Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/36/d206324349/htdocs/site_org1G/config/ecran_securite.php on line 180
Les syndicats à PSA : des méthodes qui n’ont rien à voir avec des méthodes de classe ! - Matière et Révolution
English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 10- SYNDICALISME ET AUTO-ORGANISATION DES TRAVAILLEURS - SYNDICALISM AND (...) > Les syndicats à PSA : des méthodes qui n’ont rien à voir avec des méthodes de (...)

Les syndicats à PSA : des méthodes qui n’ont rien à voir avec des méthodes de classe !

jeudi 25 avril 2013, par Robert Paris

Les syndicats à PSA : des méthodes qui n’ont rien à voir avec des méthodes de classe !

La grève contre les licenciements et la fermeture d’Aulnay contre le patronat de Peugeot - soutenu par le gouvernement (le ministre Montebourg, le même qui engueulait au début Peugeot, ne dit-il pas maintenant qu’il n’a qu’admiration pour le patron Varin ?) – est en train de se terminer en eau de boudin… La CGT négocie discrètement avec la direction une éventuelle reprise du travail et sans avoir jamais développé une véritable perspective de lutte.

Le syndicat SUD de PSA Aulnay vient d’annoncer qu’il se retirait de la grève à durée illimitée à laquelle il participait aux côtés de la CGT d’Aulnay et contre un patron de combat qui agressait et menaçait les grévistes, menaçait plusieurs militants CGT et travailleurs de licenciement et mobilisait sa maîtrise pour casser la grève, pendant que tous les autres syndicats dénonçaient les grévistes et pas le patron !

Pour apprécier la situation qui se profile maintenant pour les salariés de PSA Aulnay et les politiques des centrales syndicales, il convient de rappeler brièvement les étapes du conflit.

Il y a de grandes différences entre les politiques des différents syndicats qui ont œuvré à PSA Aulnay face à l’annonce de licenciements massifs par PSA et à l’annonce de la fermeture du site d’Aulnay, de grandes différences qui n’empêchent pas qu’il n’y ait aucune centrale syndicale qui défende réellement les intérêts politiques et sociaux des travailleurs, non seulement ceux d’Aulnay mais ceux de toute la classe ouvrière.

Grande différence entre d’un côté le SIA et de l’autre la CGT ou SUD. Le SIA, c’est l’ancienne CFT, c’est-à-dire le syndicat mis en place par le patron Peugeot et auquel il imposait aux salariés d’adhérer pour être embauché, syndicat qui a cassé les grèves, détruit les tentatives de constitution de syndicats libres à Peugeot, à Aulnay comme ailleurs.

A l’inverse, c’est de haute lutte que les travailleurs d’Aulnay comme de Poissy ont imposé une CGT contre le patron qui faisait tout pour l’interdire et agissait de manière fasciste dans ce but.

Il est évident qu’à l’annonce de la fermeture par le patron, même le syndicat patronal se devait, s’il voulait conserver son influence, faire mine de s’opposer aux licenciements et à la fermeture. Cela ne veut pas dire qu’il fallait prendre cela pour argent comptant.

L’attitude de la CGT, souvent accusée de sectaire sous prétexte qu’elle est dirigée par des militants d’extrême gauche de Lutte Ouvrière, a au contraire été d’accepter le SIA parmi les syndicats qui disaient vouloir agir ensemble contre le plan patronal. Les militants CGT ont même organisé des tournées syndicales communes avec les militants SIA et les militants de LO en étaient si fiers qu’ils l’ont écrit comme un grand pas en avant dans les articles de leur journal politique ! C’est si bon se retrouver ensemble dans les ateliers avec les militants… du syndicat ex-fasciste !!!!!

