Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/36/d206324349/htdocs/site_org1G/config/ecran_securite.php on line 180
La question palestinienne et… Israël - Matière et Révolution
English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 04 - HISTOIRE CONTEMPORAINE- CONTEMPORARY HISTORY > 12- Les Palestiniens et la révolution au Moyen-Orient > La question palestinienne et… Israël

La question palestinienne et… Israël

samedi 26 juillet 2014, par Robert Paris

La question palestinienne et… Israël

Tant que les peuples ne mènent pas la lutte dans le sens d’une lutte de classe contre toutes les bourgeoisies de la région, il n’y aura que des désillusions.

Nous ne devons pas raisonner sur cette question à la manière des démocrates petits-bourgeois. Les communistes révolutionnaires voient dans la question palestinienne une question qui ne peut être réglée que par la lutte révolutionnaire des travailleurs contre leur propre bourgeoisie.

De ce point de vue, il n’y a pas plus de "solution" pour les Palestiniens - et les Israéliens - que pour aucun peuple si demain l’impérialisme décide de détourner les risques de lutte sociales mondiales liées à la crise du système en guerre mondiale.

Une telle guerre ne serait pas plus due à l’inimitié des peuples qu’en Palestine et n’aurait pas plus de solution dans une formule entre Etats...

Un État palestinien, s’il devait voir le jour dans de telles conditions, ressemblerait à un bantoustan, ces États fantoches créés par l’Afrique du Sud à l’époque de l’apartheid pour y parquer les Noirs loin des régions où habitaient les Blancs.

Cet État palestinien d’un peu plus de deux millions et demi d’habitants ne serait qu’un immense bidonville, réservoir de main-d’oeuvre pour l’économie israélienne, ce qui permettrait à Israël de maintenir son emprise sur ces territoires qui auraient juste changé de statut. Cela pourrait satisfaire une minorité de dirigeants qui en tireraient bénéfice, mais pas la grande masse des Palestiniens qui continuerait de connaître la même misère.

Aujourd’hui, plus de deux millions de Palestiniens vivent en Jordanie, au Liban et en Syrie. Un tel État pourra-t-il les accueillir ? Israël n’envisage pas de leur reconnaître « le droit au retour ». Revenir exactement là où ils vivaient avant leur expulsion n’est peut-être pas possible dans bien des cas, mais ce genre de considérations n’empêche pas la loi israélienne de reconnaitre ce droit à tous les Juifs du monde. Bush a parlé de la possibilité d’échanger en quelque sorte ce droit contre des indemnisations, mais ce ne sont pas les quelques millions de dollars évoqués qui permettront à ces Palestiniens de quitter les camps où ils vivent depuis des dizaines d’années… Quant au million d’Arabes israéliens, même s’ils sont traités en Israël comme des citoyens de seconde zone, ils n’iraient pas pour autant s’installer dans un État palestinien où ils seraient assurés de vivre plus mal.

Non, la création d’un État palestinien tel qu’il est envisagé ne changerait vraiment rien au sort de la grande majorité des Palestiniens.

Cet Etat dans des frontières forcément étriquées serait déjà bien incapable de satisfaire les besoins sociaux de sa propre population vivant dans le sous-développement. Cette situation économique misérable l’obligerait soit à se lier à Israël soit à rester dépendant des dictatures arabes, si ce n’est pas simplement de la charité internationale et des USA. Israël lui-même, qui avait au départ bien d’autres atouts, ne reste-t-il pas encore dans la dépendance de l’impérialisme ?

