Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/36/d206324349/htdocs/site_org1G/config/ecran_securite.php on line 180
Au pays du nucléaire rayonnant... et des matins morts... - Matière et Révolution
English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 02 - SCIENCES - SCIENCE > Géodynamique et climatologie de la Terre - Sauvegarde de la planète > Au pays du nucléaire rayonnant... et des matins morts...

Au pays du nucléaire rayonnant... et des matins morts...

mardi 31 janvier 2012, par Robert Paris

Au pays du nucléaire rayonnant... et des matins morts... On peut lire sur le net :

Loin des feux de l’actualité - on se demande bien pourquoi d’ailleurs - le complexe nucléaire de TEPCO à Fukushima continue de fuir de plus belle. On ne parle pas ici des premiers écoulements mais bien de ceux qui n’ont jamais arrêté de leur succéder.

Quatorze fuites d’eau ont été découvertes dans la centrale nucléaire endommagée de Fukushima (nord-est du Japon), obligeant l’opérateur de suspendre les opérations de refroidissement au réacteur N : 4 pour deux heures, a annoncé lundi Tokyo Electric Power Co (TEPCO).

Ces fuites pourraient être causées par la vague de froid qui frappe la région, a indiqué l’exploitant de la centrale, ajoutant que le niveau de contamination est faible. La température dans la préfecture de Fukushima a atteint récemment à moins 8 degrés Celsius.

Selon TEPCO, la température de l’eau dans le bassin de refroidissement du réacteur 4 est restée quasiment stable à 21 degrés Celsius.

Le nord-est de l’Archipel a été secoué le 11 mars dernier par un violent séisme, suivi d’un tsunami dévastateur, qui ont fait 20.000 morts et disparus et provoqué la crise nucléaire à la centrale de Fukushima.

La crise, la pire depuis celle de Tchernobyl (Ukraine) en 1986, a entraîné également l’évacuation de plus de 80.000 personnes qui vivent autour de la centrale et a suscité une vague de panique dans le monde.

Notons au passage que les premières fuites étaient quasi-systématiquement pointées par la presse nippone quand elles étaient le fait de l’appareil de refroidissement construit en catastrophe par l’entreprise française AREVA et l’entreprise américaine Kurion, alors que depuis que ce génial pis-aller a été remplacé par une machinerie japonaise (Toshiba) il n’est jamais fait mention du nom de son fabriquant. Comme c’est curieux...

En tout cas, dès le début de l’année 2012, on a trouvé des fuites et du côté de la machine, et d’origine inconnue : 300 tonnes au total d’une eau hautement radioactive, dont 220 dans des tunnels dans lesquels l’eau en question s’était répandue... sans que l’on sache ni d’où, ni comment. Les technologies modernes, c’est mieux que le paranormal...

Et depuis, il y a encore eu de "petites éjections" et encore d’autres, et encore d’autres...

Les dernières en date viennent à peine d’être reconnues, d’ailleurs, par TEPCO qui semble complètement dépassé par les évènements. Un peu comme le Popeye d’un des premiers jeux à cristaux liquides de Nintendo, qui était supposé rattraper au vol des boîtes d’épinards que lui lançait en vrac son copain Brutus. Au début, c’était pépère, mais rapidement, Popeye commençait à paniquer car la pluie de projectiles commençait à atteindre ses limites... On en est là, et même las.

Pas étonnant, dès lors, que le principal opérateur électrique du Pays du soleil levant ait été élu "seconde entreprise la plus irresponsable du monde" cru 2011. Un essai douteux qui pourrait fort bien se confirmer en 2012, voire se transformer car il y a encore hélas un cran de marge de progression vers le sommet du classement.

Cela n’empêche cependant pas - et au contraire, justifie même à ses yeux - TEPCO de prétendre à appliquer des augmentations de tarifs pour se financer : 10% pour les particuliers, 17% pour les professionnels sont à venir mais ce n’est pas tout. Gagnant sur les deux tableaux, TEPCO pourra ainsi se refinancer d’une part au moyen de ses tarifs privés, mais aussi par une injection massive de capitaux publics à hauteur de... 13 billions de yens (13 000 000 000 000 de yens) ! Faites donc vous-même la conversion en euros si votre calculette dispose d’assez de zéros...