Et l’intersyndicale, avec quasiment tous les syndicats, y compris les plus à droite, les plus liés à un encadrement et un patronat violemment hostiles aux travailleurs, a commencé à se réunir et à adopter des communiqués communs et des décisions communes. L’une de ces décisions déterminante a été de ne pas entrer en lutte sur le champ, de ne pas réagir « à chaud » aux licenciements et à l’annonce de fermeture qui avaient pourtant choqué l’ensemble de la classe ouvrière car c’était la première annonce de ce type et d’une longue liste de milliers de licenciements dans tous les secteurs d’activité qui allait suivre. L’autre décision de l’intersyndicale a consisté à faire appel à un audit des comptes, une « expertise indépendante » à la demande du CE et des syndicats et d’attendre (de faire attendre les salariés) le résultat de cette expertise qui soi-disant bloquait le plan patronal. Tout cela ouvertement dans le but commun de tous ces syndicats, hormis le syndicat SUD, de ne pas partir en grève avant les vacances, la CGT affirmant qu’il fallait garder ses forces intactes, que c’était un marathon et pas une course de vitesse, qu’on allait entrer en lutte et être cassés par les vacances, etc, etc… Les salariés ont entendu également les syndicats nationaux réagir de même en annonçant qu’ils réagiraient mais des mois après… après les vacances, quand la colère du monde du travail à cette annonce de Peugeot serait bien retombée. Et toutes les vacances, patronat et gouvernement ne sont pas restés, eux, à attendre tranquillement que vienne la grande lutte annoncée après les vacances par la menace qui grand chef de la CGT Aulnay : « nous allons être le cauchemar du patron », « nous allons transformer Aulnay en forteresse ouvrière ». Aulnay en forteresse, voilà qui signifiait que les travailleurs d’Aulnay défendaient seulement leur site alors qu’il y avait encore plus de licenciements dans l’ensemble des autres sites qu’à Aulnay seule et qu’ils se gardaient d’appeler à la lutte de l’ensemble du trust, unité absolument indispensable dans une attaque d’ensemble, unité que la confédération syndicale ne voulait surtout pas organiser. Le discours du chef syndical CGT d’Aulnay ne risquait pas préparer une lutte d’ensemble puisqu’il ne mobilisait que derrière une banderole « non à la fermeture d’Aulnay » et jamais derrière un « non aux licenciements à Peugeot » ! Et, d’autre part, l’objectif donné aux salariés était de répartir les productions entre les sites, ce qui sous-entendait qu’il fallait lutter pour produire à Aulnay, propagande qu’on se serait attendu à trouver dans la bouche de dirigeants staliniens ou réformistes mais pas de trotskystes de Lutte Ouvrière, du moins pas il y a quelques années… Mais, à force de pratiques syndicales pragmatiques, c’est-à-dire opportunistes on fait du chemin en marche arrière…

Donc les salariés se retrouvés conseillés de ne pas partir en grève avant les vacances, même si une minorité dont ceux de Sud auraient souhaité le faire et à laisser le terrain pendant tout le mois d’août à leurs adversaires. Les discours patronaux et gouvernementaux se sont chargés durant tout ce temps de leur casser le moral. Et, en faisant rentrer les salariés d’Aulnay une semaine après leurs camarades des autres usines pour leur démontrer que cette lutte qui aurait dû être la locomotive d’une lutte d’ensemble se retrouvait isolée.

Il a fallu attendre des mois ensuite pour que les travailleurs d’Aulnay qui avaient déjà vu leur moral cassé par des mois et des années pendant lesquelles la CGT s’était chargée par avance d’annoncer le projet de fermeture du patron. Quand on vous serine pendant des mois à longueur de déclaration du chef CGT que « le site d’Aulnay va fermer », sans autre développement de perspective de lutte, sans montrer en quoi cela concernait le reste de la classe ouvrière ou le reste des ouvriers de PSA, on ne peut pas dire que vous ayez le moral en entendant les chefs syndicaux.

Quand il devient évident que l’attaque ne concerne pas seulement Aulnay, pourquoi continuer à parler chacun de son site ? Est-ce la meilleure manière de faire reculer le patron ? Pourquoi accepter de négocier site par site ? Pourquoi ne contacter les salariés des autres entreprises que pour demander un soutien ? Une rencontre était organisée la semaine dernière à l’hôpital Tenon avec des ouvriers de PSA-Aulnay et une quête pour aider les grévistes. L’idée d’une rencontre est très juste, mais plus que pour simplement aider la caisse de grève, ce qui aurait été un objectif utile et intéressant aurait été que ces délégations d’ouvriers en lutte dans toutes les usines et entreprises aient eu lieu dès le début de l’attaque des patrons pour organiser la riposte en créant des formes d’organisation nouvelles inter-professionnelles. Les différentes centrales n’ont pas fait ce choix et ne nous ont jamais réunir que pour une promenade dans les rues de temps en temps. A l’avenir, ne comptons pas sur elles pour organiser ensemble les travailleurs de toutes les entreprises et comptons sur nous-mêmes pour nous contacter, nous organiser et préparer la riposte.

