Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/36/d206324349/htdocs/site_org1G/config/ecran_securite.php on line 180
Les révolutions dans le processus de la science - Matière et Révolution
English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 02 - SCIENCES - SCIENCE > Questions de sciences > Les révolutions dans le processus de la science

Les révolutions dans le processus de la science

dimanche 6 octobre 2013, par Robert Paris

« La science ne concerne pas le statu quo mais la révolution. »

Le physicien Léon Lederman dans « Si l’Univers est la réponse, quelle est la question ? »

« La physique, considérée par la génération précédente comme une des plus vieilles et des plus solidement assises parmi les connaissances humaines, est entrée dans une période d’agitation révolutionnaire qui promet d’être une des plus intéressantes de son histoire. (…) Le temps où la philosophie et les sciences positives se considéraient comme étrangères l’une à l’autre et se regardaient mutuellement avec méfiance doivent être considérés comme révolus. (…) L’hypothèse des quanta est venue d’une façon tout à fait inattendue bouleverser toute cette belle harmonie et porter le trouble dans une conception de l’univers qui semblait presque idéalement parfaite. Si nous cherchons à caractériser en deux mots l’idée directrice qui est à la base de cette hypothèse, nous dirons qu’elle consiste dans l’introduction d’une nouvelle constante universelle : le quantum élémentaire. (…) Cette notion se réduit en définitive à poser en principe l’équivalence d’une énergie et d’une fréquence vibratoire : E = h x v. Or cette équivalence n’a aucun sens du point de vue de la théorie classique. (…) Le calcul montre que, à toute valeur des constantes de l’énergie choisies arbitrairement, il ne correspond pas une onde finie, mais seulement certaines de ces valeurs dites valeurs propres de l’énergie. De ces valeurs discontinues de l’énergie, le postulat quantique permet de déduire des valeurs, également discontinues, de la période vibratoire. »

Max Planck, inventeur des quanta avec Einstein, écrit dans "Initiations à la physique de la nature des lois physique" que l’énergie est discontinue ce qui était une idée renversante et révolutionnaire....

« La grande révolution de la théorie des quanta fut que des caractères de discontinuités furent découverts dans le Livre de la Nature, dans un contexte où tout autre chose que la continuité apparaissait comme absurde d’après les vues admises jusqu’à ce moment. »

Le physicien quantique Erwin Schrödinger dans « Qu’est-ce que la vie ? »

« Notre vision conflictuelle de la nature reflète un conflit interne à la nature »

Le physicien Robert B. Laughlin dans « Un univers différent »

« La découverte commence avec la conscience d’une anomalie, c’est-à-dire l’impression que la nature, d’une manière ou d’une autre, contredit les résultats attendus dans le cadre du paradigme qui gouverne la science normale. .. Quelque chose qui ressemble à un paradigme est indispensable à la perception elle-même. Ce que voit un sujet dépend à la fois de ce qu’il regarde et de ce que son expérience antérieure, visuelle et conceptuelle, lui a appris à voir. En l’absence de cet apprentissage, il ne peut y avoir, selon le mot de William James, qu’« une confusion bourdonnante et foisonnante ».... La concurrence entre paradigmes n’est pas le genre de bataille qui puisse se gagner avec des preuves. ... la transition entre deux paradigmes concurrents ne peut se faire par petites étapes, poussée par la logique et l’expérience neutre. [...] il doit se produire d’un coup (mais pas forcément en un instant), ou pas du tout... Au début, un nouveau candidat au titre de paradigme n’a parfois que quelques partisans et dont les motifs peuvent même être suspects. Néanmoins, s’ils sont compétents, ils l’amélioreront, exploreront ses possibilités et donneront une idée de ce que ce serait que d’appartenir à un groupe guidé par lui. En même temps, si le paradigme est de ceux qui sont destinés à vaincre, le nombre et la valeur des arguments en sa faveur augmenteront ; ses adhérents se feront donc plus nombreux et l’étude du nouveau paradigme se poursuivra. »

Thomas Kuhn - La structure des révolutions scientifiques

Qu’est-ce qu’un paradigme scientifique et quelles images ces nouveaux paradigmes nous donnent du monde ?

Qu’est-ce que la révolution

Pourquoi parler de révolution en sciences ?

Qu’est-ce que la pensée révolutionnaire

Invitation au voyage au pays des révolutions

Conflits dans la science et conflits dans la nature elle-même

Discussion sur la thèse de Kuhn

La structure des révolutions scientifiques

Citations de Kuhn

Révolution de l’astrophysique

La grande décennie révolutionnaire de la physique

Une crise de la physique vue par Lénine

Le film

La crise de la physique vue par Poincaré (textes lus et enregistrés)

La crise de la physique vue par Poincaré (texte)

L’imprédictibilité : une nouvelle crise de la physique ?

Qu’est-ce qu’une révolution scientifique ? Une question en débat

Qu’est-ce qu’un nouveau paradigme

Une discussion sur la notion de révolution scientifique

Les révolutions du vivant

2 Messages de forum

  • Les révolutions dans le processus de la science 1er octobre 2013 03:02, par RP

    « Une nouvelle théorie, quelque particulier que soit son champ d’application, est rarement ou n’est jamais un simple accroissement de ce que l’on connaissait déjà. Son assimilation exige la reconstruction de la théorie antérieure et la réévaluation de faits antérieurs, processus intrinsèquement révolutionnaire qui est rarement réalisé par un seul homme et jamais du jour au lendemain... Dans le processus habituel de découverte, même la résistance au changement a une utilité... Les révolutions politiques commencent par le sentiment croissant, parfois restreint à une fraction de la communauté politique, que les institutions existantes ont cessé de répondre d’une manière adéquate aux problèmes posés par un environnement qu’elles ont contribué à créer. De semblable manière, les révolutions scientifiques commencent avec le sentiment croissant, souvent restreint à une petite fraction de la communauté scientifique, qu’un paradigme a cessé de fonctionner de manière satisfaisante pour l’exploration d’un aspect de la nature sur lequel ce même paradigme a antérieurement dirigé les recherches. Dans le développement politique comme dans celui des sciences, le sentiment d’un fonctionnement défectueux, susceptible d’aboutir à une crise, est la condition indispensable des révolutions. »


    Thomas Kuhn
    - La structure des révolutions scientifiques

    Répondre à ce message

  • Les révolutions dans le processus de la science 1er octobre 2013 04:54, par RP

    La science, ce n’est ni la banalité ni la routine ! Lire ici

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0