Et cerise sur le gâteau, l’AIEA songe même sur demande du gouvernent japonais à ouvrir un bureau de liaison permanent à Fukushima ce qui ferait d’ailleurs deux bureaux de cette organisation au seul Japon. C’est peut-être qu’il y a comme de l’affinité dans l’air... En effet, n’oublions surtout pas qu’un mois après le début du drame, le 14 avril 2011, l’AIEA déclarait "Fukushima n’est pas un nouveau Tchernobyl" et que le même organisme, deux mois après, rendait un "rapport accablant".

Note : deux journalistes français ont été arrêtés tout récemment par la police japonaise pour avoir tenté de rapporter des informations des "zones interdites" radioactives. Ils ont été détenus pour effraction et contrefaçon de documents d’identification. Qui en a parlé, en France ?

Il n’y a pas de journée sans tremblement de terre au Japon. Celui du 23 janvier 2012 a été particulièrement ressenti, avec une magnitude de 5,1 / 5.3.

Quasi simultanément, à 40 km au nord-est de Tokyo, le KEK de Tsukuba a enregistré une montée rapide de la radioactivité mesurée dans l’air. D’habitude, le capteur mesure une radioactivité moyenne de 0,09 µSv/h. En moins de 3 heures, le taux a doublé puisqu’il est passé à 0,18 µSv/h vers 22h30. Vous remarquerez que le graphique général atténue ce pic puisqu’il réduit 0,18 à 0,15.

Or, il est impossible d’attribuer cette augmentation simultanée à un effet du tremblement de terre à Fukushima qui se trouve à 200 km au nord.

De la même manière le site http://guregoro.sakura.ne.jp/radioa... a indiqué une augmentation de la radioactivité à partir de 15 heures pour Tokyo, c’est-à-dire à partir du moment où il a commencé à pleuvoir. Le phénomène est observable durant une dizaine d’heures.

D’où venait cette radioactivité ?

De quelle nature était-elle ?

Venait-elle d’un relâchement de Fukushima Daiichi il y a quelques jours, porté par le vent ?

D’une incinération de déchets radioactifs ?

D’habitude, c’est le mauvais temps qui explique ce genre de pics de radioactivité, la pluie apportant son lot de radionucléides. Et d’après ce relevé, il pleuvait-neigeait à ce moment là sur la région de Tokyo.

Il est probable ainsi qu’il s’agisse d’une coïncidence, c’est-à-dire d’un épisode pluvio-neigeux se produisant au même moment que le tremblement de terre.

Cette nouvelle pluie radioactive semble montrer que la pollution de la centrale de Fukushima n’a pas de répit. Selon l’aveu même de l’opérateur, elle aurait été en augmentation en janvier.

Difficilement mesurables à ce stade, les conséquences à long terme de cette catastrophe nucléaire seront sans doute observables au-delà de l’archipel nippon. Au-delà du nuage radioactif, d’importantes quantités d’eau contaminée ont été rejetée en mer et ont conduit à des interdictions de pêche au Japon.

Et c’est cette pollution qui pourrait être à l’origine de l’échouage de nombre de phoques annelés sur les côtes d’Alaska depuis le mois de juillet. Retrouvés morts ou blessés, ces phoques présentent des lésions sur leurs membres inférieurs, une peau irritée autour des yeux et des narines et des pertes de fourrure par plaque. Les scientifiques ont en premier lieu cherché en vain à identifier un virus qui pourrait être responsables de ces symptômes. Leurs investigations portent maintenant sur une éventuelle irradiation liée à la catastrophe japonaise.

« Nous avons récemment reçus des échantillons de tissus de phoques provenant d’animaux présentant ces symptômes et ayant été capturés à proximité de l’île Saint Laurent et nous allons étudier leur éventuelle radioactivité » a indiqué John Kelley, professeur émérite à l’institut de science marine de l’Université de Fairbanks (Alaska).

Les résultats ne sont pas attendus avant plusieurs semaines et ne devraient pas apporter une réponse définitive quant à l’origine de la radioactivité car les relevés effectués dans les eaux territoriales américaines depuis me mois de mars n’ont pas indiqué une hausse de la radioactivité marine. Si il s’agit bien d’une contamination radioactive, c’est l’ensemble de la chaîne alimentaire qui pourrait être en cause et les répercussions seraient alors ressenties à plus grande échelle.

Haruko Sakaguchi, professeur de français près de Fukushima, témoignait hier sur son vécu du nucléaire à Saint-Gervais, invitée par Europe écologie les Verts.