Rien déjà ne permet de croire que sur de telles bases cet Etat serait démocratique et laisserait les libertés au peuple palestinien, comme l’a montré l’expérience de l’Autorité palestinienne aux mains d’un petit groupe corrompu et dictatorial. Il est encore moins garanti que les Palestiniens qui vivraient dans cet Etat y trouveraient un emploi, une vie décente, un minimum de bien-être, les logements, l’éducation et la santé qui leur sont actuellement refusés. Tout indique au contraire qu’il ne pourrait régler ni les questions sociales ni celle des réfugiés dont la plus grande partie soit resterait à végéter dans les pays voisins, soit viendrait s’entasser dans des conditions encore pire en Palestine même si ces pays voisins prenaient prétexte du nouvel Etat pour les expulser de chez eux. Dans ces conditions il est fort à parier que la paix que ce Etat serait censé apporter ne durerait pas bien longtemps et que guerres, guerres civiles et terrorisme reprendraient bien vite.

Des Etats-unis du Moyen-orient ?

La création d’Israël dans les conditions où elle s’est faite, l’éviction et la dispersion des Palestiniens dans tout le Moyen-orient a fait de la question palestinienne la question de toute la région. Elle ne peut donc avoir de solution qu’à l’échelle de toute la région. La création d’un Etat palestinien serait de bien peu d’utilité pour les Palestiniens eux-mêmes (sauf à quelques bourgeois, politiciens, flics et militaires) si elle n’est pas accompagnée d’une mise en commun des ressources de tous les pays et tous les Etats du Moyen-orient, Israël compris bien entendu.

Ces Etats-unis du Moyen-orient, on l’imagine aisément, ne peuvent être que socialistes. Ils ne peuvent se construire sans l’entente de tous les opprimés, pauvres et travailleurs, tous ceux qui quels que soient leur lieu de résidence, leur nationalité ou leur religion ont les mêmes intérêts. Ils ne peuvent se construire sans reprendre aux classes possédantes israéliennes ou arabes, mais aussi occidentales, toutes responsables du chaos actuel, les richesses qu’elles ont accaparées dans la région.

Les nationalistes palestiniens ne se donnent pour but que la création d’un Etat. Mais sans révolution sociale dépassant les frontières, bousculant la domination impérialiste, les Palestiniens risquent bien de ne voir changer que la nationalité de leurs gardiens de prison. C’est pour cela que tout en soutenant le droit des Palestiniens à cet Etat, les révolutionnaires sont les adversaires de ces nationalistes comme des sionistes, combattent leur programme et lui opposent le programme communiste. Car le premier n’est en aucune façon une marche menant au second. L’un et l’autre représentent les intérêts des deux classes antagonistes de la société palestinienne comme israélienne, la bourgeoisie et le prolétariat.

Le lien entre les violences israéliennes à Gaza et les guerres dans le reste du monde

Palestine : les faux amis et les vrais ennemis

Le « non-Etat de droit » des Palestiniens et la politique de leur direction bourgeoise

Palestine-Israël : des peuples... et des classes

Le sionisme, cet antisémitisme

Quelle "solution" en Palestine ?

Les Palestiniens et la révolution au Moyen-Orient

Quand Israël et les dirigeants palestiniens ont la même préoccupation

Pourquoi Israël a aidé le Hamas à se développer ?

La préparation du bain de sang à Gaza

Israël, c’est aussi l’oppression des Juifs

La révolte des Israéliens

Israël, patrie des rescapés du génocide ?

Paix ou guerre, la colonisation de la Palestine se poursuit

Les ouvriers de Gaza entre l’enclume et le marteau : la pauvreté et le blocus

Début de « printemps arabe » en Palestine

Luttes sociales en Israël

Témoignage sur la révolte en Israël

1967-68 et les Palestiniens

La révolte de 1936-39 en Palestine

Grève générale et révolte en Palestine

La bourgeoisie palestinienne à Gaza

25 Messages de forum

  • Un Néerlandais de 91 ans, devenu "Juste parmi les Nations" pour le sauvetage d’un enfant juif durant l’Occupation nazie, a rendu sa médaille, révolté par les crimes à Gaza. Six de ses proches ont été tués sous les bombes israéliennes, ont rapporté vendredi les médias israéliens et néerlandais.

