Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/36/d206324349/htdocs/site_org1G/config/ecran_securite.php on line 180
Les classes dirigeantes israéliennes n’ont pas d’autre perspective que de transformer de plus en plus le peuple israélien en gardien de ghetto, de prison et de camp… - Matière et Révolution
English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- LUTTE DES CLASSES - CLASS STRUGGLE > Les classes dirigeantes israéliennes n’ont pas d’autre perspective que de (...)

Les classes dirigeantes israéliennes n’ont pas d’autre perspective que de transformer de plus en plus le peuple israélien en gardien de ghetto, de prison et de camp…

lundi 14 mai 2012, par Robert Paris, Tiekoura Levi Hamed

Les classes dirigeantes israéliennes n’ont pas d’autre perspective que de transformer de plus en plus le peuple israélien en gardien de ghetto, de prison et de camp…

Les prisonniers palestiniens, par leur courageuse grève de la faim, ont fait un peu plier les dirigeants israéliens qui leur ont concédé une petite partie de leurs simples droits élémentaires reconnus mondialement. Ce n’est pas énorme mais c’est une reconnaissance que les méthodes d’emprisonnement des forces de répression israéliennes dépassent largement celles de ce qui se prétend une démocratie. Ainsi, un très grand nombre de prisonniers sont en situation de réclusion administrative sans jugement et sans date de jugement à venir.

Plus de 1600 des 4.700 détenus palestiniens d’Israël (dont près de 310 en détention administrative) ont fait une grève de la faim, dont sept entre un mois et demi et deux mois et demi en prenant le risque d’en mourir. La détention administrative, les mesures systématiques d’isolement des détenus, le refus des soins médicaux même dans des cas graves sont parmi les méthodes utilisées systématiquement par l’Etat israélien à l’encontre des Palestiniens. Et il ne s’agit pas nécessairement de militants ou de combattants palestiniens mais de personnes arrêtées pour un oui ou pour un non…Voilà ce que conteste la grève des prisonniers palestiniens.

Une manifestation de soutien mêlant Arabes et juifs a eu lieu samedi dans le quartier mixte de Jaffa à Tel Aviv.

Des milliers de Palestiniens ont participé vendredi à des rassemblements de soutien à travers la Cisjordanie, la bande de Gaza et Jérusalem-Est. A Aboud, près de Ramallah (Cisjordanie), un Palestinien de 20 ans a été grièvement blessé à un oeil par un tir israélien, selon des sources médicales.

C’est l’une des plus importantes grèves de la faim de prisonniers et elle a fait reculer le pouvoir israélien qui a craint que la naqba ne lance une nouvelle intifada. Hamas et Autorité palestinienne l’ont craint eux aussi et ont ainsi favorisé un accord qui met fait à la grève de la faim. Mais pas à une situation d’oppression inadmissible des prisonniers et de ceux qui sont prisonniers des ghettos mis en place par Israël.

La ghettoïsation des Palestiniens s’aggrave au contraire de jour en jour, accélérée par la colonisation de la Cisjordanie, par la construction des murs de séparation, par les attaques contre les ressources en eau des Palestiniens, par la répression systématique et les arrestations sans preuve, par les provocations délibérées contre des civils désarmés et non menaçants…

Des mesures anti-humanitaires contre les Palestiniens ont été prises par les autorités israéliennes comme la destruction par l’armée de citernes d’eau fournies par l’Europe aux Palestiniens.

Israël a démoli en 2011 des dizaines de maisons palestiniennes, des citernes et des infrastructures agricoles financées par des fonds européens, a dénoncé un rapport publié lundi par des ONG d’aide humanitaire. Le document ajoute que 110 autres structures sont menacées.

Cette enquête a été réalisée par des ONG locales et internationales et supervisée par le Bureau de l’ONU pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA). Selon le rapport de l’organisation Displacement Working Group (DWG), Israël a rasé en 2011 62 structures financées par l’UE (France, Pays-Bas, Grande Bretagne, Pologne, Irlande, Commission européenne).

Yuval Diskin, ancien directeur du Shabak (« Shin Bet »), l’agence de contre-espionnage israélienne, vient à son tour de sévèrement critiquer les positions défendues par le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Ehud Barak.