Pourquoi avoir fait croire que les salariés d’Aulnay, seuls, pouvaient faire reculer Peugeot ? Pourquoi avoir parlé dans ce sens de « transformer Aulnay en forteresse ouvrière » ? Pourquoi avoir prétendu que, luttant seuls, ils pouvaient « devenir le cauchemar du patron » ?

Et pourquoi avoir pendant des mois fait croire que les gouvernements de Sarkozy et Hollande devaient intervenir pour sauver les salariés des licenciements. Tous les syndicats ont fait croire cela. Cela fait certes parti des illusions des salariés mais pourquoi y compris des militants d’extrême gauche qui sont dans ces syndicats réformistes doivent-ils contribuer à ces illusions en prétendant « exiger d’être reçus par le président ou par le gouvernement » comme si l’Etat de la bourgeoisie allait intervenir contre la bourgeoisie !!

Les syndicats directement pro-patronaux oeuvrent à PSA, sans même parler du « syndicat-patron » SIA, ancien syndicat fasciste CFT qui n’a de syndicat que le nom alors que des générations de salariés se sont vus imposer leur adhésion pour être embauchés. Les centrales CGC ou CFDT ne condamnent que les grévistes, les manifestants, les grèves et pas le patron qui licencie ! Cela n’a pas empêché la CGT d’Aulnay de participer à une intersyndicale avec de tels appareils pourris à l’annonce par le patron d’un plan massif de suppressions d’emplois dont la fermeture d’Aulnay n’était que moins de la moitié… Ces différentes organisations ont fait semblant au début d’être ensemble contre les licenciements. Même les plus droitiers et pro-patronaux de ces centrales ont prétendu s’unir contre le patron. C’était une comédie. Cela n’est plus à l’ordre du jour, maintenant que ces syndicats ont prétendu demander au patron et aux flics de les sauver contre les syndicats CGT et SUD… Les salariés sont présentés par eux comme des victimes des grévistes qui empêcheraient les salariés de travailler ! Selon eux, le patron va fermer l’entreprise mais c’est CGT et SUD qui empêchent de travailler !

Et pourtant, ce que n’ont pas fait les syndicats, c’est de lancer la grève à l’annonce des licenciements par le patron, quinze jours avant les vacances…

Cependant, il y a aussi beaucoup à redire sur les syndicats qui sont pour la grève et sur la manière dont ils conçoivent la lutte. On vient encore d’en avoir un arrière-goût dans la manière dont ils négocient avec le patron. Le syndicat SUD de PSA-Aulnay vient de se désolidariser de la manière dont agit le syndicat CGT de PSA-Aulnay. Rapportons ce qu’il dénonce :

26 mars 2013 : conflit entre militants CGT et SUD devant le tribunal TGI de Versailles, avec insultes à l’avocat de SUD et coups de poings échangés.

9 avril 2013 : négociation clandestine entre la direction CGT (Mercier, Julien et Martinez) et la direction au siège de PSA pour discuter des modalités de fin de conflit.

10 avril 2013 : l’information circule parmi les salariés que la CGT négocie sans les informer. La CGT explique qu’elle ne fait que rappeler les revendications à la direction.

11 avril 2013 : Au TGI de Versailles, la CGT apparaît encore comme voulant trainer la direction en justice sur le plan patronal PSE.

15 avril 2013 : à la demande de la CGT, une nouvelle négociation à lieu avec la direction au siège, négociation décidée par le syndicat sans la présence d’aucun autre syndicat. Finalement, la CGT change de position et accepte la présence de la CFDT mais pas celle du SUD, curieusement puisque SUD a toujours été pour la grève avec la CGT mais pas la CFDT qui a dénoncé la grève et la CGT… La CGT a ouvertement marchandé pour que les quatre salariés licenciés par le patron sous de prétendues « fautes graves » ’’bénéficient’’ du PSE en échange du retrait de la plainte CGT en justice pour le plan PSE.