    En 2011, le nonagénaire Henk Zanoli et sa défunte mère avaient reçu cette distinction du musée de l’Holocauste à Jérusalem pour avoir caché entre 1943 et 1945 un enfant juif dont les parents ont été tués dans les camps de la mort, selon le quotidien israélien Haaretz. Il a rendu sa médaille à l’ambassade d’Israël à La Haye.

    "C’est avec une grande tristesse que je rends ici la médaille reçue de la part de l’État israélien en l’honneur des efforts et risques pris par ma mère et sa famille pour sauver la vie d’un garçon juif durant l’Occupation allemande des Pays-Bas", écrit M. Zanoli, dans une lettre adressée à l’ambassadeur, Haim Davon.

    Henk Zanoli accuse Israël du "meurtre" de six membres de la famille de l’époux de sa petite-nièce, Angélique Eijpe, une diplomate néerlandaise mariée à un économiste né dans la bande de Gaza, Ismaël Ziadah. "L’appartement de la famille, dans le camp de réfugiés de Bureij à Gaza, a été bombardé le 20 juillet par un F-16 israélien", assure-t-il dans la lettre, datée du 11 août, publiée par Haaretz et reprise par de nombreux médias néerlandais.

    Répondre à ce message

  • De violents heurts opposaient dimanche soir des centaines de Palestiniens à la police israélienne déployée en nombre à Jérusalem-Est pour la cinquième nuit consécutive d’affrontements dans la Ville sainte.

    Cette journée sous haute tension devait se conclure avec les funérailles d’Abdelrahmane Shalodi, un Palestinien accusé d’avoir perpétré mercredi un attentat à Jérusalem, mais la police a finalement décidé de ne pas rendre le corps à sa famille qui refusait les conditions posées à la tenue de ses funérailles.

    Ce Palestinien de 21 ans a été abattu mercredi par la police après avoir, délibérément selon les autorités israéliennes, jeté sa voiture sur un arrêt du tramway, tuant un bébé et une Equatorienne de 22 ans qui a succombé dimanche à ses blessures.

    Depuis, sa dépouille, aux mains de la médecine légale israélienne, n’a toujours pas été remise à sa famille. La justice israélienne avait décidé qu’elle serait rendu aux Shalodi dimanche soir à la porte du cimetière pour un enterrement rapide au milieu de la nuit, en présence d’une liste réduite de participants soumise auparavant à la police.

    La famille a refusé ces conditions et la police a indiqué qu’elle ne rendrait finalement pas le corps. "La police examinera ce qu’elle fera du corps dans les prochains jours", indique un communiqué des forces de l’ordre.

    Privée de cérémonie, la famille Shalodi avait appelé à des "funérailles symboliques" en fin d’après-midi devant sa maison de Silwan, quartier populaire palestinien ultra-sensible proche du vieux Jérusalem.

    Des centaines de Palestiniens ont ainsi répondu présents et participé à la prière du défunt avant de tenter de rallier l’esplanade des Mosquées, épicentre de toutes les tensions dans la Ville sainte.

    Répondre à ce message

  • La question palestinienne et… Israël 18 novembre 2014 16:34

    Attaque terroriste contre une synagogue à Jérusalem

    La méthode d’agressions contre les Palestiniens qui est systématiquement celle des classes dirigeantes israéliennes mise sur l’engrenage de la violence et ça marche : des répliques palestiniennes terroristes aux horreurs perpétrées par l’Etat ne vont faire que justifier et permettre aux ultras israéliens de justifier de nouvelles agressions contre les Palestiniens. Les impérialisme sont, bien entendu, autrement indignés des actes terroristes des Palestiniens écrasés que des actes terroristes autrement criminels de l’Etat israélien !!!

