Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/36/d206324349/htdocs/site_org1G/config/ecran_securite.php on line 180
Les frappes aériennes tuent des civils tandis qu'Israël prépare un nouveau bain de sang à Gaza - Matière et Révolution
English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- LUTTE DES CLASSES - CLASS STRUGGLE > Les frappes aériennes tuent des civils tandis qu’Israël prépare un nouveau bain (...)

Les frappes aériennes tuent des civils tandis qu’Israël prépare un nouveau bain de sang à Gaza

vendredi 11 juillet 2014, par Robert Paris

Les frappes aériennes tuent des civils tandis qu’Israël prépare un nouveau bain de sang à Gaza

Par Bill Van Auken - WSWS

Les bombardements et attaques de roquettes israéliens contre les quartiers appauvris densément peuplés de Gaza ont coûté la vie à au moins 27 Palestiniens dans la nuit de mardi et fait bien plus de 130 blessés, dont beaucoup gravement.

L’armée israélienne s’est vantée d’avoir lancé plus de 273 frappes aériennes mardi. Ces attaques perpétrées par des avions de combat F-16, des hélicoptères Apache et des drones, ont transformé les maisons en tas de gravats et ont fait s’élever des flammes et de la fumée dans le ciel de Gaza où près de deux millions de Palestiniens sont confinés dans ce qui est, en fait, la plus grande prison en plein air du monde.

La pire de ces attaques a été perpétrée contre une maison dans ville de Khan Yunis, au Sud de Gaza, où un missile lancé par un avion de combat F-16 a touché le bâtiment au moment où les résidents cherchaient à s’enfuir. Parmi les sept personnes tuées dans l’attaque, il y avait deux jeunes garçons de 13 et 14 ans. Un enfant de huit ans qui avait été touché par des éclats d’obus est mort un peu plus tard à l’hôpital. Au moins 25 personnes de plus ont été blessées dans cette attaque aérienne.

D’autres frappes ont pris la forme de « meurtres ciblés. » Des individus membres du Parti Hamas au pouvoir ont été assassinés par des frappes de missiles sur leur domicile ou leur voiture, ou ont été annihilés tandis qu’ils marchaient dans la rue.

Des responsables médicaux de Gaza avertissent que ces attaques incessantes vont très rapidement engendrer une catastrophe humanitaire. Du fait du blocus israélo-égyptien du territoire, les hôpitaux ne disposent pas de grandes quantités de médicaments et fournitures de base et ils manquent cruellement d’autres produits. Les pénuries de combustibles laissent fréquemment Gaza sans électricité, ce qui met en danger la vie des patients reliés à des machines tels des couveuses et des machines à dialyse.

« Avant, nous avions une crise dans un domaine précis, pas des crises à tous les niveaux comme aujourd’hui, » a dit à Al Jazeera le Dr Ayman al-Sahbani, chef du service des urgences de l’hôpital Al-Shifa, le plus grand établissement médical de Gaza.

Le gouvernement du premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a autorisé l’Armée de défense d’Israël (ADI) à mobiliser jusqu’à 40 000 réservistes en préparation d’une possible attaque terrestre. Des soldats, des chars de combat et des véhicules blindés de transport de troupes ont déjà été mobilisés le long de la frontière d’Israël avec Gaza. Alors que le commandement de l’ADI n’a mobilisé que 1 500 réservistes lundi, le lieutenant général Benny Gantz, chef d’Etat major, a indiqué qu’une mobilisation bien plus importante débuterait pour remplacer les soldats occupant la Cisjordanie qui ont été redéployés à la frontière de Gaza.

Des responsables israéliens ont clairement laissé entendre que le bain de sang de la nuit de lundi et de mardi n’était qu’un début. Une source proche de Netanyahu a dit mardi à la radio de l’armée israélienne que le premier ministre rencontrait le haut commandement militaire cet après-midi-là afin d’organiser « un élargissement significatif » de l’offensive israélienne, où l’ordre serait donné à l’ADI de « ne pas y aller de main morte. »

Dans une déclaration vidéo diffusée à la télévision israélienne mardi soir, Netanyahu a déclaré qu’il avait « ordonné une expansion significative » de l’attaque militaire contre Gaza, ce que l’ADI a appelé en anglais « Opération Protective Edge » (Bordure protectrice.) Ceci est une traduction délibérément erronée de l’hébreu qui est Tzuk Eytan, ou « Roche solide. » Le régime israélien pense clairement qu’une traduction précise de l’expression en hébreu suggèrerait trop clairement la brutalité de l’agression militaire qu’il est en train de perpétrer.

