Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/36/d206324349/htdocs/site_org1G/config/ecran_securite.php on line 180
Pourquoi les classes dirigeantes de France se revendiquent d’ « une identité chrétienne du pays » ? - Matière et Révolution
English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE "LA VOIX DES TRAVAILLEURS" - > Pourquoi les classes dirigeantes de France se revendiquent d’ « une identité (...)

Pourquoi les classes dirigeantes de France se revendiquent d’ « une identité chrétienne du pays » ?

lundi 16 janvier 2017, par Robert Paris

Edito

Pourquoi les classes dirigeantes de France se revendiquent d’ « une identité chrétienne du pays » ?

Le succès de François Fillon aux primaires de la droite, ouvertement orchestré par une droite ultraconservatrice, affichant haut et clair son appartenance à l’Eglise catholique et à sa fraction la plus réactionnaire et traditionaliste, celle la plus militante et agressive des catholiques de la « Manif pour tous » et des organisations opposées au droit à l’avortement et à l’homosexualité notamment.

On pourrait se dire que cela ne concerne que la droite la plus dure, la plus radicale, mais cela est faux. On pourrait se dire aussi que cela ne concerne ni le centre ni la gauche et encore moins la gauche de la gauche, et c’est encore faux. La gauche gouvernementale ou le centre, type Hollande, Valls, Cazeneuve ou type Macron sont tout aussi capables d’affirmer l’identité chrétienne de la France alors qu’on aurait pu croire qu’ils auraient combattu ce mensonge historique, cette imbécilité et cette déclaration raciste et violente. Eh bien, leurs déclarations montrent qu’eux aussi succombent à cette tendance politique criminelle…

Gauche et droite rejoignent dans leurs déclarations et dans les politiques défendues les anciens discours de Nadine Morano ou ceux des Le Pen…

L’offensive politique des catholiques militants en France fait suite à de nombreux efforts de la papauté pour que les catholiques de France pèsent davantage sur les décisions des institutions, du pouvoir politique comme de l’administration et des organismes liés à la famille, à la santé, à la procréation, à l’enfance, au mariage ou à l’adoption. Cela provient de la volonté du pape d’interférer sur les orientations du pays concernant l’avortement, la contraception, l’adoption, le mariage, l’homosexualité, la drogue, le divorce, le don d’ovules et de sperme et l’aide à la procréation ou à la gestation et bien d’autres questions liées à des choix de mœurs, à la liberté des femmes, au sexe, au genre, à la famille, aux relations hommes/femmes et aux libertés concernant ces questions. En clair, la papauté est contre toutes ces libertés et pour imposer l’ancien ordre aux femmes et aux homosexuels !

On remarquera bien entendu que ce choix de l’ordre moral de la papauté n’est nullement un gage que le pape va se mobiliser contre la pédophilie des prêtres, qui commettent pourtant le crime de profiter de l’autorité que l’Eglise leur confère pour violer des enfants ! Bien au contraire, la papauté utilise sont poids social et politique, sa structure et son organisation pour protéger ces prêtres criminels et les soustraire à la justice et même leur permettre de continuer leurs crimes en continuant à leur confier des enfants !!!! Sous prétexte du secret de la confession, sous prétexte de l’absolution catholique des pêchers reconnus et regrettés, la hiérarchie catholique, du plus bas au plus haut, couvre les crimes pédophiles de ses prêtres chargés de l’éducation des enfants et se débrouille pour pousser leurs victimes à se taire pour ne pas nuire à l’Eglise.

Et c’est d’autant plus remarquable qu’aucun dirigeant de la bourgeoisie ne se soit permis de dénoncer la hiérarchie catholique qui cautionne et couvre les pédophiles, alors que celle-ci va jusqu’à son chef en France, l’archevêque de Lyon, dit « primat des Gaules » ! Aucun d’entre eux pour exiger sa démission alors qu’il est convaincu de complicité de crime et d’intervention pour faire taire les témoins et les victimes ! L’ « ordre moral » que défendent tous ces gens prétendument religieux se mesure à leur laxisme concernant la pédophilie massive des prêtres car, en effet, il ne s’agit nullement d’un phénomène marginal mais fréquent !

En plus de l’ordre moral, le leitmotiv de ces gens-là est la « défense de l’identitaire des Français », une propagande selon laquelle ce qui est menacée pour la population française ce ne serait pas l’emploi, le salaire, les conditions de travail, la charge de travail, le logement, les droits sociaux, l’accès à la santé, à l’éducation, les droits sociaux ou les services publics ! Non, ce serait l’identité du peuple qui serait menacée par l’invasion d’autres identités concurrentes, un message qui, il y a peu, ne caractérisait que l’extrême droite et qui est désormais reprise par tous les courants politiques de la bourgeoisie, de la gauche comme de la droite. Bien entendu, personne ne serait capable de dire ce qu’est véritablement cette identité d’un peuple qui vient de tellement d’origines multiples liées à des mouvements nombreux de peuples de toutes sortes, peuples qui se sont mêlés, combinés, croisés. Et c’est à ce « peuple français » que l’on propose de devenir le nouveau fer de lance d’une nouvelle croisade meurtrière contre les autres peuples, contre les autres régions, contre les autres religions, etc.

