Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/36/d206324349/htdocs/site_org1G/config/ecran_securite.php on line 180
Qu'est-ce qu'un quark ? - Matière et Révolution
English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 02 - SCIENCES - SCIENCE > Atome : La rétroaction de la matière/lumière et du vide (de la microphysique à (...) > Qu’est-ce qu’un quark ?

Qu’est-ce qu’un quark ?

dimanche 26 mars 2017, par Robert Paris

Qu’est-ce qu’un quark ?

L’une des grandes avancées de la physique des particules des années soixante et soixante-dix a été la mise en évidence d’un niveau d’élémentarité sous-jacent au nucléon. C’est le niveau des quarks : le nucléon est composite, c’est un assemblage de trois quarks… Toute la matière dans l’univers est faite de dix-huit quarks et six leptons.

Le modèle standard a prédit, avec précision, la manière dont les protons et les neutrons sont constitués de quarks, et que ces derniers se tiennent ensemble grâce aux gluons, c’est-à-dire grâce aux porteurs des interactions nucléaires fortes.

La matière serait appelée fermions, c’est-à-dire particules obéissant à la règle de Fermi qui empêche les particules de même état de s’agglomérer du fait du « principe de Pauli ». Les fermions sont de deux types : leptons (comme l’électron) ou quarks (constituant des neutrons et des protons).

La matière est constituée de douze particules primordiales, dont quatre prédominantes : le quark u, le quark d, le neutrino et l’électron. Le quark semble nous rapprocher de l’élémentarité. Le proton et le neutron, qui composent le noyau de l’atome, sont eux-mêmes des composés de quarks. Mais les quarks posent un problème à l’élémentarité, car ils ne peuvent pas être isolés, séparés de la structure à laquelle ils participent. Encore peut-on, dans le cas des noyaux, extraire les nucléons, leur rendre leur individualité et leur faire retrouver leurs propriétés particulières d’objets isolés. C’est ce dernier restant d’individualité qui disparaît à son tour avec les quarks. Car, selon la conception actuelle, les quarks, tout en étant des composants des hadrons, ne peuvent pas être séparés et isolés…

De fait, si l’on tente d’extraire à toute force un quark d’un nucléon en le perturbant avec assez de violence (au moyen d’un choc, par exemple), l’énergie cinétique mise en jeu peut être suffisante pour être transformée en l’énergie de masse d’une paire quark-antiquark. L’antiquark va effectivement pouvoir arracher un quark au nucléon et le nouveau quark remplacer le fugitif. Résultat net : émergent de la collision un couple quark-antiquark et un trio de quarks, c’est-à-dire un méson et un nucléon – mais de quark libre, point. Ainsi donc, si les quarks peuvent être considérés comme des constituants des hadrons, c’est en un sens bien particulier, puisqu’ils ne peuvent se manifester qu’au sein de structures collectives, et non isolément. Les systèmes composés qu’ils forment ne sont pas des assemblages réalisés à partir de composants indépendants et séparés il n’existe pas de magasins de « pièces détachées » où se fournir en quarks isolés pour, ensuite, construire les hadrons…

La base de la théorie des quarks est très simple : il faut trois quarks pour former un baryon, soit un quark s’unit à un antiquark pour former un méson. Il existe six sortes de quarks (on dit six saveurs) : u, s, d, c, t, et b). La formation et la désintégration des particules s’expriment en termes de quarks. Dans la désintégration du neutron, un quark d est remplacé par un quark, ce qui fait que udd donne uud, soit un neutron se transforme en un proton plus un positron et un antineutrino. Si les quarks sont liés, il doit bien y avoir une force qui les attire les uns vers les autres, une force extrêmement forte. L’interaction entre quarks et entre nucléons est appelée la force forte. Les quarks existent sous trois formes différentes qu’on a appelé couleurs : rouge, vert et bleu. La théorie qui incorpore toutes ces caractéristiques de la force entre quarks est la Chromodynamique quantique ou QCD. Nous avons expliqué que la charge d’un électron polarise le vide en attirant les positrons virtuels et en repoussant les électrons virtuels dans l’espace autour de lui. Cela écrante sa charge, diminuant la force effective ressentie à distance. Un effet semblable de polarisation se passe autour d’un quark, mais cette fois il met en jeu la couleur au lieu de la charge électrique. La charge de couleur d’un quark attire les antiquarks virtuels de l’anticouleur appropriée. Le vide contient aussi des gluons virtuels, qui participent aussi à la polarisation puisqu’ils sont colorés, mais leur effet est au contraire de renforcer la charge de couleur au lieu de l’écranter. Les gluons l’emportent sur les quarks, et le résultat net est que la charge effective de couleur augmente au lieu de diminuer. Pour deux quarks très proches, l’effet anti-écran est évité, expliquant le confinement des quarks.

