire beaucoup !

Et surprise à 11h55 ? mais est-ce une surprise pour la France avec l’antécédent de 1986 ? ? le site du Monde annonce que l’Hexagone est également touché par le nuage radioactif !

Il s’appuie pour cela sur la publication d’une note de l’IRSN toute fraîche sortie, qui fait le point sur des analyses faites la semaine dernière. Ce qui est très surprenant, c’est que cet organisme dit avoir été informé « de façon informelle à travers les réseaux scientifiques dont il est membre ». Ce qui signifie que l’AIEA, au courant de la pollution depuis plusieurs semaines, n’a pas estimé utile d’alerter les services nationaux compétents de tous les pays européens. Ce manque de réactivité est très grave, car il veut dire clairement que pour l’AIEA, un incident nucléaire, ce n’est pas si grave que cela, et que l’enquête qu’elle était censée faire de manière rapide dans un souci de protection des populations n’a pas été menée sérieusement. A vrai dire, ce n’est pas étonnant, car il faut bien savoir que cette structure internationale n’a pas vraiment pour objet le bien-être des populations mais principalement le développement de l’utilisation l’énergie nucléaire (Article 3 de ses statuts).

Revenons à l’analyse faite par l’IRSN : cet organisme a engagé en France des analyses par spectrométrie gamma sur des prélèvements d’aérosols et d’iode sous forme gazeuse pour y rechercher la présence éventuelle d’iode-131. Les analyses ont été effectuées par le laboratoire de mesure de la radioactivité de l’environnement d’Orsay et dans celui du Vésinet.

Les valeurs significatives relevées par l’IRSN sont les suivantes :

Bure (55) : 0,79 µBq/m3 +/- 0,22

Charleville-Mézières (08) : 5,7 µBq/m3 +/- 1,9

Orsay (91) : 4,9 µBq/m3 +/- 1,4

Le Vésinet (78) : 12 µBq/m3 +/- 6

L’IRSN précise que la présence d’iode-131 dans l’air, qui est tout à fait inhabituelle à cette échelle du territoire national, indique l’existence de rejets radioactifs anormaux dans l’atmosphère dont l’activité la plus marquée en France se situe entre le 7 et le 10 novembre. L’IRSN, comme l’AIEA, rejettent l’hypothèse que ces taux anormaux d’iode-131 puissent trouver leur origine à l’ex-centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. Le possible évènement de reprise de criticité de Fukushima annoncé par Tepco le 3 novembre a pourtant été mis à la connaissance de tous, et l’arrivée d’iode-131 sur l’Europe une semaine plus tard pourrait bien avoir un lien avec cet épisode que l’industrie nucléaire a voulu rapidement étouffer. Il reste à nos yeux une hypothèse plausible. En mars, le nuage radioactif de Fukushima avait bien atteint la France à compter du 27 mars, soit 15 jours après l’explosion du réacteur 1. Avec un même régime des vents et une réaction moindre qui aurait diffusé moins de radionucléides qu’une explosion, il est tout à fait possible que cette pollution provienne de Fukushima. En effet, la pollution n’a jamais cessé depuis le 12 mars 2011, et l’hémisphère nord est désormais couvert d’un vaste nuage radioactif permanent. Or, tant qu’il ne pleut pas, les gaz et les aérosols radioactifs restent en suspensions dans l’atmosphère et se cumulent, ils ne disparaissent jamais.

Pollution de l’hémisphère nord par Fukushima en mai 2011

Afin de déterminer la source, l’IRSN réalise actuellement des calculs de rétro-trajectoires pour tenter de localiser la provenance des masses d’air ayant transporté l’iode 131 détecté. Nous attendons avec impatience les résultats de cette recherche.

Pour mémoire, les niveaux en iode 131 mesurés en France après l’accident de Fukushima avaient atteint quelques milliBecquerels par m3 d’air (voir le bulletin du 10 juin 2011), soit plus de 100 fois les valeurs mesurées actuellement.

Pour ceux qui douteraient que l’atmosphère est constamment polluée par la radioactivité, voici une animation très parlante réalisée par Marian Steinbach à partir des relevés de 1750 compteurs Geiger de son pays du 14 juin au 25 octobre 2011. Marian a eu l’idée géniale de transformer les chiffres en des points de différentes intensités sur la carte, ce qui a pour effet de visualiser l’invisible, les radionucléides se déplaçant dans l’air comme le vent dans un champ de blé.


Le mystère demeure. Pas de nouveau communiqué de l’AIEA.

Selon un article de MailOnline, la France, la Grande Bretagne, l’Espagne, la Russie, l’Ukraine, la Finlande, la Suisse, la Pologne et la Norvège n’ont pas remarqué d’augmentation du taux d’iode dans l’atmosphère.

Les mentions de l’Ukraine et de la Pologne sont étranges car l’article de l’Associated Press of Pakistan les mentionne comme ayant relevé un taux anormal d’iode : « Higher radiation levels were detected in Poland and Ukraine even before October 19 ». Cette anomalie nous rapproche de l’ex-centrale nucléaire de Tchernobyl. Le Pakistan, qui ne fait pas partie de l’Europe, ne prend pas de gants pour parler de ce qu’il sait. Alors que les pays européens se serrent les coudes sous le traité Euratom qui a été l’acte fondateur de l’Europe le 25 mars 1957. Tandis que l’industrie nucléaire a du mal à se remettre de la catastrophe de Fukushima, une reprise de criticité dans le corium de Tchernobyl ferait un des plus mauvais effets pour essayer de redorer l’image du nucléaire en Europe.

Selon un article du 14 novembre du site Decoded Science, la Suède est à ajouter à la liste des pays européens qui ont remarqué cette hausse d’iode-131, ce qui porte à 10 le nombre de pays concernés, représentant une surface de 2 millions de km² : l’Allemagne, l’Autriche, la Croatie, la Hongrie, la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie, la Slovénie, la Suède, et l’Ukraine.

Des hypothèses supplémentaires ont été émises ici ou là : sous-marin atomique, radiations cosmiques de la nébuleuse de la Tarentule, guerre de Lybie, excréments de patients soignés à l’iode-131… Oui vous avez bien lu ! Le Professeur Malcolm Sperrin, directeur de la physique médicale à l’hôpital de Grande-Bretagne du Royal Berkshire, après avoir écarté tout lien avec Fukushima, a déclaré : « It is far more likely that the iodine may be as a result of excretion by patients undergoing medical treatment. »

Donc résumons : 2 millions de km² pollués par de l’iode-131, certes très faiblement, mais aussi très durablement (depuis 4 semaines maintenant). Tous les pays concernés se renvoient la balle : personne n’est responsable, aucune installation nucléaire ne déclare de fuite, d’incident, ou d’accident.

L’AIEA informe, puis se tait. Elle enquête. Elle prend son temps. Si elle met deux mois pour envoyer des experts comme pour Fukushima, il faudra encore attendre un moment avant d’avoir du nouveau ! Le temps de réparer la fuite et de classer cette affaire sans suite

Des traces d’iode radioactif ont été détectées partout en Europe, y compris en France. Présent depuis la mi-octobre, cet iode signale un événement nucléaire récent, voire encore d’actualité. Son origine inconnue pose de lourdes questions quant à la sécurité des installations nucléaires. Cet iode 131 révèle peut-être aussi que la centrale de Fukushima est totalement hors contrôle.

Iode 131 détecté partout en Europe

Des traces d’iode radioactif sont détectées depuis quelques semaines partout en Europe. Le premier pays à avoir signalé publiquement la présence d’iode 131 dans l’air ambiant fut la République Tchèque. Mais d’autres pays avaient déjà alerté l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), notamment l’Autriche et la Hongrie. Très vite, la Pologne, la Slovaquie, l’Allemagne, la Norvège, le Danemark et la Russie confirmèrent la présence d’iode radioactif sur leur territoire. Enfin, on sait depuis hier que la France est aussi concernée par ce nuage radioactif d’iode 131.

Un nuage radioactif sans risque pour la santé ???

Si la présence d’iode 131 dans l’air ambiant amène de nombreuses questions, l’AIEA et l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sureté Nucléaire) affirment qu’il n’y a pour l’instant aucun danger. En effet, les doses considérées sont tellement infimes qu’elles ne mettraient pas en danger la santé des personnes, même sur une longue période.

Iode 131, signe d’un événement nucléaire en cours

Là où la présence d’iode 131 inquiète vraiment, c’est qu’elle signale un événement nucléaire récent et peut être encore en cours. En effet, la durée de vie des particules d’iode 131 est particulièrement brève : demi-vie de 8 jours (perte de la moitié de l’activité radioactive en 8 jours). Si on en trouve aujourd’hui, c’est donc forcément qu’un incident ou un accident nucléaire en a relâché très récemment. Et en relâche peut-être encore… Sans compter que cet événement s’inscrit dans la durée puisque, rien qu’en France, les traces d’iode 131 sont détectables depuis le 19 octobre…

Origine du nuage radioactif inconnue

L’AIEA, pourtant chargée de contrôler l’utilisation des matières nucléaires, n’a toujours pas désigné le responsable de cette contamination. Elle déclare ne pas en connaître l’origine, ce qui est particulièrement inquiétant. Mais on peut légitimement douter de ce que dit l’AIEA et considérer que l’agence préfère se taire. Et ce silence inquiète aussi... De nombreuses pistes ont dès lors été évoquées. On parle d’un problème sur une usine de production de traitement médical (l’iode 131 est utilisé en médecine), sur un réacteur de recherche ou sur une centrale nucléaire. La mise en commun des données par les différents pays devrait permettre de reconstituer le mouvement du nuage d’iode 131 et de remonter à sa source.

La piste de Fukushima ne peut pas être écartée

Mais la piste la plus sérieuse reste évidemment l’accident en cours à la centrale nucléaire de Fukushima, au Japon. En effet, après les explosions de mars dernier, des particules radioactives ont survolées la planète et de l’iode 131 a été détecté en France. Aujourd’hui, cet iode a probablement entièrement disparu. Cependant, de nombreux témoignages évoquent une reprise de criticité (réaction de fission nucléaire incontrôlée) à Fukushima. Dans un premier temps, le réacteur 2 fut surveillé de près, mais il existe aujourd’hui des doutes sur le 3. Des sources japonaises ont aussi évoqué de sérieux problèmes sur les réacteurs 5 et 6, que l’on croyait jusque-là épargnés. Or, si les combustibles fondus (corium) sont en fort épisode de criticité, ils rejettent forcément de l’iode 131 dans l’atmosphère. La promptitude des autorités à discréditer la piste de Fukushima pose évidemment question

Bruno Chareyron est ingénieur en physique nucléaire, responsable du laboratoire de la Criirad, une association créée en 1986 après l’accident de Tchernobyl.

Pourquoi la Criirad a-t-elle lancé une alerte, à la suite de l’INRS, sur la présence d’iode radioactif ?

>> Nous n’avons pas voulu lancer d’alerte, mais nous avons simplement mis à jour les informations de notre site Internet sur la radioactivité dans la vallée du Rhône (une localisation liée historiquement à la détection des effets de Tchernobyl, dans laquelle la Criirad joue un rôle important ndlr). Depuis le 12 novembre, nous actualisons régulièrement ces données. Sur nos cinq balises sur place, nous n’avons pas évalué de présence d’iode 131 radioactif. Dans la limite de détection des balises : si on regarde les mesures de Pologne publiées par l’INRS, ce n’est pas étonnant, car on détecte des microbecquerels.