16 avril : en AG, la CGT confirme qu’elle est en négociation avec la direction de PSA et confirme aussi qu’elle exclue le syndicat SUD des négociations. Cette fois-ci, la CGT se couvre de démocratie en faisant voter par l’AG, où elle est majoritaire, le fait que SUD ne soit pas conviée aux négociations en arguant de la promesse que le projet de signature soit soumis à tous avant décision. SUD déclare : « Suite à cette dictature (de la CGT-LO), nous avons décidé de mettre fin à la grève et de cesser toute discussion avec la CGT. »

« Il y a un problème de fond avec la CGT, qui ne souhaite pas qu’on participe aux négociations pour l’accord de fin de conflit », a expliqué à l’AFP le secrétaire général du syndicat à Aulnay, Mohamed Khenniche, confirmant une information du Parisien. Selon lui, son syndicat a été écarté par le vote de l’assemblée générale des grévistes de trois réunions organisées depuis le 9 avril avec la direction centrale de PSA visant à négocier la sortie du conflit. « Le but, ce n’est pas de reprendre le travail pour produire des véhicules. On résiste contre la CGT, mais toujours contre le patronat », a souligné M. Khenniche.

« Cela fait plusieurs semaines que les grévistes ne voyaient plus M. Khenniche à l’usine » et il « a refusé de se soumettre aux décisions des assemblées générales », a déclaré de son côté Jean-Pierre Mercier, représentant CGT de l’usine. Selon lui, 200 ouvriers continuent la grève - 180 selon la direction - et « des échéances importantes sont attendues pour la semaine à venir ».

En somme, la direction lance une arnaque pour arrêter la grève et fait un chantage. La direction de la CGT tombe dans le panneau, accepte de négocier, en le cachant aux salariés, en refusant d’en informer, et ce que reproche surtout le syndicat Sud, c’est que la CGT ne les accepte pas aux négociations-arnaque !!! Par contre, que la CGT ait fondé sa politique sur un faux comité de grève qui ne décide de rien, SUD n’a rien contre. Que la lutte soit isolée sur le site d’Aulnay n’est pas pour SUD un motif de rupture. Pour punir la CGT, SUD arrête la grève… Pas fameux !!!

Ce qui a manqué tout au long aux salariés, ce n’est pas des syndicats, ils en ont de toutes les sortes ! Mais où est l’analyse de la politique du patron ? Pourquoi il licencie ? Pourquoi il ferme Aulnay ? Comment on pourrait le faire reculer ? Cela fait complètement défaut !

Les explications de la politique du patron, la CGT en a donné mais elles sont multiples et contradictoires :

- c’est la famille Peugeot, on les connaît, ils veulent profiter sur le dos des salariés en accroissant l’exploitation des ouvriers, ils n’ont aucun problème de crise, pas de difficulté, ils mentent, ils vont reporter la charge de travail sur les autres usines

- c’est le refus du contrat avec l’Iran, abandonné pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la production, avec le monde du travail

- c’est la concurrence des salariés mal payés des pays émergents qui amène PSA à délocaliser les emplois en Chine ou au Brésil

- c’est le gouvernement Sarkozy puis Hollande qui veulent frapper les salariés et soutenir les patrons

- c’est une attaque patronale qui consiste à faire payer aux salariés les frais de la crise alors que les patrons ont des finances qui se portent extrêmement bien

Quel lien entre les offensives patronales et l’attaque du patron de PSA ? Silence radio des syndicats !

Quel lien entre le désinvestissement productif et les investissements financiers ? Silence radio des syndicats !

Aucune analyse du fait que l’Etat français ait offert, sans condition, treize milliards et des poussières pour sauver la banque PSA. Comment se fait-il que cette banque pèse plus que le trust automobile tout entier n’est côté en bourse ? Aucune réponse ! Comment se fait-il que la CGT minimise cette aide de l’Etat et ne parle que de cinq milliards ? Aucune réponse !