    Répondre à ce message

  • La question palestinienne et… Israël 2 décembre 2014 19:08, par Robert Paris

    L’assemblée nationale, par les élus du PS, a voté en faveur de la reconnaissance par l’Etat français de l’Etat palestinien tout en affirmant que ce n’est pas une injonction au gouvernement, ce qui signifie qu’il demande au gouvernement PS de ne pas tenir compte de sa demande. On ne peut pas faire mieux comme hypocrisie. Quant à celle du gouvernement israélien, en prétendant que c’est un soutien au terrorisme, on voit bien que ce gouvernement d’extrême droite israélien qu’a soutenu le gouvernement français lors de son dernier massacre à Gaza, est tout à fait dans ses oeuvres fascistes. Mieux, il espère même que la prochaine élection législative va lui donner un feu vert pour une politique fasciste. Le piège de l’ultra-nationalisme anti-palestinien s’est refermé sur les deux peuples !

    Répondre à ce message

  • La question palestinienne et… Israël 11 décembre 2014 11:25

    Emprisonné à de nombreuses reprises par Israël, M. Abou Zeïn est mort au cours d’une manifestation, près de Ramallah, qui se voulait pacifique contre la confiscation des terres palestiniennes au profit de la colonisation israélienne. Alors que les protestataires marchaient du village palestinien de Turmus Ayya vers la colonie d’Adei Ad avec l’intention de planter des oliviers, des soldats israéliens leur ont barré la route et ont commencé à tirer des gaz lacrymogènes mais ils ont continué à avancer.
    Il manifestait pacifiquement contre les confiscations de terres, près de Ramallah, en Cisjordanie. Victime, selon un de ses collaborateurs, d’un coup de crosse porté par un soldat israélien, Ziad Abou Eïn, ministre de l’Autorité palestinienne en charge du dossier de la colonisation, est décédé mercredi à l’âge de 55 ans.

    Pour les Palestiniens, M. Abou Eïn est mort à cause des coups portés par des soldats israéliens et des gaz lacrymogènes qu’il a inhalés. L’autopsie a aussi montré que Ziad Abou Eïn avait succombé parce que « les occupants avaient empêché qu’il soit transporté à l’hôpital à temps pour être sauvé », a-t-il précisé. Selon Hussein Al-Cheikh, l’autopsie « coupe court aux fables véhiculées par les Israéliens dans la presse ». Les manifestants ont été arrêtés par un barrage de soldats israéliens dont certains ont repoussé brutalement Ziad Abou Eïn en l’empoignant au col et à la gorge. Des images de la scène montrent une empoignade confuse et véhémente, et sur une vidéo on peut voir une bombe lacrymogène exploser au pied du responsable palestinien, qui semble ensuite respirer à grand peine. Quelque minutes après, il s’affaisse en se tenant la poitrine.

    Répondre à ce message

  • Le Méretz a lancé sur les réseaux sociaux il y a quelques heures une campagne « Non à la troisième guerre du Liban ! » [après une première guerre, dite “Paix en Galilée”, en juin 1982 ; et une seconde en juillet 2006].

    Bibi (Nétanyahu) joue avec le feu. Il faut l’éteindre avant qu’il ne soit trop tard. Le Méretz demande au chef du gouvernement de ne pas entreprendre de réaction militaire qui conduise à une nouvelle escalade dans le Nord du pays. Le cœur se brise, et nous sommes avec les familles qui ont perdu leurs êtres chers. Il faut arrêter cela.

    Nétanyahu a refusé d’assumer la responsabilité de l’attaque en Syrie qui a fourni au Hezbollah un prétexte à cette nouvelle phase guerrière. Alors, maintenant, le minimum qu’il puisse faire est de prendre ses responsabilités quant à la vie des citoyens du Nord et des soldats de Tsahal, et d’éviter une 3ème guerre du Liban.

    Le réchauffement du front nord par le gouvernement de droite, qu’il découle de considérations électoralistes ou d’une appréciation erronée et d’une surenchère, risque de nous amener une guerre et de détruire la vie des habitants du Nord – qui n’auront de tranquillité ni par la force ni par le feu.