Bien sûr, c’est la situation mondiale (crise du terrorisme, crise de migrants, crise ukrainienne, crise palestinienne, crise de mer de Chine, mais surtout crise économique et sociale menant à la crise de l’Europe, à la montée des protectionnismes et des xénophobies économiques et politiques, etc.) qui sert de prétexte à cette radicalisation catholique politique en France. Les Juifs également se radicalisent. Le prétexte en est la radicalisation des milieux musulmans. En fait, la raison en est la déstabilisation de la société capitaliste et la volonté des classes dirigeantes de faire monter les sentiments communautaires pour détourner les peuples de la lutte des classes. La religion est l’un des grands moyens pour diviser les peuples et même pour les opposer les uns aux autres.

Bien sûr, les peuples occidentaux sont persuadés que ce seraient les Musulmans qui auraient commencé. Mais ce sont les USA qui ont lancé le mouvement Al Qaïda de Ben Laden pour déstabiliser l’URSS et qui ont permis à l’Arabie saoudite et au Pakistan de donner les moyens matériels et financiers de cette opération de recrutement mondial de djihadistes radicaux. C’est encore les USA qui ont lancé « la croisade chrétienne » comme l’appelait Bush père. Ce sont les pays occidentaux qui ont soutenu les bandes armées « djihadistes » en Irak, en Libye, en Syrie et en Tunisie, prétendument pour déstabiliser des dictateurs, en réalité pour détourner le monde arabe de la révolution sociale qui montait de l’Egypte à la Tunisie et de la Syrie à la Libye.

Les atrocités de la Syrie n’ont pas pour but de s’attaquer à des minorités ethniques ou de s’attaquer aux Chrétiens, comme le prétendent les catholiques militants en France. Les victimes musulmanes sont aussi nombreuses que les autres. Ceux qui prétendent ne vouloir recueillir que des syriens chrétiens sont de sacrés hypocrites avec leur charité bien ordonnée et séparée ! Cela montre que la religion est autant un masque pour d’autres buts sociaux et politiques, qu’il s’agisse de l’Islam, du judaïsme et du Christianisme.

D’ailleurs, il est aussi ridicule d’attribuer les bandes armées à la djihad du Coran que les exactions de l’Etat d’Israël à l’Ancien Testament ou les guerres des Bush à une croisade chrétienne !!!

L’Ancien Testament a affirmé que ceux qui prétendront que l’Etat d’Israël est reconstruit avant que le Messie soit revenu sur Terre ne sont que des impies ! Les exactions des bandes armées prétendument musulmanes tuent essentiellement des Musulmans qui n’avaient rien d’anti-religieux. Les Bush, père et fils comme les Obama ou les Trump, se moquent de la religion comme de leur dernier mensonge ! Ils ne se préoccupent que de la défense des intérêts de la minorité capitaliste, le dieu capital en somme !

Tant que le capitalisme était stable, les seuls courants qui défendaient le christianisme violent et militant étaient relativement marginaux, y compris aux USA. En France, ce qui était à la mode, c’était la prétendue laïcité, celle au nom de laquelle c’est l’Etat qui paie les travaux dans les Eglises et paie aussi l’enseignement privé catholique. Maintenant, depuis l’effondrement du capitalisme, l’identitaire chrétien se développe et touche tous les courants politiques, de l’extrême droite d’où elle vient à la droite puis au centre et à la gauche…

De nombreux groupes d’extrême ont certes fait leur beurre au sein de la « Manif pour tous », ont pu y entraîner leurs troupes de manière paramilitaire, en apprenant à s’affronter physiquement, et sans grand risque d’être interdits par le gouvernement de « gauche ». Les sujets de l’homosexualité, du mariage, de la famille, de la défense des enfants, de l’avortement, de la contraception, de l’aide à la procréation, et autres thèmes de mœurs et de morale sont un terrain de choix pour ces hypocrites moralisateurs qui ne s’indignent jamais des crimes des prêtres pédophiles !

L’ultra droite, notamment à l’appel explicite du pape, a investi toutes les institutions comme le Haut Conseil de la Famille, comme les organismes de l’adoption, ceux de la santé, de l’hôpital, pour y développer leurs conceptions contre les droits des femmes, contre l’avortement, contre la contraception, contre l’homosexualité, contre le divorce, contre l’aide à la procréation, etc.

L’extrême droite s’était fait connaître par ses prises de positions contre l’immigration, contre les étrangers, contre les Musulmans, et en faveur de l’identitaire français. Eh bien, aujourd’hui, les mêmes discours sont tenus par tous les courants politiques des partis de la bourgeoisie.