Vous êtes partie dès la catastrophe de Fukushima le 11 mars dernier, pourquoi ?

« J’étais au courant des risques nucléaires, puisque je militais timidement contre. En octobre 2010, nous avions manifesté devant la mairie de Fukushima contre l’arrivée du mox, mais nous n’étions que six à nous relayer ! Notre maison était à Miharu, à 45 km de Fukushima ; nous sommes immédiatement partis dans la région de Tokyo mais nous étions conscients que les dangers des radiations allaient jusque-là. Mon mari étant français, nous avons fait le choix très douloureux de partir, pour notre petite fille de 4 ans. Ma fille a une grande nostalgie du Japon, nous avons laissé nos amis, ma famille. Et surtout nous savons que nous ne pourrons plus jamais y retourner, c’est ça le risque nucléaire. L’eau, tout ce qu’on mange est contaminé. Mais la plupart des Japonais ne se rendent pas compte du danger. »

Vous vivez depuis en France qui est aussi un grand pays nucléaire, cela ne vous effraie pas ?

« Ici il n’y a pas le risque sismique qui est réel au Japon. Mais les Français ont tout à fait raison de se mobiliser contre le nucléaire. C’est une menace générale, il y a déjà eu trois catastrophes majeures à travers le monde, et beaucoup d’autres moins importantes. Et pourtant la même obstination des gouvernants à dire que ce n’est pas dangereux. J’ai l’intime conviction qu’au Japon, on arrivera à en sortir. Nombre de réacteurs ne sont désormais plus en fonction et en avril, tous les réacteurs seront provisoirement arrêtés. En septembre dernier il y a eu 60.000 manifestants à Tokyo ce qui est énorme pour le Japon. Et je pense que la colère due à Fukushima va grandir quand les conséquences vont commencer à apparaître. Je serais heureuse que la France se désengage, et si ce n’est pas le cas, j’envisagerais peut-être avec ma famille d’aller vivre ailleurs. »

Êtes-vous retournée au Japon depuis ?

« Oui cet été. C’est terrible, on se pose des questions énormes avant de boire un verre d’eau. C’est une très belle région que nous avons quittée, où nous faisions partie d’une communauté très sympathique. Mais quand des voisins nous ont accueillis avec la pastèque qu’ils venaient de cueillir dans leur jardin, on ne savait plus quoi faire. Les radiations sont partout et je ne retournerais vivre nulle part au Japon. C’était un départ sans retour possible. »

la suite...

9 Messages de forum

  • Vous vivez depuis en France qui est aussi un grand pays nucléaire, cela ne vous effraie pas ?

    « Ici il n’y a pas le risque sismique qui est réel au Japon. Mais les Français ont tout à fait raison de se mobiliser contre le nucléaire. C’est une menace générale, il y a déjà eu trois catastrophes majeures à travers le monde, et beaucoup d’autres moins importantes. Et pourtant la même obstination des gouvernants à dire que ce n’est pas dangereux. J’ai l’intime conviction qu’au Japon, on arrivera à en sortir. Nombre de réacteurs ne sont désormais plus en fonction et en avril, tous les réacteurs seront provisoirement arrêtés. En septembre dernier il y a eu 60.000 manifestants à Tokyo ce qui est énorme pour le Japon. Et je pense que la colère due à Fukushima va grandir quand les conséquences vont commencer à apparaître. Je serais heureuse que la France se désengage, et si ce n’est pas le cas, j’envisagerais peut-être avec ma famille d’aller vivre ailleurs. »

    Êtes-vous retournée au Japon depuis ?

    « Oui cet été. C’est terrible, on se pose des questions énormes avant de boire un verre d’eau. C’est une très belle région que nous avons quittée, où nous faisions partie d’une communauté très sympathique. Mais quand des voisins nous ont accueillis avec la pastèque qu’ils venaient de cueillir dans leur jardin, on ne savait plus quoi faire. Les radiations sont partout et je ne retournerais vivre nulle part au Japon. C’était un départ sans retour possible. »

    Répondre à ce message

  • Retour sur un génocide et un écocide :

    Ecouter l’émission sur France Culture ici.

    Fukushima, la catastrophe ne fait que commnencer !

    Répondre à ce message

  • Pas moins de cinq comités de crise constitués pour faire face à la triple catastrophe naturelle et nucléaire du 11 mars au Japon n’ont gardé aucun compte-rendu officiel de leurs réunions, a admis vendredi un fonctionnaire de l’Etat.