    Nous ne pouvons nous permettre un pouvoir qui se laisse entraîner et dont les surenchères soient susceptibles de nous engluer dans le bourbier libanais. Toutes les déclarations de ministres parlant d’une réaction trop faiblement proportionnée [comme Avigdor Lieberman vient de le faire] sont irresponsables et jouent avec la vie des habitants. Le chef du gouvernement a une seule responsabilité : empêcher que le sang ne continue de couler...

    Répondre à ce message

  • Une fois de plus la peur des Palestiniens sert à cacher la question sociale, pourtant brulante en Israël...

    Il n’aura fallu que quelques jours à Benjamin Netanyahu pour déjouer les pronostics de ceux qui donnaient le Likoud battu et faire d’une défaite redoutée une victoire spectaculaire à la faveur d’une stratégie de dernière minute soigneusement calibrée pour élargir sa propre base au détriment de celle de sa droite.

    Quatre jours avant le scrutin, Benjamin Netanyahu semblait lui même douter de sa victoire, disant craindre que son éventuelle défaite était un "danger réel" et appelant sa base à se mobiliser contre le risque d’une victoire de la gauche.

    Il a toutefois su mettre ces derniers jours de campagne à profit pour inverser la tendance qui le donnait devancé par l’Union sioniste, accordant plus d’interviews en trois jours qu’il ne l’avait fait en plusieurs années et ratissant au plus large pour attirer les voix des plus nationalistes, tout en montrant une sensibilité inhabituelle.

    Visitant la colonie de Har Homa en Cisjordanie, dont il avait autorisé l’implantation en 1997 lors de son premier mandat de chef de gouvernement, Benjamin Netanyahu a garanti que la construction de logements juifs en Cisjordanie occupée se poursuivrait et admis que la poursuite de la colonisation avait pour objectif de couper les Palestiniens de Jérusalem.
    Il a promis le même jour que jamais il ne permettrait que soit créé un Etat palestinien, contrairement à ses engagements passés, au risque de faire dérailler complètement un processus de paix déjà mal en point.

    A chaque fois que l’opportunité s’est présentée, il a redit que le Likoud risquait de perdre et qu’une victoire du centre-gauche favoriserait la propagation de l’islam radical et poserait des risques pour la sécurité d’Israël.

    Mardi, alors que les bureaux de vote étaient ouverts, il a multiplié les attaques, accusant des "organisations de gauche" de remplir des bus d’Arabes israéliens pour les inciter à voter et gonfler ainsi l’électorat de la gauche.

    Si beaucoup d’Israéliens ont perçu ces déclarations comme étant celles d’un homme aux abois, elles ont fait mouche auprès de la droite et de l’extrême droite, convaincues de devoir faire barrage à la gauche.

    "Les sièges sont passés d’un camp à l’autre au sein des blocs de droite et de gauche, mais dans l’ensemble, les lignes n’ont pas bougé", souligne Gideon Rahat, qui enseigne les sciences politiques à l’université hébraïque de Jérusalem.

    Le détail du vote semble en effet montrer que Benjamin Netanyahu a puisé dans l’électorat sur sa droite, que ce soit au Foyer juif de Naftali Bennett, fervent défenseur de la colonisation ou à la formation de son ancien allié ultra-nationaliste Avigdor Lieberman.
    Crédité dans les derniers sondages de 20 à 22 sièges, le Likoud en a finalement remporté une trentaine grâce à cette stratégie habile qui a épargné le centriste Moshé Kahlon et garanti un rôle d’arbitre partial à cet ancien du Likoud.

    Tournée vers l’économie et la fracture sociale israélienne, où 20% de la population vit sous le seuil de pauvreté, sa campagne de la gauche unie au centre a séduit son électorat traditionnel et elle a permis aux travaillistes de faire progresser le nombre de leurs sièges à la Knesset.

    Il n’a toutefois pas réussi à convaincre en dehors de la gauche et la menace sécuritaire brandie par Benjamin Netanyahu a peut être incité certains centristes indécis à ne pas se lancer dans l’inconnu en risquant de voir une coalition de gauche l’emporter.

