Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/36/d206324349/htdocs/site_org1G/config/ecran_securite.php on line 180
Comme la dialectique de Hegel l’affirmait, la science démontre que la nature fait des bonds - Matière et Révolution
English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 01 - PHILOSOPHIE - PHILOSOPHY > Chapter 05 : Nature’s discontinuites make jumps and gaps - Les (...) > Comme la dialectique de Hegel l’affirmait, la science démontre que la nature (...)

Comme la dialectique de Hegel l’affirmait, la science démontre que la nature fait des bonds

dimanche 23 septembre 2012, par Robert Paris

Le philosophe G.W.F Hegel dans « Science de la Logique » :

« On dit que la nature ignore les bonds (...) or le changement n’est pas seulement quantitatif mais aussi qualitatif et consiste dans quelque chose de nouveau, d’autre, dans la rupture de la forme ancienne de l’être. »

Hegel dans "La Grande Logique" :

« La nature ne fait pas de sauts" dit-on ; et l’opinion ordinaire, quand il s’agit de comprendre l’avènement ou la disparition, s’imagine, comme nous l’avons vu, les comprendre en se les représentant comme un avènement ou une disparition graduels. Mais il s’est déjà manifesté que les changements de l’être ne sont pas le passage d’une quantité à une autre quantité, mais le passage du qualitatif au quantitatif et inversement, la transition en un autre qui est une interruption du graduel et un changement qualitatif par rapport à l’être déterminé antérieur. L’eau refroidie ne devient pas peu à peu dure, de façon à se gélifier et à durcir peu à peu jusqu’à la consistance de la glace, mais devient dure d’un seul coup ; ayant déjà atteint la température de la glace, elle peut encore conserver son état liquide si elle demeure immobile, mais à la moindre secousse elle passe alors à l’état solide. (...) De la même façon, des Etats, à cause de leur différence de grandeur, tout autre facteur étant égal, acquièrent un caractère qualitatif différent. les lois et la constitution deviennent autres quand l’étendue de l’Etat et le nombre de citoyens s’agrandissent. Il y a une mesure quantitative de l’Etat au delà de laquelle il s’écroule intérieurement sous la même constitution qui, avant son extension, faisait son bonheur et sa force. »

Enoncé de Poincaré, dans son article « L’hypothèse des quanta » :

« L’énergie est égale au produit de la fréquence par l’élément d’action. (...) Le quantum d’action est une constante universelle, un véritable atome. (...) Un système physique n’est susceptible que d’un nombre fini d’états distincts ; et il saute d’un de ces états à l’autre sans passer par une série continue d’états intermédiaires. »

Karl Newell et Peter Molenaar relèvent dans « Applications de la dynamique non-linéaire aux modèles de développement », que « La vison scientifique de l’essentiel de notre siècle concernant la croissance physique de l’enfant a consisté à dire que l’enfant grandit lentement de manière continue de façon journalière en l’absence d’attaque extérieure ou de maladie. (...) Des mesures prises de façon journalière ou hebdomadaire démontrent que la croissance des dimensions du corps a lieu par bonds rapides, par marches d’escaliers, mode que de nombreuses expériences ont désormais confirmé. »

Stephen Jay Gould dans "Le pouce du panda" :

« Dans ma propre branche professionnelle, j’ai été impressionné par l’influence profonde et malheureuse que le gradualisme a exercé sur la paléontologie par l’intermédiaire de la vielle devise "la nature ne fait pas de sauts". le gradualisme, l’idée que tout changement doit être continu, lent et régulier, n’est jamais né d’une interprétation des roches. Il représentait une opinion préconçue, largement répandue, s’expliquant en partie comme une réaction du libéralisme du 19ème siècle face à un monde en révolution. Mais il continue à pervertir notre prétendue vision objective de l’histoire de la vie. (...) L’histoire de la vie, telle que je la conçois, est une série d’états stables, marqués à de rares intervalles par des événements importants qui se produisent à grande vitesse et contribuent à mettre en place la prochaine ère de stabilité." »

Le physicien Murray Gell-Man dans « Le quark et le jaguar » :

« Nous avons étudié certains exemples qui semblent d’énormes sauts dans l’évolution biologique (...). Il se produit bien des révolutions. »

Lochak, Diner et Fargue dans « L’objet quantique » :

« L’hypothèse des quanta voulait dire cette chose étrange que le mouvement des atomes n’évolue pas continûment mais par bonds discontinus : comme si une fusée ne pouvait s’élever progressivement au dessus de la terre vers n’importe quelle orbite et ne pouvait atteindre que certaines orbites particulières en sautant brusquement de l’une à l’autre. »

Que sont les sauts quantiques :

- Saut du photon entre ses deux états (neutre et dipolaire)

- Saut du proton entre ses divers états qui diffèrent par le nombre de gluons (dipôles)

- Saut de la particule qui émet (ou absorbe) brusquement un boson

- Saut de la particule d’une position à une autre et d’un état à un autre

- Saut de l’électron entre couches au sein de l’atome

- Saut entre neutron et proton au sein du noyau de l’atome

- Saut du neutrino entre ses états électronique, muonique et tauonique

- Saut du couple particule/antiparticule au boson (par exemple électron/positon donne un photon lumineux)

- Saut du quark (ou de l’antiquark) entre des états caractérisés par une charge dite de couleur (bleu ou antibleu, vert ou antivert, rouge ou antirouge).