    Plus tôt cette semaine, le gouvernement avait avoué que la cellule spéciale réunie autour du Premier ministre de l’époque, Naoto Kan, pour gérer l’accident atomique de Fukushima n’avait gardé aucune trace des discussions tenues lors de ses réunions, ce qui a déclenché des interrogations sur les autres commissions ad hoc.

    Le gouvernement a ainsi reconnu ne pas avoir non plus les minutes de quatre autres organes d’urgence, renforçant ainsi l’image d’une gestion brouillonne du désastre déclenché par le séisme et le tsunami survenu le 11 mars dans le nord-est de l’archipel, la pire crise connue par le Japon depuis la Deuxième guerre mondiale.

    Trois des comités n’ont pas même établi de brefs résumés de leurs entretiens, tandis que deux autres groupes de travail n’ont noté que partiellement le contenu des rendez-vous.

    Face à ce constat dont l’actuel gouvernement n’est pas responsable, puisque la plupart des membres ont changé entre-temps, le vice-Premier ministre en exercice, Katsuya Okada, a ordonné de recréer d’ici à la fin février des résumés des rencontres à partir de témoignages.

    L’absence de documents officiels sur ces réunions est qualifié de "grotesque" par Kazuhiro Hayakawa, professeur agrégé de droit administratif, et relève même selon lui d’une violation de l’obligation légale de tenir des minutes.

    "Peu importe la situation d’urgence et l’obligation d’aller vite, il est absurde que n’aient pas été établis de comptes-rendus", a-t-il souligné.

    "Je doute que cela ait été intentionnel de la part du gouvernement, mais je suppose que les fonctionnaires n’ont pas reçu clairement l’ordre de créer ces documents", a-t-il précisé, regrettant que cette erreur prive les experts de la possibilité d’étudier ce qui s’est exactement passé immédiatement après la catastrophe naturelle qui a fait plus de 19.000 morts et l’accident de Fukushima qui a forcé à évacuer une centaine de milliers personnes.

    Répondre à ce message

  • Nucléaire No Futur : concert de rue au Japon à voirici.

    Répondre à ce message

  • Pour les lecteurs habitant à Tokyo :

    Pour information, la prochaine grande manifestation antinucléaire aura lieu à Tokyo ce samedi 11 février à Shibuya/Parc Yoyogi :

    "Sayonara genpatsu" .

    Programme :

    13h Concert d’ouverture avec The JUMPS

    13h30 Discours, avec Oe Kenzaburo, Yamamoto Taro et de nombeuses personnalités, artistes, délégués de Fukushima, dans le parc de YOYOGI, secteur B (au "Carré des manifestations" = IBENTO Hiroba, et dans l’allée des Zelkovas = Keyaki Namiki)

    14h30 Départ de la manifestation

    La manif part de Keyaki Namiki et du Parc Yoyogi et se terminera au Parc Central de Shinjuku.

    (L’itinéraire est encore sujet à modifications, vérifier sur le site (la fonction "traduction" peut être activée mais elle reste approximative):

    ①ケヤキ並木→渋谷勤福→宮下公園→明治通り→原宿→千駄ヶ谷小学校→明治公園

    Départ Parc de Yoyogi, allée des Zelkovas --- parc Miyashita--- Meiji dori --- Harajuku --- Ecole primaire de Sendagaya --- parc Meiji

    ②イベント広場→代々木公園駅→参宮橋→新宿中央公園

    Départ "Carré des manifestations" (=IBENTO hiroba) --- Gare de Yoyogi koen --- Sangubashi — parc central de Shinjuku (Shinjuku Chuo koen)

    Lien : http://sayonara-nukes.org/2012/01/0...

    Répondre à ce message

  • « La catastrophe de Tchernobyl est un arbre qui pousse »Juin 200, Michel Fernex professeur de médecine.

    Celle de Fukushima est autre chose, pire encore, qu’on ne peut pas imaginer.