    Répondre à ce message

  • Le nombre de civils palestiniens tués lors d’affrontements avec Israël a atteint en 2014 un niveau sans précédent depuis la Guerre de six jours de juin 1967....

    Répondre à ce message

  • La question palestinienne et… Israël 6 avril 2015 09:53, par Robert Paris

    La députée palestinienne Khalida Jarrar, membre du parlement israélien, a été mise en détention de six mois sans jugement... Les autorités israéliennes ont décidé de sa détention administrative, une disposition héritée du mandat britannique que dénonce l’association dont Khalida Jarrar était membre.

    Dans la nuit du 1er au 2 avril, une soixantaine de militaires israéliens a fait irruption chez l’avocate, représentante du parti de gauche palestinien FPLP. La députée « représente une menace pour la sécurité de la région », avait fait savoir l’armée israélienne.

    Répondre à ce message

  • Les Arabes israéliens observaient mardi 28 avril une grève générale pour protester contre les récentes destructions de maisons de familles arabes par les autorités israéliennes, au cours d’une journée de mobilisation qui doit culminer avec une manifestation au cœur de Tel-Aviv.

    Dans les localités arabes du nord d’Israël, les institutions publiques, les établissements scolaires, les banques et la grande majorité des magasins n’ont pas ouvert, ont rapporté les médias arabes israéliens.

    « Cette grève est une réponse à l’escalade des autorités israéliennes contre les maisons des Arabes et à la poursuite de la féroce politique d’incitation à la haine contre les Arabes lancée par le premier ministre Benyamin Nétanyahou lors des élections », a affirmé dans un communiqué le Haut Comité pour les Arabes d’Israël, l’instance qui représente les descendants des Palestiniens restés sur leur terre à la création de l’Etat d’Israël, en 1948.

    Répondre à ce message

  • La question palestinienne et… Israël 25 septembre 2015 10:40

    Israël élargit l’autorisation de tirs à balles réelles à Jérusalem-Est... Et prétend aussi vouloir la paix !!!

    Répondre à ce message

  • Deux Palestiniens pénètrent dans une colonie. Bilan : deux morts, les deux Palestiniens.

    Deux Israéliens pénètrent dans un camp palestinien. Bilan : un mort, un Palestinien et une quantité de blessés, des Palestiniens.

    Sans commentaire…

    Répondre à ce message

  • Une vidéo glaçante fait scandale en Israël. On y voit un soldat israélien tirant une balle dans la tête d’un Palestinien allongé au sol, blessé après avoir participé à une attaque au couteau contre des soldats israéliens, le 24 mars, à Hébron en Cisjordanie.

    Exécution sans jugement !

    Répondre à ce message

  • La question palestinienne et… Israël 4 septembre 2016 16:24

    La colonisation des Palestiniens continue de s’aggraver...

    Israël approuve plus de 450 logements dans des colonies de Cisjordanie...

    Depuis le 1er juillet, Israël a fait avancer les projets de construction de plus de 1 700 logements au total : plus de 700 en Cisjordanie occupée et plus d’un millier à Jérusalem-Est, partie palestinienne de Jérusalem annexée et occupée par Israël...

    La Paix Maintenant énonce le chiffre de 2 623 logements promus depuis début 2016 rien qu’en Cisjordanie, dont 756 ont été validés a posteriori après avoir été construits illégalement, selon l’organisation...

    Près de 600 000 colons israéliens vivent actuellement en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, un secteur dont les Palestiniens veulent faire la capitale de leur futur État...

    Et le chef de l’Etat israélien, colonisateur violent, prétend qu’il propose à Mahmoud Abbas de reprendre les négociations.... !!!!

    Répondre à ce message

  • Le tribunal israélien a reconnu qu’un soldat israélien avait assassiné lâchement et sans raison un Palestinien blessé et à terre et l’a condamné après des mois d’un procès exceptionnel qui divise profondément les Israéliens.