Cette radioactivité est donc trop faible pour présenter un danger ? >> Pour l’instant, on peut être rassurant : même si ce phénomène durait depuis des mois cela n’aurait pas de conséquence. À titre de comparaison, les niveaux sont au moins 100 fois inférieurs à ce qui était mesuré en France au moment de Fukushima. On parlait alors en millibecquerels, pas en microbecquerels. Mais on reste vigilant, tant qu’on ne sait pas d’où ça vient, on ne sait pas si la situation s’est normalisée.

Pour l’instant, des conséquences sur la santé sont écartées. Faut-il néanmoins s’inquiéter ?

>> Cet incident a démarré entre le 17 et le 24 octobre en Pologne. Trois semaines plus tard, on ne sait toujours pas ce qui s’est passé, l’AIEA n’est pas capable de dire d’où ça vient, dans quelle industrie ces rejets ont été faits. Ce qui est relativement insupportable, c’est qu’il existe un réseau de surveillance international, appelé TICEN, qui regroupe des mesures très pointues, mais qui ne sont pas publiques. Par le passé, nous avons déjà demandé ces données au CEA (Commissariat à l’énergie atomique) mais ils n’ont pas souhaité nous les montrer. Ce genre de données aurait été très utile pour mesurer les effets de Fukushima en France et dans le monde. Sur notre site Internet, une pétition regroupe déjà 84 000 personnes pour que cette opacité cesse.

Si le coupable de ces rejets ne se dénonce pas, pourrait-on remonter à lui en étudiant la météo ? >> C’est possible techniquement, cela demande de poser ensemble les données dans l’air, combinées : tant de microBecquerels en tel lieu, tant en un autre... Les données météorologiques sont connues, et en couplant toutes ces données on peut y arriver. L’IRSN est en train de travailler sur cette reconstitution.

L’accident de Fukushima est venu comme un révélateur :

qu’avons-nous appris de Tchernobyl et "ces leçons" ont-elles été utilisées pour Fukushima ? La réponse est négative pour des raisons qu’il serait trop long de tirer ici mais qui sont déductibles du texte joint. D’ailleurs, nous pouvons d’ores et déjà dire que Fukushima est en grande partie une répétition de Tchernobyl, même si techniquement, factuellement, politiquement, économiquement, les conditions sont différentes.

Mais reste un point commun capital : la biosphère et les populations seront aussi touchées quelle que soit la partie du monde où le prochain accident grave se produira. Seule l’orientation des vents et des pluies feront la différence. Autrement dit les autorités privées et publiques seront amenées à mentir autant qu’elles mentent encore sur Tchernobyl et Fukushima.

Or si nous sommes, nous citoyens français, parmi les plus exposés au monde, vous l’êtes également ainsi que la polulation des USA. C’est en lisant l’article de Gentile que j’ai eu envie de vous envoyer cet article encore inédit en France. Et aussi pour jeter un pont sur l’Atlantique (un des sites les plus sérieux sur le nucléaire est celui d’Arnie Gundersen sur Fairewinds.com).

Jean-Marc Royer

Il fût et il reste très difficile de se faire une idée de ce que représente Tchernobyl, tant parce que l’évènement a surpris toutes nos représentations habituelles de la catastrophe que parce la vérité met de très nombreuses années à se frayer un chemin dans le nucléaire, c’est une constante depuis Hiroshima. Les nuages radioactifs n’ayant pas le bon goût de s’arrêter aux frontières, les responsabilités internationales des États nucléaires sont à l’évidence mises en jeu, elles sont énormes, ils le savent.

En effet, ce sont plus de 2 000 explosions, dont certaines équivalaient à 50 fois celles du Japon qui ont eu lieu, sans parler des ratés et des dizaines d’accidents dont les premiers connus datent de l’automne 1957 à Windscale (UK) et Maïak (URSS). Mais qui en connaît les conséquences ? Aucune enquête épidémiologique internationale digne de ce nom n’ayant été diligentée à ce propos, un comité européen sur les risques de radiations (CERR) [1] a étudié, à la demande des députés verts, et confirmé, l’impact de l’activité atomique depuis 65 ans sur les populations mondiales, ce dont on pouvait se douter étant donné qu’on en retrouve les traces, années après années, jusque dans les glaces du Pôle Sud [2].

Les enjeux sont tellement grands que les effets pathologiques de toutes ces contaminations à petites doses au long cours sont farouchement niés par tous les pays et les organisations intergouvernementales dans un bel ensemble. L’omerta, y compris médiatique, est à la mesure du problème. C’est pourquoi ceux qui travaillent à l’émergence de ces vérités qui dérangent si fort de si nombreux acteurs ont droit à notre profond respect. La grande majorité des informations qui suivent sont extraites du livre d’Alexeï V. Yablokov, Vassili B. Nesterenko, Alexeï V. Nesterenko, « Tchernobyl, conséquences de la catastrophe pour l’homme et la nature », annales N°1181 de l’académie des sciences de New York [3] 2 et dont le choix des textes traduits en français sont dus à Wladimir Tchertkoff avec la collaboration de Lisa Mouravieff.

Irradiation et multi contaminations « à rebonds » imprévisibles. Tout comme le 6 août 1945, le 26 avril 1986 est une date historique pour l’ensemble de l’humanité. Pour s’en faire une idée, il faut brosser à grands traits le tableau des irradiations, des contaminations et de leurs conséquences sur le long terme. En explosant, le réacteur N°4 de la centrale Lénine de Tchernobyl n’a pas seulement rejeté des gaz et des aérosols divers issus de la désintégration atomique du combustible comme le ferait une bombe, mais également « des particules chaudes solides » de combustible : ce sont des morceaux de toutes tailles qui, combinés avec d’autres radionucléides, sont retombés sur le site ou à proximité de la centrale.

Au moment de l’accident, l’activité de certaines « particules chaudes » atteignait 10 à 12 mille becquerels, ce qui pouvait provoquer la mort en quelques heures. Par la suite, des « particules chaudes liquides » se sont également formées dans le sol à la suite des pluies. Lorsque ces particules pénètrent dans l’organisme à travers la peau, l’eau et l’alimentation ingérés ou l’air inhalé, elles produisent, même longtemps après leur émission, des doses élevées d’irradiation. Dès les débuts du cataclysme, les irradiations sont donc violentes, multiples, complexes et pérennes quelle que soit la distance de l’accident, c’est une des particularités de Tchernobyl par rapport aux bombardements de 1945. Cette remarque est importante pour la compréhension de la suite et des suites de cet accident.

Dans le documentaire « La bataille de Tchernobyl » on peut voir des réservistes, bardés de plaques de plomb attachées avec de la ficelle (on dirait de grands enfants se prêtant à des jeux de rencontres moyenâgeuses comme il en existe sur Internet), qui enlèvent ces « particules chaudes solides » hautement radioactives du toit d’un bâtiment, pour les balancer en contrebas, à concurrence de deux pelletées maximum par personne, avant de décamper rapidement, conformément à l’ordre qu’ils ont reçu afin de préserver leurs chances de survie.

Depuis le jour de la catastrophe, les irradiations sont peu à peu supplantées par des contaminations de long terme, mais la situation radiologique évolue d’une manière que personne ne pouvait prédire. En effet, suite aux processus de désintégration du plutonium-241, la formation naturelle de l’américium-241, puissant émetteur de rayons gamma, va constituer un aspect important de la contamination de nombreux territoires distants, jusqu’à un millier de kilomètres. À cause de cette désintégration progressive, les territoires dont le niveau des rayonnements gamma était faible, sont devenus à nouveau dangereux.

Par ailleurs, il y a eu une forte redistribution des radionucléides dans les écosystèmes du fait de leur concentration par les organismes vivants et de leur migration, après quelques années, dans les parties du sol où plongent les racines : ces radionucléides deviennent alors de plus en plus accessibles pour les végétaux qui les reportent pour la deuxième fois à la surface du sol. C’est l’une des causes de l’expansion et de l’aggravation de la morbidité et de la mortalité atomique dans les territoires contaminés.

D’après les données existantes relatives à l’action des radionucléides incorporés sur la santé, à partir de 50 Bq/kg d’accumulation du césium-137 dans l’organisme de l’enfant (70-75 Bq/kg pour les adultes), des altérations pathologiques peuvent apparaître dans les systèmes vitaux (cardio-vasculaire, nerveux, endocrinien, immunitaire), dans les reins, le foie, les yeux et les autres organes :  La glande thyroïde concentre jusqu’à 40% de la quantité totale des radionucléides d’iode chez les adultes et jusqu’à 70% chez les enfants. L’hypophyse aussi la concentre considérablement (de 5 à 12 fois). Du fait que tous les autres organes de la sécrétion interne (glandes parathyroïdiennes, épiphyse, pancréas et glandes surrénales) sont étroitement liés dans l’équilibre hormonal, la contamination radiologique de Tchernobyl a influé sur le fonctionnement de tous les organes du système endocrinien. L’effondrement de la fonction hormonale du thymus joue le rôle principal dans le développement de la pathologie du système immunitaire.

 Les maladies des organes circulatoires sont l’une des causes principales d’invalidité et de mort des « liquidateurs ».  Le vieillissement accéléré provoqué par la catastrophe de Tchernobyl a déjà touché des centaines de milliers de personnes et en touchera des millions dans le futur.

Par ailleurs, dans le documentaire déjà cité, de nombreuses personnes parlent du goût de plomb qu’elles avaient en permanence dans la bouche durant les évènements. Et en effet, entre 2400 et 6720 tonnes de plomb ont été déversées au cours des opérations d’extinction. Pendant les quelques jours qui ont suivi, une partie importante de ce plomb a été rejetée dans l’atmosphère suite à sa fusion, à son ébullition et à sa sublimation dans l’incendie du réacteur. C’est pourquoi le saturnisme est devenu une des pathologies importantes de Tchernobyl.

De plus, les conséquences génétiques de la catastrophe de Tchernobyl, en ajoutant de nouvelles atteintes, toucheront pendant des siècles des centaines de millions de personnes, parmi lesquelles :  celles qui ont subi le premier choc radiologique (irradiation externe forte et brutale), parce que la quantité des radionucléides rejetés par la Catastrophe dans la biosphère fût des milliers de fois supérieure, et bien plus virulente que celle d’Hiroshima ;  celles qui vivent, et vivront pendant les 300 ans à venir dans les territoires contaminés par le strontium-90 et le césium-137 ou qui vivront dans les territoires contaminés par le plutonium et l’américium pendant des milliers d’années,  les enfants des géniteurs irradiés pendant des générations, où qu’ils vivent par la suite.

Le Secret, la falsification officielle sans retour des statistiques en ex URSS, l’absence d’une statistique fiable en Ukraine, au Bélarus, la volonté des structures gouvernementales et de l’industrie atomique, ainsi que des principales organisations intergouvernementales (CIPR, AIEA et OMS) de minimiser les conséquences de Tchernobyl sont légion, en voici quelques exemples.

Dans aucuns des livrets militaires des 60 000 militaires en service qui ont participé aux travaux de « liquidation », n’a été enregistré le dépassement de la norme de 25 rœntgens, alors en vigueur. Mais l’examen clinique de 1100 militaires liquidateurs a révélé chez 37% d’entre eux les symptômes hématologiques de la maladie des rayons qui indique que ces personnes ont reçu à l’évidence plus de 25 rœntgens.