La propagande israélienne, consciencieusement reprise par les médias occidentaux, décrit l’acharnement sur Gaza comme une action « défensive » de la part de Tel Aviv en réponse aux attaques de roquette lancées depuis Gaza contre Israël. Mais à partir de la nuit de mardi, ces attaques n’avaient coûté la vie à aucun Israélien, ni n’avaient gravement blessé personne. On passe aussi sous silence le fait que ces attaques de roquette elles-mêmes avaient été lancées en réponse aux bombardements, assassinats et arrestations systématiques de politiciens et militants palestiniens par Israël.

C’est une opinion largement répandue en Israël qu’une forme d’invasion terrestre est quasiment inévitable. La dernière attaque importante contre Gaza en novembre 2012 s’était achevée, grâce à un cessez-le-feu négocié par l’Egypte, après le meurtre de quelque 150 Palestiniens, sans qu’il y ait eu invasion. Le régime de l’homme fort de l’armée égyptienne Abdel Fattah el Sisi, soutenu par les Etats-Unis, n’a pas manifesté le moindre désir de jouer un rôle similaire cette fois.

Lors de la dernière invasion terrestre de 2008-2009, connue sous le nom d’Opération plomb durci, l’armée israélienne avait tué plus de 1 400 Palestiniens, dont près de la moitié étaient des civils sans armes. En tout, 13 Israéliens étaient morts durant la même opération, tous soldats hormis trois d’entre eux.

De telles attaques sanglantes sont tellement habituelles que, comme le faisait remarquer mardi le New York Times, les responsables de la sécurité israélienne parlent des tueries à Gaza en utilisant des termes comme « tondre l’herbe. »

Comme toujours, l’agression israélienne est fortement motivée par la politique intérieure. A la veille de l’offensive, le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman a dissous l’alliance de son parti Yisrael Beiteinu avec le Bloc Likoud de Netanyahu, tout en acceptant de rester dans le gouvernement de coalition. Cette manoeuvre permet à Lieberman de critiquer Netanyahu par la droite, en exigeant une politique encore plus sanguinaire contre les Palestiniens, en vue de défier le Likoud à la prochaine élection. Ce défi par la droite pousse clairement Netanyahu à étendre la tuerie à Gaza.

Mais l’offensive actuelle a été politiquement préparée durant tout le mois précédent, à commencer par l’enlèvement et le meurtre, le 12 juin, de trois adolescents israéliens qui ont été enlevés alors qu’ils faisaient du stop depuis une colonie sioniste illégale de la Cisjordanie occupée.

Le gouvernement Netanyahu a lancé une campagne de propagande d’envergure en utilisant le hashtag #BringBackOurBoys, en accusant sans la moindre preuve le Hamas pour l’enlèvement. Sous prétexte de rechercher les jeunes gens, le régime israélien a lancé la répression dans la Cisjordanie occupée, arrêtant plus de 560 Palestiniens, dont des responsables en vue liés au Hamas. 200 d’entre eux au moins sont toujours emprisonnés sans chef d’accusation.

Après la découverte des corps des trois jeunes gens le 30 juin, les autorités ont rendu public l’enregistrement d’un appel téléphonique fait par l’un d’eux à la police et qui se termine par le bruit de coups de feu. Les responsables de la sécurité ont reconnu que dès le début ils étaient parvenus à la conclusion que les trois jeunes gens avaient été tués immédiatement après leur enlèvement. Mais ils l’ont dissimulé au public, en imposant une consigne de silence aux médias israéliens et ont même menti aux familles.

Le gouvernement Netanyahu était déterminé à exploiter pleinement l’incident pour réaliser une série d’objectifs politiques. Il a cherché à utiliser la répression en Cisjordanie, en y impliquant les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne (AP) qui est censée gouverner le territoire, comme un moyen de saborder le pacte de réconciliation auquel l’AP était parvenue avec le Hamas. Cet accord a conduit à un nouveau gouvernement d’union qui est tacitement reconnu internationalement, mais qui est amèrement rejeté par Israël.

Il a aussi utilisé l’enlèvement pour détourner les critiques internationales à l’égard de Tel Aviv accusé d’avoir sabordé la dernière série en date de plusieurs décennies de « pourparlers de paix » par la reprise de l’expansion des colonies sionistes en Cisjordanie et de n’avoir pas poursuivi sa promesse de relâcher des prisonniers politiques palestiniens.