    Lors de l’audience mercredi, la juge Maya Heller a déclaré qu’Elor Azaria avait agi « sans raison » et que « le terroriste ne présentait pas de menace », récusant l’un des principaux arguments de la défense. Dès l’ouverture du procès, le 9 mai 2016, l’avocat d’Elor Azaria avait en effet invoqué un « acte de légitime défense » puisque le « terroriste » palestinien pouvait porter une ceinture d’explosifs. « Il savait ce qu’il faisait », a poursuivi Mme Heller, avant de reprocher au jeune homme de ne pas avoir suivi le protocole de l’armée israélienne.

    Accusé d’homicide, Elor Azaria encourt une peine maximale de vingt ans de prison. Si la décision des juges était tant attendue, c’est parce que l’affaire a pris une tournure symbolique et politique sans précédent en Israël. Le quotidien Haaretz parlait mercredi matin d’un des procès les plus suivis dans l’histoire de l’armée israélienne.

    Nétanyahou a demandé la grâce du soldat israélien.

    « Nous avons une armée, qui est la base de notre existence. Les soldats de cette armée sont nos fils et nos filles ; nous devons rester au-delà de tout différent. (…) Je soutiens la grâce demandée pour Azaria. »

    Répondre à ce message

    • Les menaces ont abondé sur les réseaux sociaux contre les trois juges militaires, le colonel Maya Heller, le lieutenant-colonel Yaron Sitbon et le lieutenant-colonel Carmel Wahabi, qui ont déclaré le sergent Elor Azaria coupable d’homicide volontaire mercredi.

      L’armée leur a affecté des gardes du corps pour les protéger contre de possibles représailles et la sécurité a même été renforcée autour du responsable de l’accusation, le lieutenant-colonel Nadav Weisman, ont rapporté les médias.

      Répondre à ce message

  • Les localités arabes d’Israël observaient jeudi une grève générale pour protester contre la destruction la veille de maisons de Bédouins dans le désert du Néguev qui a donné lieu à des heurts avec les forces de l’ordre israéliennes, faisant deux morts.

    A l’origine de l’appel à la grève, le Haut comité arabe de surveillance, qui représente les communautés arabes d’Israël, a également déclaré trois jours de deuil en solidarité avec la famille de Yacoub Moussa Abou al-Qiyan, l’une des deux victimes. Des habitants du village de Umm al-Hiran, où les démolitions ont eu lieu, ont affirmé que des policiers israéliens avaient tiré sur ce Bédouin de 47 ans, qui roulait doucement au volant de sa voiture.
    Firas al-Omari, un responsable du Haut comité arabe de surveillance, indique que la grève est très suivie dans le Néguev (sud) où toutes les écoles et les commerces étaient fermés jeudi. Dans la ville arabe de Qalansuwa (nord), théâtre d’une grève la semaine dernière suite à la destruction de 11 maisons, la presque totalité des commerces, services et entreprises étaient aussi fermés jeudi à la mi-journée.

    A Nazareth, la plus importante ville arabe d’Israël, la grève était également très suivie, selon les médias israéliens. Une grande manifestation est en outre prévue samedi dans le nord d’Israël, a indiqué M. Omari. Selon les autorités israéliennes, les maisons de Bédouins détruites à Umm al-Hiran étaient dépourvues de permis.

    Le gouvernement a approuvé en 2013 la construction de deux localités à la place du village d’Umm al-Hiran, où vivent depuis des dizaines d’années les Bédouins,et la Cour suprême israélienne a approuvé l’évacuation de ses habitants. Selon Adalah, une ONG de défense des droits des Palestiniens, les nouvelles localités prévues sur le site seront réservées aux juifs.
    Les démolitions à Umm al-Hiran interviennent au moment où le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, forcé par la justice de démanteler la colonie juive d’Amona en Cisjordanie occupée, est confronté à une surenchère pratiquée sur sa droite.