D’autre part, Vingt et un ans après la Catastrophe, les observateurs des mystérieux vols d’avions et les « pluies noires » qui s’en sont suivies à partir du 1er mai ont commencé à parler ; les pilotes militaires aussi, qui pulvérisaient réellement de l’iodure d’argent pour déclencher ces pluies et empêcher ainsi qu’une dangereuse contamination radioactive n’arrive sur les territoires densément peuplés de Voronej, Nijni Novgorod et … de la place rouge à Moscou. La médecine officielle n’a commencé à reconnaître la fréquence de la cataracte « tchernobylienne » que 8 ou 9 ans après que la chose ait été découverte. Même chose en ce qui concerne le cancer de la thyroïde, la leucémie et l’affection du système nerveux central. Cette façon de faire traîner la reconnaissance de l’évidence (et la prise des décisions nécessaires pour en minimiser les effets) restera sur la conscience de ceux pour qui les intérêts de l’industrie atomique sont plus importants que l’aide aux millions de victimes.

Les autorités soviétiques ont non seulement officiellement interdit aux médecins de faire le lien entre les maladies et l’irradiation mais elles ont de plus classé « secrets » tous les matériaux concernant Tchernobyl. Des années après, lorsqu’il est devenu impossible de cacher la manifestation évidente de la hausse de la morbidité, on a tenté d’expliquer cette hausse par les conséquences d’un stress national généralisé et une psychologie de très bas étage (phobie de la radioactivité !), alors que la psychologie n’a jamais été la préoccupation majeure des organisations soviétiques ou internationales en question.

Hors des frontières de l’ex URSS, on a entrepris de cacher les informations sur la morbidité grandissante des populations directement ou indirectement touchées par les retombées de Tchernobyl : il n’y a pas de données instrumentales disponibles de la contamination de tous les pays d’Europe par tous les radionucléides de Tchernobyl, et désormais il n’y en aura plus jamais. S’appuyant sur ce manque, le rapport de l’AIEA/OMS « Forum Tchernobyl » (2005) ne discute que des données concernant les territoires du Bélarus, de l’Ukraine et de la Russie Européenne, passant sous silence la contamination des autres pays européens.

Dans le même ordre d’idée, même si la densité actuelle de la contamination n’est pas actuellement élevée dans un territoire, l’énorme contamination des premiers jours et des semaines qui ont suivi la catastrophe - on sait par reconstruction que dans certains territoires l’activité des retombées radioactives dépassait 10 000 fois les niveaux du fond naturel - ainsi que la faible contamination persistante pendant des décennies, a pu causer et causera une influence considérable sur la santé des habitants et de l’environnement. Les déclarations rassurantes comme quoi la contamination de Tchernobyl n’ajoute que 2% au fond radioactif naturel sur la superficie de la Terre, constituent donc une désinformation consciente.

D’autre part, la suppression des institutions chargées des suites pathologiques de Tchernobyl, le détournement des équipes de chercheurs de l’étude des problèmes engendrés par la catastrophe, le harcèlement et l’emprisonnement de certains médecins spécialisés, sont autant de tentatives concertées et persistantes de cacher la vérité. Yuiri Bandajevski fût arrêté en juillet 1999, prétendument dans le cadre des mesures d’urgence destinées à combattre le terrorisme. Arbitrairement détenu, puis accusé de corruption et condamné le 18 juin 2001 à 8 années de prison malgré la rétractation publique de son accusateur au terme d’un procès digne de ceux des années 30, il fût incarcéré jusqu’en 2005.

Vassili Nesterenko, directeur de l’Institut indépendant biélorusse de protection radiologique Belrad qu’il a créé en 1989 avec l’aide d’Andreï Sakharov, Ales Adamovitch et Anatoli Karpov, a été menacé d’internement en asile psychiatrique par le KGB, a subi deux attentats et est décédé le 25 août 2008 après une opération à l’estomac. Aussi, l’exigence avancée par les spécialistes de l’AIEA et de l’OMS de la nécessité d’une « corrélation certaine » entre la charge radioactive d’une personne concrète (jamais reconstituable avec précision, et pour cause), et l’atteinte à la santé pour qu’il y ait démonstration évidente du lien de la maladie avec l’irradiation de Tchernobyl, relève-t-elle d’une série de manœuvres intellectuelles particulièrement malhonnêtes.

En résumant sommairement les données publiées dans le livre déjà cité, la contamination radioactive de Tchernobyl a touché près de 400 millions de personnes (205 millions en Europe et environ 200 millions hors de l’Europe), à un niveau de 4 kBq/m2 (0,1Ci/km2) et plus. L’analyse des courbes de la morbidité générale des enfants vivant dans les territoires contaminés de l’ex URSS est particulièrement désespérante : seulement 20% d’entre-eux sont en bonne santé. Dans certaines régions du Polessié il n’y en a plus un seul. En Allemagne, les dents des enfants nés après la Catastrophe avaient 10 fois plus de strontium-90, tout comme on retrouve de l’Uranium dans les dents de lait des enfants anglais habitants près de Windscale (rebaptisé Sellafield) 53 ans après cette catastrophe atomique. Le nombre des victimes de Tchernobyl croîtra pendant plusieurs générations. Au cours des 15 premières années après la Catastrophe, celui-ci peut être estimé de la manière suivante : Bélarus, Ukraine Russie d’Europe 237 000 Le reste de l’Europe-contaminée à plus de 1 Ci/km2 170 000 contaminée de 0,1 à 1 Ci/km2 255 000 Asie, Afrique, Amérique du Nord 323 000 Le monde entier 985 000 [4] Une nouvelle race d’hommes appelée à se développer : « les liquidateurs ».

Cette expression est en soi un subterfuge qui vise à faire croire que ce type de catastrophe, qui est essentiellement en devenir, « serait liquidable », de manière à clore le dossier des responsabilités. On ne connaît pas le nombre exact de personnes (armée, polices, milices, réservistes, mineurs, volontaires …) ayant participé à la « liquidation » car :

 des dispositions secrètes interdisaient de rendre public l’appel à la participation aux travaux concernés (lettre du Ministère de la défense de l’URSS du 9 juin 1989) ;  amenés de toutes les régions de l’ex-URSS par des moyens d’urgence gouvernementaux, ils y ont été renvoyés aussitôt après sans le moindre début de suivi épidémiologique. Leur nombre total s’élève vraisemblablement à plus de 800 000. Leur exposition, lorsqu’elle était contrôlée, (la limite fût relevée à 25 Rœntgens), était de toute manière systématiquement minimisée (documentaire cité). Comme au cours des premières années il a été officiellement interdit d’établir une corrélation entre la morbidité et la radioactivité, celle des liquidateurs, obtenue avant 1989 a été falsifiée sans retour. Mais nous savons qu’au début, tous les liquidateurs étaient obligatoirement des jeunes gens en bonne santé. En Russie, cinq ans après la catastrophe, 30% d’entre eux étaient déjà considérés officiellement « malades » ; dix ans plus tard, moins de 9% des liquidateurs étaient considérés « en bonne santé », et après 16 ans il n’en restait » pas plus de 2%.

Qu’est-ce qu’une catastrophe au temps de l’Anthropocène  [5] ? Des sols de cours d’écoles ont été entièrement retournés au Japon, mais il n’y a aucun moyen de décontaminer des territoires entiers avec leur faune et leur flore. Se pose toujours la même question lancinante du « stockage de déchets éternellement radioactifs » (bel oxymore). À l’échelle continentale, il s’agirait rien moins que de créer d’immenses cimetières de la Terre. Les catastrophes atomiques ont ceci de particulier qu’elles délimitent toujours une fracture multidimensionnelle de l’histoire du vivant :  La perte irrémédiable de tout un monde vivant sur d’immenses territoires, un printemps sans les cris des oiseaux, et des arbres roussis par un gigantesque et silencieux incendie.

 Une mortalité si nombreuse dans des conditions si inhumaines que le travail de deuil s’avère impossible à réaliser, surtout « au temps de la mort sèche » [6].  Un évènement imprévu et inconcevable, qui dépasse nos facultés d’imagination, et dont les conséquences futures sont elles-mêmes imprédictibles.

 Des irradiés/contaminés subissant une atteinte aussi bien mentale que physique dont certains effets s’étaleront sur plusieurs générations pour donner naissance à des lignées d’êtres difformes. Autrement dit, « un avant et un après » sans retour possible. Un trou dans la mémoire symbolique des humains, dans leur inconscient, ce qui nous prépare « un retour du refoulé » à la mesure de l’évènement. Mais de plus, et c’est là le « double effet paradoxal » des catastrophes atomiques, elles n’ont pas de fin, pas de terme prévisible : c’est un monstre qui pousse et dévore de l’intérieur l’humanité, dont la morbidité persistante est difficilement évitable. La catastrophe atomique « colonise l’avenir et n’offre aucune possibilité d’échapper au destin tragique : aucune culture n’est prête à affronter ce pari » [7].

Une politique négationniste

Face à ce cancer, les États et les organisations intergouvernementales (UNSCEAR, CIPR …) ont délibérément minimisé les conséquences sanitaires de Tchernobyl : ce parti pris des jugements concerne également l’OMS et sa fameuse thèse d’une trentaine de morts, car un accord a été signé en 1959 entre l’AIEA et l’OMS obligeant celle-ci à soumettre sa position à celle de l’AIEA dans tous les cas où le nucléaire est en jeu. Quand les nucléaristes déclarent, vingt ans après la Catastrophe de Tchernobyl : « aujourd’hui, la condition principale de la garantie de la sûreté radiologique n’est plus dans l’abaissement des charges de doses déjà insignifiantes, mais dans la garantie du fonctionnement efficace des entreprises et de la production de l’énergie atomique », ils tentent par ce biais de faire oublier le sort de millions de victimes de la catastrophe.

Cette politique nationale et internationale consistant à tout faire pour effacer les traces et la mémoire de la catastrophe … rappelle furieusement celle qui a accompagné la « solution finale ». Un autre versant de la politique négationniste face à tous ces dangers, consiste en un raisonnement de type scientiste qui les transforme en risques statistiques : c’est un nouveau mode de justification rationnelle des aspects périlleux à court, moyen et long terme de l’industrie atomique. Ce type de calcul du risque a connu depuis trente ans une vogue envahissante qui se décline dans ce qu’il est convenu d’appeler aujourd’hui le rapport comparé des coûts et des risques encourus.

Cette raison calculatrice est complétée par une politique systémique d’externalisations maximales, lesquelles seront imputées de facto aux populations et à la biosphère. Ce que vise à cacher cette manipulation intellectuelle du risque, c’est qu’en cas de catastrophe (« le risque résiduel »), ce sont toujours les États qui sont appelés à la rescousse car les moyens privés sont à l’évidence insuffisants pour y faire face. Mais depuis Tchernobyl et Fukushima, les habitants de tous les pays de la planète savent également qu’ils ne peuvent plus compter sur leurs gouvernements pour le protéger efficacement ni avant et encore moins après une catastrophe atomique. C’est pourquoi nous pouvons dire que les populations du monde entier, après avoir été évacuées du choix politique - aucune société civile ne fût jamais consultée - courent le risque d’être évacuées de leurs territoires nourriciers.

Étant donné la taille et la complexité des réalisations techniques de l’ère « thermo-industrielle » [8], cela transforme de facto le monde en « laboratoire d’essais » : ce fût le cas à Hiroshima comme à Tchernobyl. Le concept de « laboratoire-monde », tiré du livre d’Alain Gras sur les macro-systèmes techniques, renvoie, d’une part à l’extension planétaire des réseaux qui permettent la division internationale du travail (à vous la fabrication et les risques majeurs, à nous la conception et le profit majeur) et d’autre part à une volonté de puissance illimitée sur le monde.

Ce qu’il s’est produit à la centrale Lénine, destinée à devenir la plus grande usine de production d’électricité atomique au monde (6 000 MW), en est malheureusement une parfaite illustration. En effet, la catastrophe trouve son origine dans le projet inouï consistant à « expérimenter » en vraie grandeur : il s’agissait, dans le cas d’un arrêt d’urgence, d’utiliser le dégagement calorifique résiduel pour une production supplémentaire d’énergie électrique ! Une véritable expérience atomique dans le laboratoire-monde, la suite logique d’un fantasme de toute puissance.