La chromodynamique quantique (ou QCD), découverte en 1973, utilise la théorie quantique des champs pour rendre compte de l’interaction entre quarks et gluons.

D’après cette théorie, les quarks (et les antiquarks correspondants) sont confinés dans les particules qu’ils constituent, c’est-à-dire qu’il est impossible d’en observer à l’état libre. Ils possèdent une propriété nommée « couleur » : bleue, verte ou rouge pour une particule ; antibleue, antiverte ou antirouge pour une antiparticule. Il s’agit d’un nombre quantique, analogue à la charge électrique de la force électrostatique. Un autre principe fondamental de la théorie est qu’une particule constituée de quarks doit toujours avoir une couleur résultante blanche, c’est-à-dire que sa charge de couleur doit être nulle. Cela peut être obtenu en combinant trois quarks de couleurs différentes : bleu, vert et rouge. Le baryon résultant est ainsi de couleur blanche. De la même façon, en combinant un quark et un antiquark de couleurs opposées (par exemple, bleu et antibleu), nous obtenons un méson de couleur blanche.

En QED, le vide est assimilé à un milieu diélectrique, polarisable par les fluctuations quantiques, capables d’écranter la charge électrique. La charge renormalisée décroît quand la distance croît. Comme QCD est aussi une théorie renormalisable, on peut lui appliquer un raisonnement analogue… mais on aboutit à une situation totalement inversée. A cause de l’autocouplage des gluons, les diagrammes de polarisation du vide comportent en QCD des boucles de gluons. La contribution de tels diagrammes (absents en QED) est de signe opposé à celle des diagrammes avec boucles de quarks (analogues à ceux présents en QED), et elle est si importante qu’elle inverse l’effet de polarisation du vide. Au total, en QCD, la polarisation du vide provoque un anti-effet d’écran. La « charge de couleur » (qui caractérise le couplage dans l’interaction forte) est renormalisée en sens inverse de la charge électrique : elle croît, au lieu de décroître, avec la distance. Cette propriété a emporté la décision de faire de QCD la théorie de l’interaction forte.

Dans le noyau des atomes, on trouve un proton ou un neutron, chacun avec trois quarks. Un proton est constitué de deux quarks u (u pour up – haut en anglais) de charge + 2/3 (deux tiers de la charge d’un proton) et d’un quark d (d pour down – bas en anglais) de charge -1/3 (un tiers de la charge d’un électron), ce qui lui donne en tout une charge +1. Un neutron est constitué de un u et de deux d ; il est donc neutre, de charge zéro. Le passage de l’un à l’autre s’effectue par la transformation d’un quark u en un quark d (ou vice versa) avec émission d’un positon (l’anti-électron) et d’un neutrino ; le quark d se transforme en u avec émission d’un électron et d’un anti-neutrino. Ces transformations de quarks procèdent de l’interaction nucléaire faible puisqu’elles font intervenir les électrons (ou positons) et neutrinos (ou anti-neutrinos). La fusion des quarks en nucléons relève de l’interaction nucléaire forte. Avec un plusieurs nucléons (proton et neutron), on obtient un noyau d’atome que l’on complète par son cortège électronique.

Dans le noyau atomique, on trouve deux forces fondamentales, la force nucléaire forte (qui assure la cohésion de la matière nucléaire) qui assemble les quarks entre eux dans les noyaux des atomes et la force nucléaire faible qui régit la transformation de certains quarks en d’autres, des protons en neutrons (et vice versa) et qui est à l’origine du phénomène de la radioactivité, agissent à très petite échelle (l’intérieur d’un noyau d’atome).

Un quark peut se changer en un autre. La couleur n’est pas un paramètre attaché au quark mais une propriété pouvant sauter d’un quark à un autre.

Par exemple chaque proton est fondé sur trois quarks et sur leurs échanges, leurs transformations mutuelles. Il n’est pas seulement la somme des trois quarks car il faut y rajouter les particules d’interaction qui empêchent notamment ses quarks de s’évader et qui les relient. Mais c’est loin d’être tout. A cet état (trois quarks) se rajoutent un nombre illimité d’autres états dans lequel le proton peut se trouver :

- trois quarks plus un gluon

- quatre quarks plus un antiquark plus un gluon

Etc, etc…

Chacun des états ci-dessus possède une probabilité définie pour chaque proton. Ce qui signifie que le proton n’est pas seulement le proton actuel mais aussi toutes ses potentialités et leurs probabilités respectives.