    A bas la politique de colonisation israélienne et d’expulsion des Palestiniens !

    Répondre à ce message

  • Le Parlement israélien a voté lundi une loi qui permettra à l’Etat de s’approprier des centaines d’hectares de terres palestiniennes en Cisjordanie occupée.

    Répondre à ce message

  • La question palestinienne et… Israël 16 février 2017 08:44

    Trump veut enterrer l’Etat palestinien...

    Le président américain et le Premier ministre israélien n’en ont pas eu besoin pour affirmer le « lien indestructible » qui unit leurs deux pays, affichant des positions très proches sur l’Iran et sur le processus de paix au Proche-Orient. Donald Trump a de nouveau critiqué l’accord nucléaire avec Téhéran comme « le pire (qu’il) ait jamais vu », sans toutefois le dénoncer. « J’ai déjà pris de nouvelles sanctions et je ferai plus pour empêcher que l’Iran puisse jamais, jamais développer une arme nucléaire ». Benyamin Nétanyahou a salué « sa clarté sur la nécessité de tenir tête au régime terroriste iranien ».

    « Je peux vivre avec un ou deux États, a badiné Trump. J’aime celui qu’on a aujourd’hui. » Un haut responsable de la Maison-Blanche avait expliqué avant la rencontre : « Nous n’allons pas dicter les termes de la paix. Une solution de deux États qui n’apporterait pas la paix n’est pas un objectif que quiconque voudrait atteindre. »

    Répondre à ce message

  • Plus d’un millier de Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes ont commencé lundi 17 avril une grève de la faim collective, inédite depuis des années, selon Issa Qaraqee, chargé de la question des prisonniers au sein de l’Autorité palestinienne. Ils répondent à l’appel de Marouan Barghouthi, l’une des personnalités les plus populaires du Fatah, la principale composante de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), condamné à la perpétuité et grand rival du président, Mahmoud Abbas.

    « Selon les informations dont nous disposons pour le moment, 1 500 prisonniers refusent de se nourrir », pour dénoncer leurs conditions de détention, a déclaré Amani Sarahneh, porte-parole du Club des prisonniers palestiniens, l’association qui fait autorité dans les Territoires occupés sur la question des détenus.

    Répondre à ce message

  • Grève générale des travailleurs palestiniens en soutien aux prisonniers grévistes de la faim !

    Répondre à ce message

  • Le suivi de la grève générale en Cisjordanie "est sans précédent depuis des années", a indiqué à l’AFP Khalil Rizeq, qui dirige l’Union des chambres de commerce palestiniennes. "Tous les secteurs palestiniens, comme les transports, les boulangeries, les magasins, l’ensemble du secteur privé et des institutions commerciales participent", a-t-il souligné. Et ce n’est que "le début", a-t-il ajouté.

    Le sort des prisonniers est particulièrement sensible parmi les Palestiniens : plus de 850 000 d’entre eux (pour une population actuelle de 4,5 millions dans les Territoires) sont passés par les prisons israéliennes depuis le début en 1967 de l’occupation israélienne. Les 1 500 prisonniers grévistes de la faim n’ingèrent que de l’eau et du sel. Responsables et défenseurs des droits de l’Homme s’inquiètent de leur état de santé et préviennent que la mort de l’un d’eux pourrait mener à une "explosion".

    Répondre à ce message

  • Pour justifier que l’armée d’Israël tire à balles réelles contre des populations civiles désarmées, le procureur israélien a déclaré que "la distinction à Gaza entre civils et militaires est difficile" !!!

    Répondre à ce message

  • L’armée d’Israël vient à nouveau de tuer une soixantaine de Palestiniens qui manifestaient à Gaza !!! Le massacre ne s’arrête pas. Les encouragements de Trump font aussi leurs effets mortels !

    Répondre à ce message

  • L’ambassadeur américain autorise Israël à annexer une partie de la Cisjordanie !!!

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0