Autrement dit, le monde vivant est devenu le laboratoire à grande échelle de la technoscience. Mais le rejet du seul réacteur N°4 de la centrale Lénine a provoqué une contamination des dizaines de fois supérieure à la contamination due aux bombes lâchées sur Hiroshima et Nagasaki et le « nuage de Tchernobyl » a fait au moins deux fois le tour de la Terre, ce qui fait de Tchernobyl la plus grande catastrophe technologique de l’anthropocène [9] à ce jour.

Mais il y a plus grave. Le Pr. V. Nesterenko, qui fut directement en charge des conséquences de la catastrophe, explique dans le documentaire déjà cité, que 1400 kg du mélange uranium-graphite au contact de l’eau constituaient une masse susceptible de provoquer une explosion atomique d’une puissance de 3 à 5 Mégatonnes soit entre 50 et 80 fois la puissance de l’explosion d’Hiroshima si une quantité suffisante de Corium, qui avait déjà percé la cuve du réacteur, avait transpercé la dalle de béton qui le séparait des masses d’eau contenues dans les sous-sols du réacteur. « Une explosion d’une telle puissance pouvait provoquer des radiolésions massives des habitants dans un espace de 300-320 Km de rayon (englobant la ville de Minsk) et toute l’Europe pouvait se trouver victime d’une forte contamination radioactive rendant la vie normale impossible. […] Mon opinion est que nous avons frisé à Tchernobyl une explosion nucléaire. Si elle avait eu lieu, l’Europe serait devenue inhabitable. » [10] . Qu’est-ce qui a permis d’éviter l’apocalypse Européenne à Tchernobyl ? D’abord cette nouvelle race d’hommes appelée « liquidateurs » que l’on conduit rapidement et par milliers sur les lieux du sacrifice : les réservistes qu’on envoie ramasser les débris mortels du réacteur, les pompiers qui évitent la propagation de l’incendie puis auxquels on demande de pomper l’eau sous le coeur en fusion, les mineurs qui creusent une galerie souterraine de cent cinquante mètres et une chambre de 1800m3 trois fois plus vite qu’en temps ordinaires pour combler le sous-sol de béton et tous les autres services, civils et volontaires.

Puis on distribue des diplômes, des médailles, on édifie des stèles et des statues dans le plus pur style réaliste socialiste aux nouveaux hommes de marbre du nucléaire, (y compris en Occident et bientôt au Japon), mais on continue de dissimuler, de falsifier des documents, de déroger aux plus élémentaires principes de sécurité ou de précaution envers les populations civiles et l’on pourchasse les physiciens ou les médecins qui mènent des études sur les suites de ces catastrophes. On encense les uns pour mieux isoler ou décrédibiliser les autres. Quand on se souvient de la durée et des efforts gigantesques qu’il a fallu déployer à Tchernobyl, on peut clairement affirmer que Fukushima sera dans l’actualité pour un long moment, malheureusement pour les habitants de l’archipel et du monde entier.

En effet, les moyens mis en œuvre par le puissant régime totalitaire soviétique sont sans commune mesure avec ce que peut faire le Japon ou n’importe quel autre pays au monde (Chine exceptée) : en ex-URSS il était possible d’enrôler 800 000 « liquidateurs », les services de secours civils de tout un immense pays, des centaines de pompiers, dix mille mineurs, une armée encore puissante avec ses milliers de réservistes, sur ordre du secrétaire du Politburo. Le déploiement de tels moyens ne sera plus possible dans d’autres cas similaires et il est douteux que l’appel aux autres pays soit suffisant : en démocratie libérale, il y aura peu de volontaires pour mourir dans des souffrances que l’on sait atroces et pérennes sur plusieurs générations.

Au Japon, vu leur état, les systèmes de refroidissement ne pourront plus jamais être remis en service. Tandis que l’on injecte du Bore pour inerter l’atmosphère des réacteurs en fusion, une énorme quantité d’eau y est quotidiennement déversée pour les refroidir afin d’éviter qu’ils ne transpercent l’enceinte et atteignent ces mêmes des masses d’eau, ce qui pourrait être très grave. Or la chape de béton, construite dans les années soixante-dix, dont l’épaisseur ne fût pas prévue pour une telle éventualité, est par ailleurs vieillie.

Et ce n’est pas un, mais quatre réacteurs, dont le N°3 qui fonctionnait au MOX [11] français, qui sont concernés. Sans parler des conséquences d’une éventuelle réplique sismique qu’on ne peut malheureusement pas écarter vu la situation de la centrale. Dans ces conditions, qui peut prédire les effets cumulatifs possibles de ce type de situation au Japon, ou ailleurs ? Or, ce qu’il fût possible de mettre en place à Tchernobyl pour éviter la catastrophe planétaire, ne le sera vraisemblablement plus jamais sauf, pour quelques temps encore en Chine …

On l’a vu, une catastrophe de grande ampleur, continentale, ne peut être exclue.

Dans les territoires contaminés par les dépôts de Tchernobyl, il est dangereux de s’occuper d’agriculture, il est dangereux de cultiver les forêts, dangereux de pêcher le poisson et de chasser le gibier, il est dangereux de consommer les denrées produites localement sans contrôler leur radioactivité, dangereux de boire le lait et même l’eau. Tout ce qui constituait depuis des millénaires la plus sûre et la plus fidèle des sources de vie - l’air, les eaux naturelles, les fleurs, les fruits de la terre, les forêts, les fleuves et les mers - tout cela est devenu en quelques jours source de danger pour l’homme, car les radionucléides se sont propagés du réacteur en ruines à travers tous ces territoires et au-delà [12].

Les éléments radioactifs ont rempli tout notre espace vital et sont devenus source d’irradiation et de contamination dangereuse pour l’homme et toute la biosphère, ce que le rapport du Comité européen sur les risques de radiations (CERR) [13] a été le premier à confirmer en 2003. Sans doute est-ce d’ailleurs là un des facteurs expliquant l’explosion du nombre de cas de cancers dans le monde (les cas ont officiellement doublé en France entre 1985 et 2000).

La perspective d’une survie en territoire contaminé impose de bien comprendre la différence essentielle entre irradiation et contamination. Les discours officiels se focalisent sur l’irradiation due aux rayons émis par les matières fissiles lors de l’explosion. La catastrophe ukrainienne nous l’a enseigné, il faut également prendre en compte les effets délétères sur la santé des « faibles doses » inhalées ou ingérées par l’alimentation, qui vont ensuite se fixer dans l’organisme et produire leurs effets des années plus tard.

Les produits radiotoxiques issus des centrales (Césium137, Strontium 90, etc.), sont d’une toxicité phénoménale : de toutes petites doses produisent un effet qu’il est impossible de nier. Des mesures efficaces de protection pour la diminution de la teneur en radionucléides incorporés doivent commencer à partir du niveau d’accumulation du césium-137 de 25-28 Bq/kg dans l’organisme (ce qui correspond à la charge de dose de 0,1 mSv/an) mesure que le CERR recommande également dans son étude. Les appareils automatiques de spectrométrie de radiation interne du corps humain tels le SCRINNER en usage en Biélorussie, sont conçus pour mesurer l’activité dans le corps humain des radionucléides suivants : Cesium-137, cesium-134, potassium-40, radium-226, thorium-232, manganèse-54, cobalt-60, iodine-131, etc.

Ces appareils devraient être d’usage courant dans tous les pays sous le vent de centrales atomiques en activité. Par ailleurs, dans de véritables prescriptions publiques à grande échelle, il faudrait préciser les avantages et les limites des pastilles d’iode et des mesures de confinement, les gestes qui sauvent, les « périmètres d’évacuation » des plans d’urgence …

C’est pourquoi, dans tous les pays, les organisations de la société civile doivent considérer l’importance de la création d’un système de contrôles radiologiques indépendant du système officiel.

Figures de la défaite déshonorante, les « hibakushas », assimilés aux pestiférés par peur d’une contagion fantasmée, furent l’objet de la honte publique, décourageant ainsi la plupart des rescapés de participer à un quelconque travail de mémoire, témoignages dont on a vu avec Primo Lévi, Robert Antelme, David Rousset et les autres survivants l’importance capitale dans l’Europe intellectuelle de l’après-guerre. Les édiles japonais procédèrent à une « reconstruction » rapide de la ville qui eût pour but avoué d’effacer méticuleusement toutes les traces de leur défaite et … de ce crime effroyable. Comme si à la place d’Auschwitz s’élevait maintenant une sorte de parc d’attraction ultra moderne pour la paix.

Les USA ont activement contribué à ce processus en menant sur place et avec l’aide des autorités japonaises des études sur toutes les conséquences de ce bombardement. Mais « la raison d’État » primant sur les souffrances de milliers d’innocents, ces études furent versées dans des archives secrètes de Washington, longtemps inaccessibles. Plus de traces, telle est le credo commun à tous les criminels et négationnistes (Cf. ce qu’en dit plus précisément Günter Anders). Contrairement à ce qui s’est produit pour la Shoah, vainqueurs et vaincus se sont associés pour aveugler l’humanité, avec succès jusqu’à ce jour, sur la nature des crimes commis à Hiroshima et Nagasaki. Il en fût de même à Tchernobyl et en sera de même à Fukushima. Le travail de mémoire est ainsi forclos comme on tente d’enfermer un déchet radioactif dont on sait pertinemment qu’on en repasse la dangerosité aux générations suivantes.

L’invention atomique était manifestement porteuse de mort généralisée du vivant sur la planète, mais les gouvernements et la plupart des médias occidentaux (la guerre froide, qui devait durer quarante ans, y a bien pourvu) ont tout fait pour recouvrir cette défaite historique de l’humanité d’un épais manteau d’admiration et de dévotion devant le génie et la puissance des chercheurs, de la science, de la technique, de l’industrie … Un nouveau dieu est apparu ce 6 août, à la puissance inquiétante certes, comme tous les dieux, et à la gloire duquel de nouveaux hymnes ont été forgés illico presto (une étude qui reste à faire).

Le largage des bombes atomiques ainsi que « l’expérience Tchernobyl » furent non seulement un crime contre l’humanité, mais fait nouveau, un crime contre la Nature, ce que l’on appellerait aujourd’hui un Écocide. Si le refoulement de ce type de catastrophe systémique pour la biosphère persiste, il ne sera pas sans conséquences pour l’avenir de l’humanité et sa manière d’en écrire l’histoire.

À travers son concept de « banalité du mal », Hannah Arendt a démontré dans les années soixante que des crimes contre l’humanité avaient été perpétrés par des hommes ordinaires parce qu’ils ne se posaient pas de questions sur les fins de leurs « activités ». À partir du moment où ils étaient liés par un serment de fidélité à leur hiérarchie (ou à une idéologie, toutes choses qui sont aujourd’hui érigées en valeurs universelles par la raison calculatrice dans le monde du « travail » et ailleurs), ils tenaient ces activités pour légitimes. Ces « hommes » manquaient d’imagination ou l’avaient bannie en tant « qu’état d’âme contre-productif » (comme on dirait aujourd’hui) s’opposant à l’efficience technocratique. Ce concept de « banalisation du mal » n’est donc pas issu de supputations sur une « nature humaine », mais bien d’une analyse socio-historique de ce qui s’est passé en Europe entre 1933 et 1945 et de ce qui en a préparé l’avènement. Soixante ans après, à moins de croire en un monde fixiste, il faut oser tirer les conclusions de ce qu’Hannah Arendt avait écrit. Historiquement, la banalisation du mal occidental s’est répandue à grande échelle à partir du moment où le travail et les êtres humains ont été « thermo industrialisés » avec l’appui massif de la technoscience, c’est-à-dire coupés de leur réalité nourricière, terrestre, pour être encasernés, prolétarisés, disqualifiés, déréalisés et finalement déshumanisés.