Et enfin cet épisode a été utilisé pour fomenter le nationalisme sioniste de droite et des sentiments anti-Palestiniens virulents au sein de la population d’Israël. Netanyahu lui-même a qualifié les Palestiniens d’ « animaux humains » et a parlé de « vengeance. »

Dans un article révélant les manipulations de l’enlèvement par le régime israélien, Max Blumenthal, auteur de Goliath : Vie et Haine dans le grand Israël, écrit de Netanyahu et de l’appareil militaire et du renseignement : « Par le biais d’un mélange toxique de propagande, de subterfuges et d’incitations, ils ont embrasé une situation précaire, en manipulant les Israéliens pour faire qu’ils soutiennent leur programme jusqu’à rendre inévitable un cauchemar totalement évitable. »

Ce cauchemar a pris la forme d’une populace sioniste droitière défilant dans les rues de Jérusalem en scandant « Mort aux Arabes » et en attaquant les Palestiniens. Cela a conduit au meurtre de Mohammed Abu Khdeir, 16 ans, qui a été brûlé vif mercredi dernier par un gang de sionistes d’extrême-droite.

Et maintenant ce cauchemar est infligé à Gaza. Comme lors des offensives précédentes, cette toute dernière agression israélienne bénéficie du soutien sans réserve de Washington. John Earnest, porte-parole d’Obama a dit lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche mardi, « Nous condamnons avec force le lancement incessant de roquettes sur Israël... En même temps, nous apprécions l’appel lancé par le premier ministre Netanyahu à agir de façon responsable. »

La porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Jen Psaki a déclaré qu’Israël « envoyait un message fort » avec ses meurtres à Gaza et a affirmé à plusieurs reprises que le régime sioniste était « en droit de se défendre. » Lorsqu’un journaliste lui a demandé si elle pensait que les Palestiniens de Gaza étaient en droit de se défendre, elle a répondu, « Je ne vois pas où vous voulez en venir. »

12 Messages de forum

  • L’aviation israélienne a poursuivi son attaque militaire contre le peuple palestinien de Gaza en menant, dans la nuit, une centaine de « raids » contre des « cibles » dans la bande de Gaza, selon un porte-parole, portant à plus de 900 le nombre d’attaques depuis quatre jours. En fait, essentiellement des civils dont femmes et enfants ont été tués....

    De nouvelles victimes ont été signalées vendredi : au moins huit personnes ont été tuées, dont cinq dans la destruction d’un bâtiment à Rafah censé abriter un militant du Djihad islamique, selon les services d’urgence palestiniens.

    Depuis le début des bombardements israéliens, plus de 100 personnes ont été tuées, selon le ministère de la santé palestinien, dont plus d’une vingtaine d’enfants, et plus de 670 autres ont été blessées.

    Répondre à ce message

  • Pour trois Israéliens, tués par des terroristes palestinien, un Palestinien tué et torturé par le feu par des terroristes israéliens et cent morts tués par l’armée israélienne !!!

    Répondre à ce message

  • Plus de 120 Palestiniens ont perdu la vie en cinq jours d’une opération militaire israélienne dont nombre de civils...

    Répondre à ce message

  • De nouveaux raids israéliens sur la bande de Gaza ont fait une quinzaine de morts samedi matin. Ce qui porte à 126 le nombre de Palestiniens tués depuis mardi.

    Dans la guerre entre le Hamas et Israël, la liste des « victimes collatérales » s’allonge dangereusement. Le chiffre symbolique des cent morts du côté palestinien, tués en quatre jours lors de raids aériens israéliens à répétition dans la bande de Gaza, a été atteint vendredi. Dans ce bilan figurent des « terroristes » éliminés au cours d’attaques « ciblées », mais aussi des enfants et des femmes. En guise d’explication, Peter Lerner, le porte-parole de l’armée israélienne, assure que les militaires se livrent à des tirs de semonce quelques minutes avant d’attaquer les maisons visées, « ce qui laisse le temps aux occupants d’évacuer les lieux ».

    Conclusion : s’ils meurent, c’est volontairement et c’est Israël qui est encore la victime de leur mort. Mais oui, mais oui !

    Répondre à ce message

  • Un commando d’élite de la marine israélienne a mené ce matin à l’aube la première incursion terrestre dans la bande de Gaza depuis le lancement de l’offensive israélienne dans cette région, a annoncé le porte-parole de l’armée.

    Il s’agit de la première incursion de l’armée israélienne depuis le lancement de l’offensive israélienne dans la bande de Gaza durant la nuit de dimanche à lundi.

    Les dirigeants israéliens ont multiplié ces derniers jours les menaces d’une opération terrestre de grande envergure dans la bande de Gaza parallèlement à la poursuite du pilonnage massif de l’enclave palestinienne par l’aviation en vue de détruire les capacités du Hamas à lancer des roquettes.

    Répondre à ce message

  • 135 morts Palestiniens et mille blessés sous prétexte de trois israéliens tués !!!

    Répondre à ce message

  • Israël multiplie les frappes à Gaza, au moins 52 morts pour la seule journée de samedi !!!

    Halte au crime de masse !!!