    "Les oiseaux de Fukushima souffrent de stérilité, les oiseaux qui naissent ont des anomalies et ont beaucoup de chances de ne pas revenir l’an prochain., comme autour de Tchernobyl. Lisez les travaux de Møller (CNRS) et Mousseau (Prof dans une uni Américaine). Le volume crânien des oiseaux survivants sera réduit. Chez les humains, la génération de 2011 et 12 aura des problèmes : QI réduit, échecs scolaires, peu de jeunes pouvant réaliser des études supérieures. Il y aura aussi des enfants malformés ou fragiles, comme autour de Tchernobyl. Le refus de bien étudier l’avenir des populations irradiées est imposé par l’AIEA, l’OMS est paralysée par un accord WHA 12,40 signé en 1959 qui soumet l’OMS à l’AIEA, promoteur du nucléaire commercial.

    Montrer les dégénérescences chez des animaux, mammifères, batraciens et reptiles, par ailleurs des insectes comme les papillons, bourdons et sauterelles, ainsi que chez des araignées , c’est montrer que la radiophobie dont parlent les autorités sont purs mensonges : Tous les aux dont souffrent les pppulations irradiées seraient dues à la peur des rayonnements. Et les poitiques le croient ou font semblant de le croire.

    Les irradiés peuvent tomber malade, après un temps de latence court chez les petits enfants, 5 à 30 ans pour les jeunes et les adultes. Ce sera le moment de compter les maladies cardiaques, glandulaires, du système de défense immunitaire et des cancers. Mais avant, les descendants de ces adultes seront génétiquement plus gravement touchés que les parents. Cette aggravation se retrouvera chez leurs petits enfants et dans les générations qui suivront, si l’on en croit les animaux sauvages de Tchernobyl qui se reproduisent beaucoup plus vite que les humains, comme les rongeurs."

    commentaire de Michel sur le site du CAN sud-est.

    Répondre à ce message

  • Japon : des milliers de manifestants contre l’énergie nucléaire.

    ICI l’article de libé.

    Répondre à ce message

  • Un immeuble japonais construit avec du béton radioactifctif

    Les autorités nippones ont découvert qu’un immeuble situé à 55 kilomètres de Fukushima avait été construit avec du béton radioactif provenant d’une carrière proche de la centrale accidentée. Une enquête a été ouverte.

    Si l’accident de la centrale de Fukushima est aujourd’hui terminé, les Japonais en subissent toujours les conséquences. En début de semaine, le gouvernement nippon a en effet ouvert une enquête concernant un immeuble construit avec du béton radioactif provenant des environs de la centrale accidentée en mars dernier. "Des niveaux de radiation allant jusqu’à 1,24 microsievert par heure ont été relevés dans ce bâtiment situé dans la ville de Nihonmatsu, à 55 kilomètres du site atomique", ont indiqué les autorités de la ville nippone citées par le Point. Or, d’après les médias locaux, 12 familles vivraient actuellement dans ces appartements.

    La construction de l’immeuble de trois étages, s’est achevée en juillet dernier. Au cours des travaux, les ouvriers auraient en fait utilisé du béton fabriqué à l’aide de gravier collecté seulement un mois après l’accident dans une carrière proche de la centrale Fukushima Daiichi. Toutefois, d’après le porte-parole du gouvernement, Osamu Fujimura, une personne vivant dans ce bâtiment s’exposerait à un taux de radiation d’environ 10 millisieverts par an, soit la moitié du niveau fixé par les autorités pour décréter une évacuation.

    Toutefois, le cas des ouvriers qui ont manipulé pendant des mois du béton radioactif n’a pas été évoqué. "Nous voulons poursuivre l’enquête sur les carrières situées dans la zone interdite et vérifier si des cas similaires ont pu se produire", a précisé le porte-parole

    Répondre à ce message

  • Contamination level is increasing in Tokyo Bay :

    Les mesures de césium sont réalisés à partir des rivières de la baie de Tokyo. voir la photo de la carte des mesures, ici.

    Le Professeur Yamazaki de l’Université de Kinki a mesurée le césium contenu dans les sédiments de la mer à 36 points de la baie de Tokyo. Le résultat montre que le niveau de contamination est la plus importante près de l’ éffluent de la rivière Arakawa . Il précise que le césium est amené à partir de la rivière contaminée.

    (5 cm de profondeur dans le sol de la mer, le césium 134 et 137)

    8/2011 : 308 Bq / Kg

    10/2011 : 476 Bq / kg (↑ 155%)

    12/2011 : 511 Bq / kg (↑ 107%)

    La tendance est à la hausse dans de nombreux autres points aussi. Le niveau de césium est plus élevée près de la rivière que dans le centre de la baie de Tokyo

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0