Comment se fait-il que la CGT mette en place un comité de grève qui ne fait pas de déclarations publiques, qui ne signe pas les tracts, les banderoles, qui ne participe pas aux négociations, qui n’a aucune véritable décision en son pouvoir sur les suites de la grève, qui ne décide pas des négociations, qui n’est pas rendu réellement public dans les média notamment ? Comment se fait-il que la totale passivité des centrales syndicales face aux licenciements à Peugeot, y compris celle de la CGT, n’est pas dénoncée. Comment se fait-il que l’unité avec Renault proclamée dans une action à Flins en reste là ? Comment se fait-il que la seule unité de classe qu’organise la CGT consiste en des collectes d’argent pour la caisse de grève ? Est-ce que les 8250 suppressions d’emplois sont à combattre dans une lutte différente des suppressions d’emplois à PSA, à Goodyear, à Ford, à General Motors, ou dans les banques, à Sanofi, à IBM ou dans les services publics où on licencie massivement les précaires ?

Non ! La politique des centrales syndicales à PSA ne s’expliquent pas, ne se justifient pas par le rapport de forces difficile. L’isolement de la lutte d’Aulnay ne provient pas de la difficulté mais d’une politique consciemment menée en vue de ne pas se fâcher avec les responsables des centrales syndicales qui eux ont partie liée avec le gouvernement de gauche et qui lui a partie liée avec les patrons des trusts. En somme, les salariés sont trompés par leurs syndicats et doivent compter d’abord sur leurs propres forces et mettre en place de vrais comités de grève, responsables et indépendants de tous les appareils, patronaux comme syndicaux. Ces comités n’excluent bien entendu pas les militants du rang à condition que ceux-ci n’entendent pas jouer les éminences grises qui décideraient de tout dans le dos des grévistes en noyautant discrètement les comités comme ils ont noyauté le syndicat.

La politique qui est nécessaire à la classe ouvrière doit être défendue au grand jour. Ses militants doivent agir dans la clarté et pas en se cachant aux salariés eux-mêmes. A bas les états-majors clandestins qui se croient plus capables de décider que les ouvriers et qui ne nous préparent que des défaites !!! Même quand ces états-majors se disent d’extrême gauche….

La suite

1 Message

  • La politique de LO/CGT à PSA Aulnay, au travers des déclarations du dirigeant CGT, second porte parole national de Lutte Ouvrière

    « L’oubli des grands points théoriques fondamentaux pour les intérêts immédiats et passagers, la lutte et la course aux succès momentanés sans se soucier des conséquences ultérieures, le sacrifice de l’avenir du mouvement au présent du mouvement - tout cela a peut-être des mobiles « honnêtes » mais cela est et reste de l’opportunisme. Or l’opportunisme « honnête » est peut-être le plus dangereux de tous. »

    Engels, Critique du projet de programme social-démocrate d’Erfurt de 1891

    Pour le grand public, la lutte des travailleurs est menée radicalement à Aulnay par la CGT qui affirme "nous allons être le cauchemar du patron !" et le leader de la CGT d’Aulnay, Mercier passe systématiquement dans tous les média. Il répète sans cesse un discours qui ne dit pas nous allons unir toutes les luttes mais seulement : "La famille Peugeot va fermer Aulnay" ! Mais les licenciements en France, ce n’est pas seulement Aulnay, pas seulement Peugeot et pas non plus dû à une seule mauvaise famille de la bourgeoisie mais à toute cette classe sociale !

    Premières remarques

    1°) L’annonce des licenciements à PSA n’est que le début d’une offensive générale des patrons en France. La lutte a lieu à cette échelle : ou les salariés de PSA enclenchent une réaction générale ou ils perdent. Cette dimension fait totalement défaut dans la politique de Lutte Ouvrière à PSA… Au départ, patronat et gouvernement n’étaient nullement sûrs de leur coup, ce qui explique la posture du gouvernement qui se prétendait hostile aux licenciements et à la fermeture. Ils craignaient qu’Aulnay mette non seulement le feu aux poudres dans tout PSA mais aussi s’unisse aux nombreuses entreprises qui licencient pour construire une vague ouvrière. La stratégie syndicale les a rassurés...