À partir de ce moment, tout a été possible dans l’ordre de la banalisation et tout est devenu acceptable dans l’ordre du mal puisque toutes les fins humaines ont été discréditées au seul profit de l’aliénation productiviste, marchande et consommatoire. Les choses ne se sont pas arrangées depuis un siècle : cela est vérifiable sur tous les plans, y compris psychique [14]13. Alors, il faut avoir le courage de dire que cette banalisation du mal est devenue omniprésente et qu’en conséquence nos sociétés ne sont plus que des « totalitarismes démocratiques » qui nous mènent au(x) désastre(s) définitif(s), ce qui devrait être analysé comme tel dans l’ordre du politique. Et le comble du cynisme négationniste, le « point de vue darwiniste/social » qui consisterait à dire que l’espèce humaine est de toutes manières « de passage sur terre » pour finalement disparaître, n’est pas plus acceptable, ni pour nous, ni pour nos enfants.

Une conclusion s’impose donc : il faudrait mettre sur pied un tribunal international, du type de celui de Bertrand Russel, jugeant les crimes contre l’humanité à Tchernobyl et ailleurs, depuis le 6 août 1945, jusqu’à Fukushima en passant par Falloujah.

Voici une courte présentation des signataires

Jacques Testart Agronome et biologiste, docteur en sciences, directeur de recherche honoraire à l’Inserm ; ex président de la Commission française du développement durable (1999-2003). Dernière publication : « Labo-planète. Ou comment 2030 se prépare sans les citoyens » avec Catherine Bourgain et Agnès Sinaï. Frédérick LEMARCHAND, Sociologue, Co-directeur du pôle RISQUES, Maison de la recherche en sciences humaines, Université de Caen, Membre du Conseil scientifique du CRIIGEN. Auteur de « Les Silences de Tchernobyl », Auteur du film « La vie contaminée », Conseiller de l’exposition internationale « Il était une fois Tchernobyl » Intervention sur : « Après Fukushima, repenser l’évaluation du risque nucléaire ». Marc ATTEIA - Docteur en mathématiques appliquées, Marc Atteia professeur honoraire de mathématiques de l’Université de Toulouse. A publié : « Hilbertian kernels and spline functions », « Le technoscientisme, le totalitarisme contemporain », avec D. Bancel et Igor Gumowski : « Nonlinear problems of analysis in geometry and mechanics ». Paul Ariès, philosophe et écrivain, intellectuel de référence du courant de la décroissance. Dernier ouvrage publié : « La simplicité volontaire contre le mythe de l’abondance ». Jean-Marc ROYER, Ingénieur aviation civile, cadre supérieur honoraire d’Aéroports de Paris, ex-responsable syndical Orly. A paraître chez Yves Michel : « Décoloniser l’imaginaire ; Tome 1 : La science creuset de l’inhumanité occidentale », rédacteur du texte « Tchernobyl 25 ans après ».   Notes [1] Synthèse et commande du rapport : www.euradcom.org. Pour le CERR, environ 65 millions de morts sont imputables à l’industrie atomique depuis 1945 ! [2] Lorius Claude, Voyage dans l’Anthropocène, Actes Sud, 2010. [3] Version américaine partiellement consultable en ligne sur : http://books.google.fr/. D’autres sites en proposent le digest français. [4] Alexeï V. Yablokov, Vassili B. Nesterenko, Alexeï V. Nesterenko, opus cité. [5] Ere caractérisée par le fait que l’homme en est devenu la force géologique principale (Georgescu-Roegen, A. Gras, J. Grinevald ou C. Lorius). [6] Allouch Jean, Erotique du deuil au temps de la mort sèche, EPEL, 1995. [7] Frédéric Lemarchand, Sociologue, Membre du Conseil scientifique du CRIIGEN, article du 17 mars 2011, Les Echos. [8] Révolution thermo-industrielle, terme proposé par Alain Gras, Jacques Grinevald ou Claude Lorius à la suite de Georgescu-Roegen pour signifier que l’élément décisif du changement au 19°siècle, c’est l’utilisation de la machine thermique fonctionnant au carburant fossile. [9] Lorius Claude, opus cité. [10] Lettre du Professeur Nesterenko à Wladimir Tchertkoff, Solange Fernex et Bella Belbéoch, Janvier 2005. [11] Combustible dans lequel se trouve également du plutonium, ce qui réduit les marges de sécurité, sa température de fusion étant + faible et + rapidement atteinte. [12] C’est-à-dire jusque dans les glaces du pôle Sud : Lorius Claude, opus cité. [13] Synthèse et commande du rapport : www.euradcom.org. Pour le CERR, 65 millions de morts sont imputables à l’industrie atomique depuis 1945 ! [14] Melman Charles, Lebrun Jean-Pierre, La nouvelle économie psychique, une nouvelle façon de penser et de jouir aujourd’hui, Eres, 2009

Commentaires de M&R :

Cette prise de position m’a semblé intéressante car suffisamment rare de la part de scientifiques et d’ancien salarié ou blouse blanche comme on dirait dans l’industrie pour opposer les ouvriers et les techniciens/ingénieurs. Mais leur indignation se heurte à leur compréhension philosophique des rapports sociaux entre exploiteurs et exploités. Pour les responsables de ces catastrophes industrielles, de ces démocraties totalitaires, de ces trusts du nucléaires, les leçons sont tirées : Tchernobyl, Fukushima, Bhopal, AZF, Seveso, le poison des mines d’or du Mali, le poison des mines d’uranium, celui de l’amiante, du plomb, les coups de grisou dans les mines de Charbon, sont au-delà des problèmes écologiques dont il font mine de se préoccuper en adoptant quelques mesures dérisoires, un risque de crise sociale, amenant une déstabilisation politique d’un régime. Ainsi 3 ans après Tchernobyl , le bloc soviétique éclatait définitivement. Mais une révolution du type Tiananmen était écartée. Le problème aujourd hui pour le Japon et le reste du monde capitaliste en crise, est d’empêcher que la révolte des populations japonaises contaminées, ne débouchent sur un renversement de tout le régime politique, mais aussi économique. Le monde entier est en train de se fissurer en même temps et ce qui arrivent au Japon, est aussi dangereux pour les classes dirigeantes asiatiques, américaines, chinoises, arabes, africaines, européennes, car nous voyons en ce moment que tous les pays du monde ont leurs dirigeants grecques démocrates ou fascistes qui n’ont plus de solutions économiques et politiques que la répression totale pour se sauver du renversement par leur propre peuple.

20 Messages de forum

  • L’ère nucléaire à venir.... 26 novembre 2011 08:31, par Max

    Pour Nicolas Sarkozy, le nucléaire est "l’intérêt supérieur de la France"

    Nicolas Sarkozy lors de sa visite à la centrale du Tricastin le 25 novembre 2011.

    Le "progrès" face au "retour au Moyen-Age". C’est en ces termes que Nicolas Sarkozy a posé le débat qui l’oppose à son futur adversaire socialiste à la présidentielle François Hollande sur le nucléaire. En visite à la centrale de Tricastin (Drôme), le président de la République a prononcé un long discours vendredi 25 novembre sur la politique énergétique de la France en s’en prenant très vivement, bien que sans le citer, à l’accord signé entre les socialistes et Europe écologie-Les Verts (EELV) qui porte notamment sur la fermeture de 24 réacteurs nuclaires en cas de victoire de la gauche en 2012.

    "On ne va pas retourner à la bougie ?", a-t-il fait mine de s’interroger en martelant : "Devons nous être le seul pays qui tourne le dos au progrès ? Si nous tournons le dos au nucléaire, on fera le procès du spatial, de la robotique, de l’automobile. (…) Mon intention est de laisser à mes successeurs une société plus moderne." M. Sarkozy, en présence des ministres Nathalie Kosciusko-Morizet (écologie), Eric Besson (industrie) et Thierry Mariani (transports) ainsi que d’Henri Proglio, PDG d’EDF et de Luc Oursel, le nouveau patron d’Areva, s’est inscrit dans soixante-cinq ans d’histoire du nucléaire français.
    "Ce choix, ce n’est pas moi qui l’ait fait, a-t-il rappelé. (…) il fait l’objet d’un consensus qui réunissait la gauche et la droite quelle que soit la famille politique qui était au pouvoir." "Ce consensus est aujourd’hui remis en cause", a-t-il constaté. Et d’ajouter : "le nucléaire n’est ni de droite ni de gauche, il est l’intérêt supérieur de la France."

    Il a ainsi rendu un hommage très appuyé à l’ancien président de la République François Mitterrand comme pour mieux souligner ses divergences avec celui qui s’en réclame, M. Hollande. "Il ne faut pas oublier que 40 réacteurs sur les 58 de notre parc ont été raccordés au réseau sous les deux septennats de François Mitterrand et qu’il a lui-même engagé la construction de 13 réacteurs nucléaires. On reconnaît un homme d’Etat à sa capacité à se hisser au dessus des intérêts partisans pour l’intérêt de la France."

    A plusieurs reprises, il a répété le mot "idéologie" pour qualifier les positions de la gauche. Pour M. Sarkozy, "notre parc nucléaire constitue une force économique et stratégique considérable pour la France. Le détruire aurait des conséquences dramatiques." Et d’évoquer le chiffre de 240 000 emplois supprimés : "Avons nous les moyens de détruire des centaines de milliers d’emplois en pleine crise ?"

    Plus tôt dans la journée, lors de la visite lors de l’entreprise Isover-Saint-Gobain à Orange (Vaucluse), il avait lancé aux ouvriers rassemblés autour de lui : "Pourquoi la France devrait renoncer à l’avantage compétitif d’une énergie moins chère ? Nous ne pouvons pas prendre le risque d’un mouvement massif de délocalisations."

    Outre l’emploi, le chef de l’Etat s’est fait le défenseur du pouvoir d’achat avec une électricité deux fois moins chère selon lui qu’en Allemagne et ce, grâce au nucléaire. M. Sarkozy a également affirmé que "la filière des énergies renouvelables n’a pas vocation à venir se substituer à la filière nucléaire". Tout en rappelant les efforts effectués dans ses domaines depuis le Grenelle de l’environnement, il a souligné les limites de l’éolien et notamment de son coût (115 milliards d’euros d’investissement selon lui pour 30 000 éoliennes) ainsi que du photovoltaique "qui représente 5 à 10 fois le coût de production de l’énergie nucléaire".

    Le président de la République a ensuite insisté sur la facture écologique de l’abandon du nucléaire à cause du recours nécessaire aux centrales thermiques polluantes "les énergies renouvelables étant par nature, intermittentes". Et de s’amuser : "Et oui, la nuit, il n’y a pas de soleil." Pas sûr que cela fasse rire les écologistes

    Répondre à ce message

  • L’ère nucléaire à venir.... 26 novembre 2011 09:42, par Max

    La CGT refuse le débat avec la candidate écologiste Eva Joly

    La candidate EELV pour 2012, Eva Joly, s’est rendue jeudi 24 novembre en Bourgogne. Parmi ses objectifs : rencontrer les syndicats du nucléaire. Rendez-vous manqué : la CGT n’est pas venue, la CFDT n’a fait que passer. Restait quand même Solidaires.