Concernant les relations entre les juifs israéliens et les autres groupes ethniques, M. Diskin affirme que « durant ces 15 dernières années, Israël est devenu de plus en plus raciste. Toutes les études le montrent. Il y a du racisme contre les arabes et contre les étrangers, et nous sommes devenus aussi une société plus belliqueuse ».

Surtout, il affirme que les politiciens israéliens sont animés par des motifs irrationnels : « Je n’ai pas confiance dans les dirigeants actuels, je ne pense pas qu’ils soient à un niveau suffisant pour gérer un événement de l’ampleur d’une guerre régionale ou contre l’Iran (...) Je ne crois ni au Premier ministre, ni au ministre de la Défense. Je n’ai pas confiance dans une direction qui prend des décisions basées sur des sentiments messianiques ».

Ces déclarations fracassantes de Yuval Diskin ont été appuyées par Meir Dagan, l’ancien directeur du Mossad, et elles font suite aux propos du chef d’état-major, le général Benny Gantz, qui a admis que l’Iran ne cherchait pas à fabriquer de bombe atomique.

Ces prises de positions rapprochées des responsables de la sécurité israélienne visent à ramener les politiciens à la raison et à les dissuader de lancer le pays dans une guerre contre l’Iran.

Alors que les médias occidentaux décrivent Israël comme un État moderne et « l’unique démocratie du Proche-Orient », le pays vit toujours sous état d’urgence et ses dirigeants actuels appartiennent à des sectes extrémistes.

Ainsi Benjamin Netanyahu et Ehud Barak courtisent publiquement des rabbins ultra-ortodoxes comme Ovadia Yossef, leader du mouvement politique Shass. Celui-ci considère par exemple que les non-juifs sont nés uniquement pour servir le peuple d’Israël, ou encore que tous les Palestiniens doivent périr.

L’Etat israélien prétend qu’il envisage de négocier avec les Palestiniens la reconnaissance d’un Etat palestinien mais, dans le même temps, il aggrave la situation qui rend de plus en plus impossible la coexistence pacifique des deux communautés et c’est un choix délibéré.

La crise qui frappe le monde se réfracte aussi en Israël comme on l’a vu récemment avec les manifestations sociales massives contestant la politique anti-pauvres de l’Etat d’Israël et la politique guerrière et d’extrême droite ne peut qu’en être renforcée car la question sécuritaire a toujours servi de dérivatif à la question sociale.

Pendant des décennies, les classes dirigeantes ont instrumentalisé la question palestinienne pour éviter la question sociale. C’est fini !

Des manifestations massives pour la "justice sociale" dans dix villes Depuis plus de deux semaines, le visage du boulevard Rothschild, à Tel-Aviv, s’est transformé. Des centaines de tentes ont été érigées en son centre, sur un îlot de verdure traversé par une piste cyclable. Certains ont apporté fauteuils et chaises de plastique. D’autres ont installé des petites piscines gonflables.

Le phénomène n’est pas unique à un tronçon du chic boulevard, bordé de restaurants et de commerces. Dans d’autres secteurs de la métropole et dans plusieurs grandes villes israéliennes, des manifestants ont créé leur propre « village de tentes ». Ils manifestent contre le coût élevé de la vie et exigent des changements politiques sur les questions sociales.

Le mouvement a commencé par l’invitation d’une jeune Tel-Avivienne sur Facebook. Avec une dizaine d’amis, Daphni Leef s’est installée sur le boulevard Rothschild, forcée de quitter son appartement et incapable de trouver un logis abordable.

Son appel a résonné dans tout le pays.

C’est pour face au risque d’une révolte sociale généralisée des Israéliens que le gouvernement israélien se radicalise contre les Palestiniens.

La dérive d’extrême droite du régime israélien s’est d’ailleurs dévoilée par le fait que le gouvernement a accepté de recevoir les extrêmes droites européennes, y compris celles qui avaient un passé pro-nazi ! Cela a été dénoncé en Israël par de nombreuses associations des prisonniers des camps de la mort…

Plus que jamais la révolte doit unir Palestiniens et Israéliens contre les Etats qui les oppriment et en particulier l’Etat israélien...

5 Messages de forum

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0