    2°) Les licenciements concernent à la fois la plupart des sites de PSA et la lutte devrait être menée ensemble. Il y a tout au plus des délégations des différents sites aux rassemblements les uns des autres. La seule fois où, à Rennes, il y a convergence réelle, ce n’est pas à l’initiative des militants de LO qui dirigent la CGT de PSA Aulnay.

    3°) La CGT de PSA se garde de rompre l’unité avec les autres syndicats, y compris le syndicat maison du patron, le SIA, qui est issu du syndicat fasciste de Peugeot, la CFT ! Au contraire, Lutte Ouvrière se félicite de militer avec ce syndicat ! Pour ça, la CGT, deuxième syndicat de l’usine, n’a pas hésité à se rapprocher du Syndicat indépendant de l’automobile (SIA), le syndicat maison, majoritaire. L’impensable pour certains. " C’est Mercier qui a fait alliance avec le SIA, le syndicat du patron qui se bat pour des primes, raconte un syndicaliste qui préfère rester anonyme. Ça n’aurait jamais eu lieu avant. " " Avec le SIA, on a réussi extrêmement vite à combler le fossé qui s’était créé pendant des années, reconnaît M. Mercier. Ils ont compris qu’ils avaient été trahis par la direction. On s’est mis sur la figure pendant des années, mais maintenant il faut faire l’union. "

    4°) Les objectifs donnés à la lutte sont absurdes : un nouveau plan industriel qui ne nuirait pas aux intérêts de Peugeot par exemple, la demande à Sarkozy d’intervenir, puis retarder les licenciements à novembre, ou, actuellement, modifier l’ordre du jour des négociations alors que la CGT a accepté qu’elles aient lieu site par site !

    5°) A PSA, Lutte Ouvrière a milité contre le lancement d’une grève avec occupation, prétendant qu’il suffisait d’attendre : pas de grève, pas d’occupation d’usine, pas de visite en envahissant des usines, en s’invitant aux AG des entreprises qui licencient, pas d’appel à généraliser la lutte, pas d’appel à l’unifier même sur PSA, rien de ce qui faisait autrefois la politique de Lutte Ouvrière dans les grèves... Lutte ouvrière prône la lenteur : attendre la rentrée des vacances, puis attendre l’expertise, puis attendre les négociations. En interne, LO dit que c’est très dur et prépare déjà les militants en disant qu’on va certainement perdre... Ce sont des hauts stratèges de la défaite !

    6°) En plus de l’idée fausse selon laquelle on peut se battre dans une seule usine que Mercier traduit transformer Aulnay en forteresse ouvrière, il y a celle que l’Etat est là pour défendre les travailleurs menacés de licenciement et qu’il faut le lui demander... Que des travailleurs le pensent, certes, mais pour des révolutionnaires ! Pour Mercier "les propos du chef de l’Etat sont "insuffisants.","Pour nous, l’Etat a les moyens d’interdire la fermeture de l’usine et les licenciements." Et on doit courir discuter après les représentants de l’Etat bourgeois afin qu’ils interviennent contre la bourgeoisie c’est-à-dire pour que ... la poule donne du lait !

    Reçus par Hollande les salariés d’Aulnay et pour quoi faire ? Parce que cela va renforcer le rapport de force ou la démoralisation ?

    Et les "opérations coup de poing", Varin les reçoit-il comme un coup d’épingle ou comme un coup d"épée dans l’eau ?

    Non, ce n’est pas avec les patrons et le gouvernement qu’il faut se réunir, c’est avec les Sanofi, les Bouygues, les employés de banque de CIF, les Doux, les ArcelorMittal, les Air France et en les appelant à constituer leur comité de lutte, en faisant des AG communes, des visites d’usine et en allant de plus en plus nombreux dans tous les sites qui licencient comme Renault Flins ou qui menacent de licencier !

    Les autoroutes, c’est de la fausse action, du grand classique pour promener les salariés en colère...

    Le plan de restructuration (plan de sauvegarde de l’emploi à Aulnay et Rennes, plan de départs volontaires pour les effectifs hors production), est momentanément suspendu par l’expertise votée en comité central d’entreprise et dont les conclusions seront, selon PSA, connues le 15 octobre.