    La région du Creusot est le "premier bassin d’emplois nucléaires civils". L’équipe de campagne d’Eva Joly entendait donner un sens particulier à la visite jeudi de la candidate EELV au sud de la Bourgogne : signifier que l’ancienne magistrate n’est pas opposée aux travailleurs du nucléaire. Et que, bien au contraire, elle songe à leur avenir, alors qu’Areva supprime des emplois.

    De ce point de vue, le message est mal passé. La CGT (puissante chez EDF) n’a pas voulu venir en raison d’un blocage au niveau national, paraît-il.

    Patrick Buchot (CFDT Areva) n’a fait que passer. Après avoir brièvement discuté avec Eva Joly, sous le regard des caméras, il a fermement confié à francetv.fr/2012 : "ses propositions sont irréalisables. Arrêter 24 tranches sur 12 ans, c’est irréalisable".
    Une reconversion ...dans le démantèlement des centrales.

    Dans la salle des fêtes de Rully, la candidate à l’Elysée s’est contentée de discuter avec deux syndicalistes locaux de Solidaires, seuls à ne pas avoir séché le rendez-vous.

    Elle a donc proposé d’arrêter 24 tranches d’ici une dizaine d’années et le nucléaire d’ici 20 ans." Mon programme prévoit la reconversion", dit-elle, soulignant à l’envi que depuis Fukushima, la technologie française ne s’exporte plus. Pour elle, le nucléaire est condamné à terme.

    Pour les salariés de ce secteur, elle prône une reconversion dans les énergies renouvelables. Et dans le démantêlement des centrales, qui prendra quelques dizaines d’années. Mais, à les entendre, on comprend que les responsables syndicaux qui s’activent aujourd’hui à faire marcher les comités d’entreprises d’EDF, Areva, et autres sous traitants sont peu enclins à scier la branche sur laquelle ils prospèrent.

    Les ouvriers, eux exigent un salaire suffisant pour vivre et de ne pas venir au boulot en y risquant sa peau !

    Mais le démentèlement de super Phénix en cours depuis 1997, est tellement dangereux qu’on doit se poser le problème :

    Est il possible de sortir du nucléaire sans sortir du capitalisme ?

    Répondre à ce message

  • L’ère nucléaire à venir.... 27 novembre 2011 16:50, par Max

    Emission radio sur l’histoire politique des pollutions industrielles depuis les débuts du capitalisme ; L’Etat intervient et la bourgeoisie se développe pendant que les révolutions ouvrières menacent l’ordre établi. A ecouter ici

    Répondre à ce message

  • L’ère nucléaire à venir.... 30 novembre 2011 08:20, par max

    A lire, la centrale, d ’Elisabeth Filhol 2010. Recit de l interieur des centrales nucleaire en france.

    Répondre à ce message

    • L’ère nucléaire à venir.... 1er décembre 2011 10:33, par Max

      "Les autres, comme moi, ne sont là que pour les trois à cinq semaines que dure un arrêt de tranche, maintenance du réacteur et rechargement en combustible, de mars à octobre les chantiers se succèdent à travers la France et les hommes se déplacent d’un site à l’autre, tous salariés des sociétés prestataires. Tous solidaires donc, parce que dans des circonstances pareilles on n’a pas d’autre choix.

      Et les riverains ? Eux qui ne travaillent pas sur le site mais ont légitimité à se sentir concernés par ce qui s’y passe ? Ce qu’on lit dans les journaux et ce qu’en pensent les gens, c’est que trois décès par suicide à quelques mois d’intervalle, trois techniciens employés à la centrale, quoi qu’en dise la direction, sur le poids de la vie, et qu’on ne peut quand même pas charger la centrale de ce poids-là, alors que rien ne prouve que l’un ou l’autre, époux et père de famille, ait rencontré des problèmes dans sa vie privée, en posant néanmoins la question, et de ce fait en jetant déjà le doute, et de ceb doute il restera toujours quelque chose, ce qu’en pensent les gens, sur la loi des séries, c’est qu’il y a en l’occurrence bien peu de hasard et trop de dysfonctionnements, malaise des hommes, et sonnettes d’alarme qui ont été tirées en vain."

      extrait du livre.

      Répondre à ce message

  • L’ère nucléaire à venir.... 1er décembre 2011 11:23, par Max

    Les économies de bout de chandelle sont dans l’air du temps.

    Le président Sarkozy, et VRP du nucleaire, devra revoir sa théorie du retour à la bougie car il pourrait y avoir rupture de stock des producteurs de parafine....

    Extrait du rapport d’inspection de l’ASN à la centrale de Civaux ( 35km de Poitiers) en octobre 2011. PDF ici

    "Lors de l’inspection, il a été constaté que la vitre d’une paillasse* de la salle 128 « Laboratoire Comptage-Effluents » était brisée.
    Cette dégradation peut nuire aux mesures effectuées ainsi qu’à la sécurité des agents travaillant dans cette salle.

    Vous nous avez informé oralement que vous aviez connaissance de cette dégradation
    mais qu’il n’existait pas de vitre standard pour la remplacer. Vous envisagez soit le remplacement de l’ensemble de la paillasse soit la réalisation d’une vitre sur mesure afin de remplacer celle qui est brisée.

    A.3 L’ASN vous demande de remettre la paillasse détériorée dans un état conforme à l’attendu
    dans les meilleurs délais."

    *La paillasse est un "grand aquarium" étanche qui permet de réaliser des expériences, mesures par un opérateur qui est isolé de produits dangereux et radioactif.

    Répondre à ce message

  • L’ère nucléaire à venir.... 30 décembre 2011 05:51, par Max

    L’EPR présente un potentiel de danger considérablement augmenté

    Alors que le processus d’évaluation de la sûreté nucléaire initié après la catastrophe de Fukushima a mis en lumière la nécessité de renforcer la sûreté des sites français, Bernard Laponche* revient pour Actu-Environnement sur les risques liés à cette industrie. Ils sont, selon lui, sous-estimés.

    Actu Environnement : Quels sont les principaux risques nucléaires ?

    Bernard Laponche : Un réacteur nucléaire produit d’un côté de la chaleur et de l’électricité, de l’autre des produits radioactifs, du plutonium et des transuraniens extrêmement dangereux. Personne n’arrive ni à les faire disparaître, ni à les transformer de façon significative. Les trois grands risques nucléaires sont donc les déchets radioactifs, l’accident majeur et la prolifération. Ce sont ces trois arguments qui ont été la base de la sortie allemande du nucléaire.

    AE : Quelles sont les probabilités d’accident nucléaire majeur ?

    BL : L’accident grave et l’accident majeur ont été réputés impossibles pendant à peu près un demi-siècle. Les discussions reposaient sur le fait que certes un accident grave était quelque chose de très grave, voire de catastrophique, mais que la probabilité était tellement faible qu’en fait cet accident était impossible. Et c’est ce raisonnement de base qui fait qu’on a installé des centrales nucléaires un peu partout. Or des accidents se sont produits : grave à Three Mile Island, majeurs à Tchernobyl et Fukushima, c’est-à-dire par deux fois dans des réacteurs à eau à uranium enrichi. Les probabilités avancées étaient de 1/100.000 par réacteur et par an pour un accident grave, et de 1/ 1.000.000 par réacteur et par an pour un accident majeur. Le parc mondial actuel de centrales nucléaires compte environ 440 réacteurs en fonctionnement. Selon ce raisonnement, l’occurrence attendue sur le parc mondial de 450 réacteurs en service pendant 30 ans donnerait une occurrence attendue de 0,014 accident majeur pour l’ensemble du parc. Or l’occurrence constatée a été de quatre réacteurs ayant connu un accident majeur (un réacteur à Tchernobyl et trois à la centrale de Fukushima), soit un nombre d’accidents environ trois cents fois supérieur à ce qui était attendu sur la foi des probabilités théoriques.

    AE : La probabilité d’un accident grave est-elle prise en compte dans la conception des réacteurs ?

    BL : La sûreté nucléaire, c’est très compliqué. Sur une technologie qui est celle des réacteurs à eau, technologie qui a quand même 50 ans, il continue à y avoir des recherches colossales sur les questions de sûreté - en chimie, en métallurgie, en neutronique... Ces recherches sont consultables. Selon l’IRSN, l’accident grave type Three Mile Island n’est pas pris en compte dans la conception des réacteurs existants en France. Par exemple la rupture de circuit primaire, la perte totale de refroidissement, la rupture de la cuve du réacteur. L’inondation en 1999 de la centrale du Blayais a été un accident précurseur, certains équipements importants pour la sûreté ont été inondés comme les pompes d’injection de sûreté et les systèmes d’aspersion des unités 1 et 2. Si l’eau était montée d’un mètre de plus, on avait un accident grave, voire majeur, l’évacuation de Bordeaux était envisagée.

    Deuxième document de l’IRSN, les risques de rupture de cuve. L’IRSN nous dit que pour tel et tel réacteurs qui sont cités, Cruas 1, Dampierre 4, etc., la cuve pourrait connaître, en cas de situation incidentelle ou accidentelle, une rupture brutale au bout de 35 ans - et elles arrivent à cet âge. Va-t-on arrêter les centrales qui contiennent ces pièces problématiques étant donné qu’elles ne peuvent pas être changées ? Il y a là un grand point d’interrogation. Autre exemple, les enceintes de confinement. Tous les réacteurs de 900 MW ont une seule enceinte de confinement, c’est à partir de 1.300 MW qu’il y a deux enceintes de confinement. C’est donc qu’on a pensé que du point de vue de la sûreté, il faut mettre deux enceintes. Alors quid des premiers ? Faut-il mettre une deuxième enceinte sur les 900 MW ? Beaucoup de questions restent préoccupantes et datent d’avant Fukushima.

    AE : Quels sont les problèmes posés par le Mox ?

    BL : Le Mox est un combustible constitué d’un mélange d’oxydes d’uranium et de plutonium utilisé particulièrement en France. L’extraction du plutonium remonte à son usage militaire, puis il a été utilisé dans les surgénérateurs. Aujourd’hui, il y a des combustibles Mox dans les réacteurs à eau sous pression. Le combustible Mox est une calamité. Parce que le plutonium est extrêmement dangereux et extrêmement radioactif. Parce qu’un kilogramme de combustible Mox est un million de fois plus radioactif qu’un kilogramme d’uranium naturel. Parce ce que le Mox pose des difficultés du point de vue du chargement et du déchargement des combustibles. Parce que ces combustibles, une fois sortis du réacteur, restent beaucoup plus longtemps en piscine et ne sont pas retraités du fait de leur dangerosité. Et que donc le fait de « moxer » une centrale accroît le risque en cas d’accident. Sans mettre en péril la production d’électricité, Areva pourrait arrêter de fabriquer du Mox et EDF de l’utiliser (cela lui coûterait moins cher). Car contrairement à ce qui est dit, les réacteurs actuels et même l’EPR n’ont pas besoin de Mox pour fonctionner. L’EPR finlandais, si un jour il démarre, démarrera sans Mox.

    AE : Quelles sont les questions en suspens quant à la sûreté du futur EPR ?

    BL : Le réacteur EPR, qui risque d’être le « Rafale » du nucléaire, est dit réacteur de 3ème génération. Il est en fait le dernier palier des réacteurs à eau. Simplement, il est plus puissant, sa durée de vie est plus longue (au lieu de 30-40 ans, il doit atteindre 60 ans), le combustible est plus enrichi, il produit plus d’énergie, son rendement est de 35 %, ce qui est quand même moins bien que les centrales à cycle combiné à gaz, d’un rendement de 55 %, qui, par ailleurs, ne produisent pas de déchets radioactifs. Il s’agit donc d’une machine plus grosse, plus puissante, plus irradiée que les précédentes.