- Saut de l’état virtuel à l’état réel

- La diffusion : saut des atomes dans un solide Dans un solide, une lacune est un atome absent d’un des sites cristallins. C’est le phénomène de diffusion des atomes à l’intérieur du solide qui rend possible la disparition des lacunes. La diffusion correspond au saut d’un atome depuis le site qu’il occupe jusqu’au site voisin supposé être lacunaire ; l’atome laisse donc à sa place une lacune qui pourra servir de site d’accueil pour un autre atome. L’atome a besoin d’énergie pour se déplacer ainsi de lacune en lacune ; il la trouve sous forme d’énergie thermique dans son environnement qui le maintient à une température fixée. La diffusion est d’autant plus efficace que la température du solide est élevée ; c’est ainsi que, à 1 100 kelvins, des atomes à l’intérieur d’un cristal de cuivre parcourent une distance de 5 micromètres en une heure de saut en saut.

- Les transitions de phase (dont les plus connues sont les passages solide/liquide/gaz) sont des brisures de symétrie, des sauts des états de la matière, à la fois qualitatifs et quantitatifs en fonction des échelles de l’organisation


Comme la dialectique de Hegel l’affirmait, la science démontre que la nature fait des bonds

La dynamique du changement d’état

Le cheminement discontinu

La congélation : un phénomène qui fait des bonds

Le climat a basculé de façon extrêmement brutale à la fin de la dernière période glaciaire

Les changements abrupts du climat

L’onde de choc est une transition brutale

Sauts des états du neutrino

Sauts quantiques de la lumière

Les bonds quantiques

Des sauts de potentiel dans des matériaux qui correspondent à des changements de structures

L’émergence de la matière : une rupture

Révolutionnaire, la matière ?

Les discontinuités révolutionnaires de la matière

Changement moléculaire brutal : la chimie femtoseconde

La discontinuité du vivant

Le changement brutal d’espèces

La macroévolution de Gould : des bonds dans l’évolution des espèces

Volcanisme et changement climatique

Le changement climatique est-il lent et progressif ou brutal ?

Changement brutal du climat du Sahara

Brutal refroidissement à la fin du Dryas

Comment des changements brutaux de l’environnement produisent des évolutions des espèces

Mutations rapides des bactéries

Volcanisme et évolution rapide de la vie sur Terre

Le changement brutal du milieu modifie les protéines

Apparition brutales d’espèces nouvelles

Biologie : quand les radicaux sautent d’acide aminé en acide aminé

Biologie : Sauts d’électron dans le mécanisme de de la photolyase de l’ADN

Les gènes homéotiques font faire des bonds au vivant

Evolution et bonds

Métamorphoses du vivant

Le vivant et les bonds

Exemples de bonds de l’Histoire

Gradualité et bonds, d’après Friedrich Hegel

Bonds dialectiques exposés par Boukharine

Développement et croissance saltatoire

Le fonctionnement neuronal est saltatoire

La nature fait des sauts – exposé par le site Matière et Révolution

Les bonds d’après Zénon

Discontinuité de la nature : une question philosophique

La nature ne fait pas de sauts, selon Leibniz

La causalité et les sauts

Le saut mathématique dans le monde quantique

Les bonds en mathématiques

Le rôle de la violence dans la dynamique

Quelles révolutions de la matière

La rupture du néolithique

Le rythme révolutionnaire du changement

Qu’est-ce que la révolution ?

Disparition des civilisations

La philosophie historique est celle du changement brutal

3 Messages de forum

  • Dans la Misère de la Philosophie, Marx s’en prend à Proudhon qui, dans toute catégorie économique, s’efforce de séparer le bon côté du mauvais, afin de ne retenir que le bon. Or, dit Marx, « ce qui constitue le mouvement dialectique, c’est précisément la coexistence de deux côtés contradictoires, leur lutte et leur fusion en une catégorie nouvelle : rien qu’à poser le problème d’éliminer le mauvais côté, on coupe court au mouvement dialectique ».

    Répondre à ce message

  • « Pour la dialectique, il n’y a rien de définitif, d’absolu, de sacré ; elle montre la caducité de toutes choses et en toutes choses, et rien n’existe pour elle que le processus ininterrompu du devenir et du transitoire ». (Friedrich Engels dans « Ludwig Feuerbach »).

    Répondre à ce message

  • « On exprime de différents côtés l’opinion que le point de vue dialectique est au fond parfaitement identique au point de vue de ce qu’on appelle l’évolution. Ces deux points de vue ont sans doute plus d’un point commun, pourtant une différence essentielle les sépare, défavorable à l’« évolution ». Les évolutionnistes modernes aiment à l’opposer aux révolutionnaires, et, dans toute circonstance convenable ou non, ils cherchent à expliquer qu’il n’y a de sauts ni dans la nature, ni dans l’histoire. De tels raisonnements sont la contre-partie, de ceux des anarchistes qui, eux, ne veulent pas connaitre l’évolution. Mais la dialectique a montré, il y a longtemps, le moyen de sortir de la contradiction abstraite entre l’évolution et la révolution. Elle sait qu’il y a des sauts, aussi bien dans la pensée que dans la nature et dans l’histoire. Elle ne peut arriver à nier un fait qui se produit partout et à tout moment. Elle cherche à distinguer les conditions où la transformation successive doit conduire nécessairement à un saut, mais Messieurs les évolutionnistes s’inquiètent beaucoup, dès qu’on incline à dire que l’ordre social actuel est capable de périr comme tout ce qui existe, qu’il devra faire place à un autre, et cela grâce à un certain saut politique, la conquête du pouvoir politique par le prolétariat. »

    Plekhanov, "La philosophie de Hegel"

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0