    Mais cette stratégie de l’expertise, c’est celle des syndicats : reculer pour mieux sauter ou pour mieux se faire avoir ! Cela ne change rien sur le fond et ce n’est même pas mis à profit pour véritablement mettre en place une lutte d’ensemble des sites !

    Il n’y a rien de bon à attendre du début septembre du côté du rapport commandé par Bercy ni des décision d’une réunion intersyndicale ni de l’expertise demandée par ceux-ci. Les travailleurs doivent se parler et décider eux-mêmes des suites à donner, de la manière de lutter, de la manière de s’organiser.

    Les syndicats ne mèneront pas une telle lutte car cela fait trop d’années et de décennies qu’elles ne savent même plus ce que c’est. Des militants syndicalistes honnêtes y participeront bien sûr mais à condition de cesser de suivre leurs directions et à condition d’accepter l’auto-organisation des travailleurs en comités d’action, comités de lutte, comités de grève...

    CGT/LO peuvent prétendre qu’ils constituent un comité à Aulnay mas c’est un faux puisqu’ils acceptent de négocier sans que ce comité soit LE négociateur !

    Les centrales syndicales peuvent gronder, manifester, protester, mais elles ont depuis longtemps un fil à la patte qui les relie à l’Etat et aux patrons, et encore plus fondamentalement au système social car c’est dans son cadre qu’elles n’ont cessé de négocier au nom de soi-disant intérêts communs aux patrons et aux salariés.

    7°) Que pourraient faire les travailleurs d’Aulnay, les travailleurs de PSA pour devenir véritablement le cauchemar des patrons et de l’Etat qui est au service des patrons ?

    Tout d’abord, ils pourraient se proposer de prendre la tête de la lutte contre la vague de licenciements en France.

    Ils pourraient décider que chacune de leurs actions « coup de poing » ira vers une entreprise menacée par les licenciements, par les fermetures. Ils pourraient y aller à plusieurs centaines, à un millier et plus. Ils pourraient y tenir une assemblée générale avec ces salariés menacés eux aussi dans leurs emplois. Puis ils pourraient proposer au vote à main levée de venir avec lors de leur prochaine action pour aller dans une autre entreprise où les emplois sont attaqués ou menacés.

    Chaque action serait ainsi la construction d’une véritable armée ouvrière de lutte. Cela supposerait, d’abord, que les militants qui dirigent un tel combat n’aient pas de fil à la patte qui les attache aux directions des centrales syndicales et qu’ils militent ouvertement et publiquement pour l’organisation de comités de travailleurs indépendants des appareils (même s’il n’est nullement question d’en exclure les militants syndicalistes).

    Bien sûr, certains pourraient faire remarquer que Mercier, dirigeant CGT a déclaré vouloir que les salariés décident eux-mêmes quels types d’action coups de poing ils devaient choisir. Mais ce n’est pas une AG des salariés qui a décidé qu’il n’y aurait pas grève à Aulnay avant les vacances, quand la révolte était au sommet. Non, c’est l’appareil CGT et cela signifie que c’est sa direction de Lutte ouvrière sans permettre aux salariés de le décider. Qu’est-ce que la démocratie ouvrière là-dedans ?

    Que signifie dire que nous sommes prêts à tout, que nous n’avons pas encore fait brûler de pneus mais que nous ne nous interdisons rien ? Nous ne nous interdisons rien égale faire brûler de pneus ? Quelle belle radicalité que voilà !

    Et pourquoi ne pas avoir enclenché la lutte quand toute la classe ouvrière était choquée par l’annonce de Varin ?

    Mercier, toujours lui, a démocratiquement décidé que « c’est une course de fond » et que rien ne sert de partir en avance. Résultat : on pousse les salariés à attendre après les vacances pour déclencher la grève et on ne la déclenche pas après. Car on attend toujours quelque chose. On attend le rapport du gouvernement puis le rapport d’expertise. On attend ce que seront les propositions à chaque salarié du trust PSA. On attend ceux qui seront dans des charrettes de licenciement secs. On attend que les couperets tombent. Et qui nous a conseillé d’attendre ainsi : nos braves dirigeants syndicaux !

    Soi-disant, Mercier pense qu’il faut que les licenciements attendent jusqu’en novembre. Et pour quoi faire ? Reculer pour mieux sauter ?