    Si vous voulez construire une maison, il vous faut un permis de construire. Pour un EPR, l’autorisation finale est donnée après la mise en service industrielle, soit après le démarrage du réacteur. Ce qui veut dire que l’ASN pourrait ne pas autoriser le démarrage à la fin du chantier... Cela arrivera-t-il ? En effet, de nombreuses questions se posent. Premièrement, le système de contrôle commande a fait l’objet d’une lettre d’interrogations conjointes des trois autorités de sûreté de Finlande, France et Royaume-Uni, sans réponse réponse officielle à ce jour. Deuxièmement, le « cendrier à corium », innovation emblématique de l’EPR, est supposé garantir qu’en cas de fusion des éléments combustibles du réacteur, la masse des éléments fondus (le corium), soit maintenue dans l’enceinte de confinement. Mais la pertinence de ce système est contestée par de nombreux experts, qui estiment au contraire qu’il pourrait provoquer de violentes explosions de vapeur. Troisièmement, l’EPR pourrait fonctionner jusqu’à 100 % avec du MOX, ce qui pose des problèmes spécifiques de chaleur et d’intégrité du combustible. Quatrièmement, des questions se posent sur la vulnérabilité des diesels de secours en cas d’inondation.

    A la lumière de Fukushima, l’EPR peut être regardé non pas comme le réacteur le plus sûr, mais comme le plus dangereux du monde. Son cœur est plus gros que tous les réacteurs actuels, atteignant 1.650 MW, soit le double des réacteurs accidentés de Fukushima. Le projet de fonctionner avec un cœur jusqu’à 100 % MOX multiplie par 5 à 6 le taux de plutonium par rapport aux réacteurs actuels. S’il intègre de nouveaux dispositifs censés réduire le risque d’accident, l’EPR présente un potentiel de danger considérablement augmenté.

    * Bernard Laponche est physicien nucléaire, ancien ingénieur au Commissariat à l’énergie atomique, consultant international dans le domaine de l’énergie et co-auteur, avec Benjamin Dessus, de En finir avec le nucléaire. Pourquoi et comment (Seuil, octobre 2011).

    Répondre à ce message

  • L’ère nucléaire à venir.... 19 janvier 2012 12:44, par Max

    Tous les réacteurs nucléaires en activité au Japon seront à l’arrêt dès cet été !

    Le ministre japonais de l’Industrie a reconnu le 19 janvier dans un entretien accordé à l’agence Dow Jones Newswires qu’il ne pouvait s’engager sur un calendrier pour la réactivation des tranches stoppées.

    Actuellement, sur le parc nucléaire japonais de 54 réacteurs, seuls cinq sont encore en activité, suite à la catastrophe de Fukushima. Mais d’ici à fin mai, ils devraient être tous stoppés. Une situation qui va dans le sens des réticences évoquées par la population et des autorités locales à accepter le redémarrage de nombreuses unités arrêtées.

    "Si nous fixions une date pour la relance de réacteurs, cela signifierait que nous tirons par avance des conclusions positives sur la sécurité et dans ce cas nous ne pouvons pas obtenir la compréhension du peuple, souligne le ministre. Nous devons dès lors prendre des dispositions au cas où plus aucune centrale nucléaire ne serait exploitée dans les prochains mois et surtout lors des pics de consommation estivaux".

    A la suite du tsunami du 11 mars, une quinzaine de réacteurs ont été arrêtés dans les centrales du nord-est puis deux autres tranches dans le centre du pays. Le redémarrage de tous les autres réacteurs stoppés pour une session de maitenance réguli_re ou à cause de secousses sismiques est conditionné à de nouveaux tests de résistance.

    En attendant, les compagnies d’électricité sont contraintes de remettre en exploitation des centrales thermiques afin de compenser et le gouvernement étudie des plans d’urgence pour faire face à une éventuelle pénurie de courant.

    "Passer l’été sans énergie nucléaire sera extrêmement difficile", a prévenu le ministre. La compagnie Tokyo Electric Power (Tepco), qui exploitait les deux centrales de la préfecture de Fukushima et qui dessert la mégapole de Tokyo, estime pour sa part qu’il est quasi certain qu’aucun de ses réacteurs ne fonctionnera cet été.

    Répondre à ce message

  • L’ère nucléaire à venir.... 21 janvier 2012 12:34, par Max

    Fusions, par Daniel de Roulet . Auteur de "Tu n’as rien vu à Fukushima"

    Ce roman vient de sortir, le 19/01/2012.

    « La fusion du coeur de Tchernobyl a été la véritable raison de l’effondrement de l’Union soviétique. » Gorbatchev, 26 avril 2006

    Big E et 3N, les deux grands mondiaux spécialisés dans le traitement des déchets nucléaires, vont fusionner. L’opération est menée par Tita Zins, actionnaire principal et banquier. Des deux côtés, des têtes vont tomber et des licenciements sont programmés. Le déchet est une véritable manne, et les actionnaires veulent toujours plus. La bataille a lieu dans une tour, à Londres. Elle met face à face deux femmes d’exception : chez Big E, Marthe, née à Téhéran à la fin des années 30 et chez 3N, Shizuko, née à Nagasaki le jour où la bombe atomique a rasé la ville. Contrairement à la guerre de Troie, l’affrontement va durer une journée. Ce même 2 juin 1988, le président Reagan rentre de Moscou pour annoncer à la Reine d’Angleterre et au monde la fin de la Guerre froide, la fusion des Empires. Gorbatchev a cédé. Que vive le marché mondial !
    Des laboratoires de Princeton au goulag sibérien, en passant par l’apartheid sud-africain et la Chine de Mao, Fusions est le roman du xxe siècle – siècle pervers mais attachant, qui croyait éternelle l’épopée du nucléaire.

    Ecrivain suisse romand au regard clairvoyant, Daniel de Roulet publie « Fusions », dernier né d’une saga commencée il y a plusieurs années. Au cœur de son roman, l’atome, source de réjouissances, de craintes et de débats énergiques. Entretien avec l’auteur.

    swissinfo.ch : Vous avez travaillé dans une centrale nucléaire comme informaticien. Cela a-t-il influencé votre pensée ?
    D.d.R. : Oui, surtout après ce que j’ai découvert, à savoir que les ingénieurs atomistes ont une certaine répulsion à l’égard de leur métier. Je m’explique. Une fois la centrale construite, on sait que pendant 25 ou 30 ans il va falloir être là, à surveiller quelque chose qui pourrait se passer tout en espérant qu’il ne se passe pas, et à prier le ciel que vous ayez, en cas d’accident, la capacité d’une réaction immédiate. Cela vous met dans une situation de stress épouvantable qui, lorsqu’elle ne débouche pas sur un suicide, vous pousse à écrire sur les murs de vos bureaux des slogans antinucléaires. J’ai vu ça de mes yeux

    swissinfo.ch : Revenons au présent. Fukushima soulève en Europe le débat que vous connaissez. Selon vous, la Suisse doit-elle sortir du nucléaire ?
    D.d.R. : Je pense qu’elle suit la bonne voie. Elle a d’ailleurs plus de chance d’en sortir que des pays comme la France ou le Royaume-Uni qui, eux, possèdent l’arme atomique et auront plus de difficultés à fermer leurs centrales. Car il ne faut pas oublier que les armes nucléaires ont besoin d’ingénieurs spécialistes, lesquels font à la fois du civil et du militaire. Or si l’on supprime le civil, le militaire périclite et met en cause la force de frappe d’un pays. A cet égard, la Suisse, comme l’Allemagne d’ailleurs, ne court aucun risque.

    Répondre à ce message

  • L’ère nucléaire à venir.... 22 janvier 2012 23:21, par Max

    Depuis le début de matinée, ce vendredi 20 janvier 2012, des militants antinucléaires de Vaucluse occupent le Conseil Général réuni en session. Les citoyen-e-s habitant-e-s et salarié-e-s de Vaucluse qui ont fait irruption dans l’enceinte de l’Assemblée, porteurs de banderole et pancartes et de portraits de victimes du nucléaire, entendent que les élus se préoccupent enfin de la santé publique et de la mise en danger de la population et des territoires par les installations nucléaires, la Provence étant la région la plus nucléarisée de France. Les élus, toutes tendances confondues, ont fuit la salle comme ils fuient leurs responsabilités.

    La suite de l’article sur le site du Collectif Anti nucléaire du Sud Est.

    Répondre à ce message

  • L’ère nucléaire à venir.... 22 mars 2012 14:19, par Max

    le Prix Nobel de littérature, le japonais Kenzaburo Oe, appelle à l’abolition immédiate de toutes les centrales nucléaires.

    "Serons-nous capables de réagir ou resterons-nous silencieux ?" Telle est la question posée par le prix Nobel Oé (3) à l’occasion de la conférence sur le Japon organisée au salon du livre de Paris, le 17 mars. Évoquant la collusion globalisée du bloc électronucléaire, M. Oé déclare encore : "Le plus désespérant pour moi est la conspiration du silence menée par les compagnies d’électricité, des administrations, du gouvernement et des médias pour cacher les dangers [du nucléaire]." Depuis mars 2011 ont été révélés tant de mensonges, il y en aura probablement d’autres... La révélation de cette complicité des élites pour dissimuler la vérité me bouleverse ; sommes-nous un peuple aussi facile à berner ?"

    Kenzaburo Oe appelle à l’arrêt de toutes les centrales nucléaires et en fait la priorité de son activité de citoyen aussi bien que de son travail littéraire.

    Répondre à ce message

  • L’ère nucléaire à venir.... 9 avril 2012 14:01, par Max

    Demain, La bombe humaine,

    Mardi 10/04 20h35 France 5 diffusion du reportage de Elsa Fayner, suivi d’un débat en direct.

    Commentaire d’un site syndicaliste de sous traitants dans le nucléaire : "ma zone contrôlée va mal" ;
    "Pour ceux qui disent que nous ne sommes pas dans la réalité :

    Pour ceux qui ne veulent rien dire et qui considèrent que « garder la misère leurs permet de conserver un fonds de commerce syndical »,

    Pour ceux qui préfèrent ne rien dire et mentir au peuple, pour ne pas donner une mauvaise image du nucléaire,

    Pour ceux qui « seuls leurs petits avantages comptent, tant-pis pour les autres (les esclaves) ».

    Pour ceux qui vivent des caresses des directions en oubliant leur devoir de défendre les collègues qui les ont élus.

    Regardez : Un film qui commence à parler des invisibles de la sous-traitance, déjà visible sur ce site.http://documentaires.france5.fr/doc..."

    Répondre à ce message

  • L’ère nucléaire à venir.... 26 avril 2012 08:55, par Max

    Risques nucléaires en France ; les promesses des candidats, c’est : circulez il n’y a rien à voir.

    Petite vidéo ici zapping des déclarations des futurs présidents du pays le plus nucléarisé au monde.

    Répondre à ce message

  • L’ère nucléaire à venir.... 17 juillet 2012 13:26, par Max

    Nucléaire : combien ça coute ? chut ! ça ne se dit pas par les temps qui court.

    Dans une courte vidéo, Benjamin Fremaux, directeur de la stratégie et des fusions et acquisitions du géant de l’atome et Jérôme Gosset, vice-président exécutif de la business unit hydrogène et stockage d’Areva Renouvelables, répondent aux questions des internautes.

    Survient alors la question légitime du coût et de la durée du démantèlement. En effet, François Hollande s’est engagé à fermer Fessenheim. Si tel est le cas, il reviendra donc au groupe français de démanteler la doyenne du parc nucléaire français. Une problématique qu’Areva connait bien, assurent-ils. En effet, l’industriel démantèle déjà des installations pour ses clients.