    Répondre à ce message

  • Un cortège de plusieurs milliers de personnes est parti en début d’après-midi ce dimanche de la station de métro Barbès à Parisen soutien au peuple palestinien et contre les bombardements à Gaza par l’armée israëlienne.

    Cette manifestation parisienne fait écho à de nombreux autres rassemblements qui ont eu lieu dans plusieurs ville françaises, comme Bordeaux, Lyon, Lille, Nîmes ou Marseille, mais aussi de par le monde comme à New York, Alger, Londres, en Italie, au Canada, en Indonésie...

    Sur les pancartes des manifestants, on pouvait lire

    « Résister est un droit »

    « Les Palestiniens ne partiront pas, ils sont chez eux »

    « François Hollande complice »

    Répondre à ce message

  • L’armée israélienne a appelé dimanche les habitants de plusieurs localités du nord de la bande de Gaza à évacuer immédiatement leur maison en prévision de bombardements massifs dans ce secteur à partir de 12H00 locales (09H00 GMT).

    L’aviation israélienne devait disperser des tracts au-dessus du nord de l’enclave palestinienne, non loin de la frontière avec Israël, demandant aux civils de quitter leur domicile d’ici midi pour se réfugier plus au sud, a expliqué l’armée dans un communiqué.

    Ces tracts demandent aux résidents de Beit Lahiya de s’éloigner, pour leur sécurité, des activistes du Hamas et des sites où ils opèrent, a-t-elle expliqué.

    C’est la première fois que l’armée fixe un ultimatum à la population de Gaza depuis le début mardi des hostilités.

    C’est la guerre à tout un peuple et pas la guerre au terrorisme que mène l’Etat d’Israël !!!

    C’est la guerre du terrorisme d’Etat et pas contre le terrorisme !!!

    Répondre à ce message

  • Pour un Collectif Anti-colonialiste Stéphanois (CAS)

    Nous, citoyens habitants de la ville de Saint-Etienne,

    Avons manifesté massivement dans les rues de notre ville le 12 juillet 2014 contre les bombardements assassins de l’armée israélienne sur GAZA. ;
    Sommes révoltés par les agissements terroristes de l’Etat Israélien contre le peuple palestinien en lutte pour sa libération ;
    Constatons que notre gouvernement par la voix de son président François Hollande approuve ces raids d’extermination israéliens ;

    Refusons en conséquence que le gouvernement français couvre et soutienne de tels agissements criminels en notre nom.

    Il est grand temps que nous reprenions le chemin de la lutte anti-coloniale. Notre pays est un pays encore colonialiste. La lutte toujours en cours des indépendantistes Kanaks et la répression systématique des mouvements antillais en témoigne. Si François Hollande soutien le colonialisme israélien, il le fait en toute logique avec la permanence de l’idée coloniale que le gauche française porta à son paroxysme pendant la guerre d’Algérie et porte encore aujourd’hui.

    A nous, anti-colonialistes d’être logiques en retour et de montrer et faire savoir que nous ne sommes pas d’accord.

    Le peuple palestinien mène une lutte de libération nationale. Il doit être internationalement soutenu pour cela. Nous n’avons pas à préjuger ce que ce peuple ferait de sa libération ; pas plus que nous n’avions à le faire au moment des luttes de libération vietnamienne et algérienne.

    Il est de notre devoir de manifester systématiquement notre soutien au peuple palestinien en lutte pour sa libération et d’agir pour que notre gouvernement cesse son soutien au terrorisme de l’Etat israélien.

    Le 14 juillet 2014,
    des citoyens stéphanois anti-colonialistes.

    Répondre à ce message

  • Le nombre total de victimes est désormais de 184 personnes, soit plus que lors du dernier affrontement en novembre 2012.

    Et le gouvernement français s’affiche clairement du côté de ce massacre !!!!

    Il n’est pas question pour Hollande-Halls de combattre celui-ci mais pas même de la critiquer. Au contraire, le gouvernement "de gauche" est du côté des massacreurs !!!

    Répondre à ce message

  • Bravo à tous les manifestants !
    Bravo à tous les camarades qui s’expriment contre Hollande et l’état français complice de ces frappes contre nos camarades et frères et soeurs de classe : aujourd’hui, ce sont eux, demain ce sera nous.

    Il reste que la compréhension de la situation reste à élaborer et réaliser.
    Dans ce but, voici quelques questions.

    Pourquoi cette relance du bain de sang ?
    Quel est l’objectif de cette politique de Terreur à Gaza ?
    Quels sont les calculs et les visées des dirigeants d’Israël ? et de Washington ?
    Quelle est l’ambiance à Gaza qui fait que le choix a été tourné de terroriser une nouvelle fois la population par ces assassinats ciblés ?

    Voilà des questions auxquelles les bilans macabres ne répondent pas.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0