    Nous unir avec tous les salariés menacés de licenciements, voilà la perspective :

    Sharp 8000, Siemens 10.000, Motorola 4000, HP 27.000, PSA 8000 (internes) +4000 (externes), Alcatel 5000, Aviva des milliers, Sony Mobile 1000, Vestas 1400, Société Générale 700, Air France 5000, Sanofi 2000, Doux 2000, ArcelorMittal 1000, APHP 2000, Education nationale 13.000, Ministère 13.000, PME 20.000, tourisme 10.000, raffinage 1000, télécoms 10.000, General Motors 30.000 dont 5000 en Europe, Travaux publics 6000, Groupama, Puma, Castorama, Novandie, Renault Flins, Rapid Flore, Virgin, FRAM, Visteon, TUI – Nouvelles Frontières, Bâtiment 35.000....

    « C’est quand les salariés se mobilisent qu’ils peuvent changer les choses » déclare Jean-Pierre Mercier, le délégué syndical CGT de l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois. « Si les salariés veulent faire la grève générale, on la fera. S’ils veulent travailler à leur vitesse et engager des actions ponctuelles, on le fera aussi » ajoute-t-il, et de fait, c’est ce qui ce passe aujourd’hui à Aulnay. « La direction appelle ça le "stop-and-go" mais y a beaucoup de stop et pas beaucoup de go » continue Jean-Pierre Mercier, qui ajoute : « Nous, on n’a pas fait cramer un pneu. Mais on ne s’interdit rien. Les salariés menacés de licenciement ont tous les droits ».

    Stop and go ou pas, on ne voit en rien que Mercier unisse les sites, unisse les salariés Peugeot et les prestataires et précaires, ceux de Peugeot et les autres boites qui licencient.

    Bien sûr, c’est aux salariés de décider mais la moindre des choses serait qu’un syndicat développe ses perspectives.

    Avant les vacances, à Aulnay, ce n’est pas les salariés qui ont décidé qu’il fallait reporter la lutte à après les vacances : c’est la CGT notamment. Quelle bonne idée ! Au moment où les salariés étaient choqués dans toute la France, à chaud, cela n’aurait pas été une bonne idée de lancer la lutte pour entraîner les autres sites ?!!! Et le retour avec le moral dans les chaussettes ce serait bien mieux ! Ben voyons !!!

    De Sartorius au gouvernement, ils sont tous d’accord maintenant : il faut licencier et fermer à PSA. Chacun aura remarqué que le « l’Etat ne laissera pas faire » de Hollande-Ayrault-Montebourg contre les licenciements de PSA et la fermeture d’Aulnay s’est transformé en « l’inévitabilité des suppressions d’emplois » avec seulement un espoir que ceux-ci soient « le plus limités possibles ». Entre les deux, il n’y a pas seulement eu les vacances. Il y a eu l’inaction des centrales du 15 juillet à la fin septembre et le refus des syndicats d’Aulnay d’organiser une lutte avant les vacances. Quant à la CGT Aulnay qui se prétendait le cauchemar du patron, elle se contente pour le moment d’actions ponctuelles et de négociations ! Et, surtout, il y a eu le refus de tous les syndicats d’unir les salariés licenciés ou menacés par des fermetures dans un même combat : de Doux à Sanofi, de Bouygues à Air France, d’Alcatel à ArcelorMittal, de PSA à Renault, de Hewlett Packard aux banques… C’est seulement la vague de révolte sociale des travailleurs qui peut répondre à la vague patronale des licenciements. Les menteurs, les faux défenseurs de nos emplois, fermez la ! C’est à nous de parler… Ce n’est ni le gouvernement ni les centrales syndicales qui vont sonner l’heure de la riposte, mais c’est à nous, travailleurs, de la décider. Notre avenir est à ce prix. Car, si les suppressions d’emplois de cette vague passent sans trop de réactions, alors ce sera au tour de tous les travailleurs passer sous le couperet…

    Avertissement : nous ne critiquons pas Mercier en tant qu’individu car sa politique est dirigée jour après jour par la direction de Lutte Ouvrière et suivie par la direction de la CGT....

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0