En 2015, Nadine Morano déclarait : « Nous sommes un pays judéo-chrétien... de race blanche ! »

Nicolas Sarkozy, lui, affirmait : « Je suis Français, je suis chrétien » et clamait aussi « l’identité chrétienne de la France » ainsi que « « La France, pays chrétien dans sa culture et dans ses mœurs… doit être respecté par ceux qui veulent y vivre. ».

En janvier 2016, Manuel Valls affirmait lui aussi : « La France, une vieille nation chrétienne »

Sur le plateau de France 2, il a effectivement déclaré « Nous sommes une vieille nation chrétienne », rajoutant « la force de la société française, c’est d’accueillir la communauté juive, c’est d’accueillir comme deuxième religion l’islam ». Donc les Juifs et les Musulmans sont juste « accueillis » par une « nation chrétienne » !!!

Manuel Valls a dénoncé aussi le sort des chrétiens d’Orient, qui sont « en train d’être éradiqués », et a appelé à « mettre un terme à l’entreprise d’extermination conduite par Daech », notamment en Irak et en Syrie.

« Les racines chrétiennes de la France sont incontestables au regard de son histoire », a rajouté le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, dans la Croix.

Même la gauche de la gauche, le candidat à la primaire de la gauche Benoit Hamon, ancien élève de sphères catholiques de Dakar, déclare : « Nous avons nous des racines chrétiennes, incontestables. Moi qui suis un enfant baptisé, je sais la place de ces racines dans ma propre vie, dans ma culture. Ça ne me remplit pas pour autant, ça ne dit pas tout de moi. Au titre de ces racines-là, je veux saluer le message incroyablement positif du pape François, qui s’est tourné vers les catholiques, les non-catholiques, les citoyens européens » Manuel Valls a également déclaré : « S’en prendre à une église, c’est s’en prendre à un symbole de la France. »

Quant à Macron, il a instrumentalisé son petit-déjeuner avec des curés militants de la « Manif pour tous » voir ici

La gauche et la droite ont finalement rejoint le discours prétendument identitaire, en fait ultra-nationaliste et xénophobe. Mais la raison n’en est nullement qu’ils ont compris « les dangers de l’immigration », « l’invasion des migrants », « les risques de l’Islam » et autres balivernes qu’ils combattaient autrefois comme « des lubies de Le Pen ». La raison en est la crise de la société capitaliste qui nécessite de détourner les risques de radicalisation sociale qu’il faut envoyer vers les impasses de la radicalisation de la violence intercommunautaire, interreligieuse et raciale.

La classe bourgeoise, autrefois laïque, n’a aucune raison de devenir identitaire chrétienne, mis à part la raison que l’ancienne société bourgeoise arrive à une impasse et qu’elle a besoin de faux combats pour camoufler le vrai.

Et c’est pour la même raison que l’Amérique, qui a encensé Obama le Noir de la Maison blanche, se lance dans une violence policière anti-noirs systématique. C’est pour la même raison que les USA, prônant il y a peu le rapprochements avec la Russie et la Chine, cultivent maintenant la montée guerrière contre ces deux puissances. Tous ces changements ont les mêmes racines : la chute inéluctable du monde capitaliste que ce dernier prépare en développant les haines inter-ethniques, inter-régionales, inter-religieuses, entre nations, entre races, entre sexes, entre générations et autres.

Semer la haine entre fractions des classes laborieuses et entre peuples, c’est la seule solution trouvée par la classe capitaliste et c’est pourquoi on retrouve maintenant le discours fasciste dans la bouche de tous les courants et partis politiques de la bourgeoisie.

Raison de plus pour ne pas se laisser gangréner par ce discours ordurier, raison de plus pour préparer l’unité de la classe ouvrière, non pas la fausse unité derrière les centrales syndicales qui n’ont nullement combattu cette propagande identitaire, qui n’ont nullement combattu le prétendu antiterrorisme guerrier et antidémocratique, non pas derrière la gauche de la gauche qui est toujours aussi accrochée au nationalisme bourgeois et au réformisme alors qu’il n’y a plus rien de réformable dans le capitalisme, mais l’unité des travailleurs au travers de leur auto-organisation, de leurs comités, de leurs conseils, de leurs soviets, de leurs coordinations, de leurs assemblées, élues et révocables, fédérées, auto-contrôlées, développant les véritables perspectives des travailleurs et pas de se raccrocher à tout prix à un système qui coule inévitablement.

Notre identité à nous, travailleurs, c’est d’être une classe qui n’exploite personne, qui ne détient aucun moyen de production, qui ne détient pas des masses de capitaux, qui n’organise aucun crime de guerre, qui ne développe pas les fascismes, les terrorismes et les dictatures. Et notre perspective propre, de classe, c’est la fin de l’exploitation, de la propriété privée des moyens de production, des terrorismes d’Etat comme des terrorismes de bandes armées extragouvernementales, la fin de l’oppression des peuples par la classe capitaliste mondiale.

Notre identité n’est ni chrétienne ni religieuse, ni gauloise ni ethnique, ni européenne ni d’une autre forteresse entourée de barbelés. Notre identité, c’est le peuple travailleur du monde.

1 Message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0