    Pour procéder à cette opération, il faut compter entre deux et trois décennies, estiment-ils. "Car il faut aussi le temps de mettre en place les filières", expliquent-ils. Quant à la question initiale, celle du coût, la réponse n’est pas fournie.
    Voir ici la vidéo.

    Répondre à ce message

  • L’ère nucléaire à venir.... 9 août 2012 13:49, par Max

    LES CO-GESTIONNAIRES DU NUCLÉAIRE ( un article du C.A.N. 84 qui dénonce très justement le nucléaire écolo de gauche et les anti-nucléaires irradiés par cette gauche).

    Quand on entend Europe Ecologie Les Verts et d’autres parler de transition énergétique vers un monde meilleur à base d’énergies renouvelables avec du nucléaire pendant encore 20 ans ou plus, on se rappelle que Dominique Voynet, Ministre verte à l’Environnement et à l’Aménagement du Territoire de la “Gauche plurielle” à partir de 1997, signait l’extension de l’usine MELOX, productrice de MOX et l’installation à Bure d’un “laboratoire” d’étude du stockage des déchets radioactifs à vie longue, et que Les Verts siégeant au conseil régional PACA, tout en ne s’opposant pas vraiment au projet ITER, signèrent en décembre 2006 le principe de “ 1 euro pour Iter, 1 euro pour les renouvelables ”.

    Quand, les élus verts au Parlement Européen votent en novembre 2009, un texte comprenant la résolution suivante : “ ... le passage... à une économie à faible intensité de carbone conférera à l’énergie nucléaire un rôle important dans le bouquet énergétique à moyen terme... ”, ils votent presque à l’unanimité, pour ce texte, notamment Eva JOLY, Daniel COHN-BENDIT, Michèle RIVASI, Yannick JADOT, José Bové lui s’est courageusement abstenu !!!

    Quand le député EELV Noël Mamère dénonce, à propos du projet Astrid (d’étude du réacteur nucléaire de quatrième génération), un nouvel accroc à l’accord signé entre son parti et le PS sur le nucléaire (demandant à son parti de s’interroger sur son vote de confiance au gouvernement), ce vert pâle oublie que dans les années 80 il chantait les louanges notamment du surgénérateur Superphénix dans ce qu’on appelle chez les journalistes des "ménages" au service de l’industrie nucléaire.

    Le même Noël Mamère vient, néanmoins et sans surprise, de voter ainsi que tout le groupe parlementaire EELV la confiance au gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Cà c’est de l’indignation !

    Quand le président François Hollande se prononce pour une exploitation au plus tôt par Areva, si possible avant la date prévue de 2014, de la mine géante d’uranium Imouraren au Niger, elle dit quoi Cécile Duflot ministre d’un gouvernement pro-nucléaire ? Il dit quoi le sénateur Jean-Vincent Placé ? Rien ! La soupe est trop bonne ?

    Et Pascal Durand le nouveau porte parole d’EELV il dit quoi... :

    "Pour Europe Écologie Les Verts, les entreprises françaises, où qu’elles se trouvent dans le monde, doivent s’y montrer exemplaires. Elles doivent s’imposer les mêmes normes environnementales qu’en France et respecter, a minima, les normes sociales définies par l’OIT. EELV réaffirme qu’un autre « développement » économique et humain est possible au Niger : il passe par un nouveau partenariat avec la France et l’Europe, la généralisation de l’agriculture vivrière et, par exemple, par la mise en valeur du potentiel solaire incomparable du pays. La France, pour pouvoir utilement accompagner cette transition, doit elle-même s’engager dans une transition énergétique qui l’amènera à réduire sa dépendance à l’uranium."

    Il ne veut pas fermer les mines d’uranium non, il dit "RÉDUIRE SA DÉPENDANCE À L’URANIUM", et la "sortie du nucléaire" grâce a la fameuse "transition énergétique", c’est pour quand ??? Jamais !

    Quand "l’écolo libéral" Daniel Cohn-Bendit nous déclare en aparté sur le nucléaire “faudrait arrêter, mais on peut pas", on se rappelle que son (toujours) conseiller et frère, Gabriel Cohn-Bendit, dans Libération du 6 janvier 2000, proposait sous le titre "Vacances vertes". " Pourquoi ne pas imaginer un service civil, garçons et filles, géré par le ministère de l’environnement, où l’on formerait les jeunes à intervenir dans des situations telles que tremblements de terre, inondations, feux de forêts, accident nucléaire ".

    Quand la direction du Réseau Sortir du Nucléaire fait la promotion du scénario Négawatt de sortie du nucléaire en 22 ans et que, au nom du "tous ensemble", elle soutient la politique d’EELV, encore membre de cette pseudo fédération d’associations et de partis politiques, que peut bien attendre la lutte antinucléaire de ce "Réseau" ?

    Quand Pascal Husting, directeur général de Greenpeace France déclare page 11 dans Direct Matin n°495 le 29 juin 2009 :

    "Mieux vaut prolonger les centrales qu’en construire de nouvelles... Une grande partie des centrales pourrait voir leur vie prolongée de dix ans, voire même de vingt ans...". on se dit quoi ? Il est antinucléaire lui ?

    Quand l’ACRO (Association pour le Contrôle de la Radioactivité dans l’Ouest) invite à un débat public (de concertation) sur la gestion post-accidentelle d’un accident nucléaire à l’université de Caen, elle réalise le rêve des autorités, associer la population ou les associations qui se présentent comme ses défenseurs, pour préparer la co-gestion du futur désastre.

    Quand Monique Sené du GSIEN (Groupement des Scientifiques pour l’Information sur l’Energie Nucléaire) se fait le chantre de la contre-expertise et participe comme "contre expert officiel" à la concertation sur les installations nucléaires, que fait-elle à part démontrer que le nucléaire est "gérable" ?

    Quand Maxime Combes, un apparatchik d’Attac, pense qu’il est politiquement inacceptable qu’à Lézan en août 2011 il y ait eu un vote direct à main levée pour "L’arrêt immédiat du nucléaire civil et militaire" et se débrouille pour faire supprimer le mot "immédiat" et revoter pour un beaucoup plus neutre "Arrêter le nucléaire civil et militaire", c’est bien afin de ne pas effrrayer la nouvelle grande "union" de la gauche et des organisations environnementales avant la présidentielle de 2012.

    Et puis que pensent certains intervenants "de prestige" à Notre-Dame des Landes comme la “vedette altermondialiste” Susan George du tabassage et du gazage (gaz CS) des manifestants anti-THT au Chefresnes, elle qui a toujours été prête à condamner "les violences des manifestants" notamment à Gênes où est mort Carlo Guiliani.

    Comment osent-ils encore se prétendre antinucléaires, eux qui participent à la prolongation du nucléaire et à sa co-gestion avec les pouvoirs en place ?

    Avec de tels "alliés", les antinucléaires dits "radicaux" ont-ils encore besoin d’être matraqués et gazés par les flics ? Tous ces pseudo antinucléaires ne suffisent-ils pas pour tenter d’étouffer notre parole ?

    Qu’il soit entendu que nous ne nous laisserons pas faire !

    Coordination Stop-Nucléaire,

    pour l’Arrêt Immédiat Inconditionnel et Définitif du Nucléaire.

    Répondre à ce message

  • L’ère nucléaire à venir.... 24 août 2012 01:25, par Max

    "Dès le mois de mai le CAN84 (collectif anti-nucléaire du Vaucluse) avait proposé aux syndicats et élus du personnel une rencontre. Histoire de mettre un terme à la barrière artificiellement dressée par le lobby nucléaire entre salariés du nucléaire et les populations et qui ne profitent qu’aux forces de la mort et de la prédation. La proposition était resté lettre morte. Aussi quelle surprise de voir un tel décalage entre l’attitude encore fermée des syndicats et celle des travailleurs bien plus conscient que cela ne peu pas durer encore comme cela."

    extrait du journal de la marche pour la vie organisée cette semaine entre Marcoule, Cadarache et Tricastin.

    La surprise des salariés est qu’on s’adresse à eux directement à la porte de l’entreprise, ce qui devient extrèmement rare politiquement et syndicalement...encore plus s’il s’agit de discuter des politiques syndicales à l’intérieur dans les ateliers ou bureau et dans les sections syndicales !

    Sinon les risques du nucléaire, les salariés les connaissent en partie même si pour l’instant ils ne veulent pas trop cracher dans la soupe, jusqu’à un certain point car à Marcoule, l’explosion du four il y a presque 1 an n’était pas un accident maîtrisé comme l’ont tout de suite affirmé les responsables de l’ASN , qui ont commencé par mentir sur les chiffres des mesures de radioactivité, pour rassurer la population.
    La mort d’un salarié, les blessures et la contamination d’autres, est un choc et la responsabilité du sous traitant cache mal celle du donneur d’ordre, EDF, et donc de l’Etat.

    Le fossé travailleurs/syndicats sert les intérêts du patronat et de l’Etat encore plus quand la gauche est au pouvoir et sous prétexte de défense de l’emploi (qui consiste à négocier des vagues delicenciements), les syndicats n’ont jamais été à l’origine mais également ont freiné ou combattu l’interdiction des matériaux et installations industrielles dangereuses ou mortelles pour les populations voisines et les salariés.

    Répondre à ce message

  • L’ère nucléaire à venir.... 26 août 2012 19:54

    Le réacteur numéro 3 de la centrale nucléaire belge de Doel, près d’Anvers -l’un des sept réacteurs exploités par Electrabel, une filiale du groupe français GDF Suez- ne sera sans doute jamais relancé.
    La découverte d’une fissure sur la cuve, révélée par le quotidien Le Soir, suscite l’inquiétude, tant en Belgique que dans le reste de l’Europe où plusieurs centrales possèdent le même équipement. Cet incident intervient alors que plusieurs pays dans le monde s’interrogent sur l’avenir du nucléaire, après la catastrophe de Fukushima au Japon.

    Répondre à ce message

  • L’ère nucléaire à venir.... 26 août 2012 19:55

    Large de 15 à 20 mm, la fissure de la centrale de Doel s’avère difficilement réparable, selon une analyse du directeur de l’AFCN, Willy de Roovere. « Je suis assez sceptique pour le moment, a-t-il déclaré à la radio publique RTBF en réponse à une question sur la possibilité de réutiliser la cuve du réacteur après la découverte d’anomalies. « Il reste quand même la possibilité de prouver que je me trompe », a-t-il toutefois précisé. L’existence de la fissure n’a pas été démentie.

    « Une éventuelle réparation de la cuve est pratiquement impossible et n’est pas l’option à retenir, parce qu’il est à craindre qu’une telle opération fasse apparaître de nouvelles tensions dans la paroi de la cuve, ce qu’il faut absolument éviter », soutient l’AFCN. « Un remplacement de la cuve est extrêmement difficile (dose élevée de rayonnements) et n’a jamais eu lieu où que ce soit dans le monde », poursuit-elle.

    Les contrôles ont montré des « défauts dans le matériau de base en acier de la cuve ». Ce qui fait craindre que des faiblesses n’apparaissent dans d’autres cuves fabriquées par le même fournisseur. Le fabriquant, le groupe néerlandais Rotterdamsche Droogdok Maatschappij (RDM), qui a depuis cessé ses activités, a équipé une dizaine de réacteurs en Europe.

    Répondre à ce message

  • L’ère nucléaire à venir.... 4 décembre 2013 08:07

    Sur France Inter, Anne Lauvergeon a laissé entendre que le gouvernement avait reporté la réduction, à 50 % à l’horizon 2025, de la part du nucléaire dans la production d’électricité. « On n’est plus sur une date, on est sur un but », avait indiqué l’ex-présidente d’ Areva.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0