Le proton, le neutron ou les quarks ne sont pas plus des particules individuelles qui existent sans un nuage qui est un cortège de gluons par exemple. Cette propriété est fondamentale dans l’interprétation quantique de l’atome et de ses sauts d’un état à un autre.

La particule est "habillée" par son nuage virtuel constitué par la transformation à proximité de la particule du vide quantique qui l’entoure.

Le moindre quark ou électron est un être complexe entouré de toutes ses possibilités d’interaction avec les particules vacuelles. Bonne à tout faire de la physique des particules, le vide quantique agit dans l’ombre, loin des projecteurs. Considéré comme la condition la plus basse des champs, ou plus exactement comme l’état de plus bas étage de l’énergie du champ, il est mis à contribution pour confiner les quarks et les empêcher de s’échapper de la prison des protons et neutrons, pour couper en deux l’interaction électrofaible, et pour vêtir les particules d’un épais manteau vacuel qui minimise leur effet ou tout au contraire l’exalte, et ourdir ainsi la polarisation du vide. Les particules virtuelles/vacuelles, en effet, servent d’atténuateurs ou d’amplificateurs des forces, selon leur nature.

La force électromagnétique diminue en fonction de la distance plus vite que prévu. L’interaction forte, tout au contraire, s’amplifie au point de venir rapidement insurmontable. Ainsi s’explique l’inséparabilité des trois quarks du proton. L’effet d’écran et d’anti-écran expliquent la variation d’intensité des forces en fonction de l’énergie (de la distance) à laquelle on les analyse.

Les particules hadroniques (baryons et mésons) apparaissent comme des petites bulles dans le vide. Elles comportent selon le cas trois quarks ou un quark et un antiquark. Ils s’individualisent à très courte distance avec leurs différentes couleurs mais ils donnent globalement dans chaque cas un ensemble blanc à l’échelle de la particule dont la taille correspond à la distance de pénétration acceptable dans le vide, qui est de l’ordre du fermi soit tant que le couplage effectif entre quarks n’est pas trop fort. Tout cela définit de façon cohérente l’ordre de grandeur de la taille et de la masse des hadrons, un rayon de l’ordre du fermi et une masse de l’ordre du GeV. Si l’on augmente la taille de la bulle, on augmente l’énergie qu’elle contient et donc la masse de la particule. Elle devient vite instable en donnant des particules moins massives associées à des bulles plus petites.

Le boson de Higgs est ce qui transmet leur masse aux quarks. Mais la masse des nucléons n’a maintenant rien à voir avec celle des quarks qui le constituent. Elle résulte d’effets dynamiques à l’échelle du confinement qui apparaît au niveau du fermi. Le Higgs explique l’existence de la masse des quarks, mais la masse des quarks n’est qu’une toute petite partie de la masse du nucléon (moins de quelques pourcent). La plus grande partie vient de l’interaction nucléaire forte entre ces quarks. Le calcul de cette masse peut être fait sur des supercalculateurs, par ce qu’on appelle la chromodynamique quantique sur réseau.

La réalité du noyau est une dynamique et non une addition fixe de protons et de neutrons. Les protons et neutrons s’échangent, les quarks se changeant entre eux. Ces phénomènes fondamentaux sont discontinus, brutaux, qualitatifs et pas seulement quantitatifs et non graduels : les collisions entre particules donnant deux photons, les sauts quantiques de l’électron dans l’atome, les transformations entre proton et neutron, les changements de forme du nuage électronique de l’atome, les émissions et absorptions de photons par les particules, les sauts quantiques qui déplacent la particule de masse au sein du nuage virtuel, les transformations d’un photon en un couple particule et antiparticule et inversement, les transformations d’un gluon, d’un méson, d’un pion en quark et antiquark, les absorptions/émissions de gluons ou de couples quark/antiquark par le proton, les apparitions/disparitions de couples matière et antimatière au sein du vide quantique, les échanges de photons virtuels, de gluons virtuels entre particules de matière, le changement de couleur des quarks, les transformations des états des neutrinos, etc….

Le changement d’un proton en un neutron et inversement, changement spontané et qui se produit sans cesse au sein du noyau, est indispensable à la stabilité du noyau de l’atome. A la base de ce phénomène, il y a le changement, lui aussi brutal et dialectique, d’un quark en un autre (d’un quark up en down). Le changement d’un neutrino dans un autre est tout aussi brutal et spontané. Le changement d’une particule réelle en particule virtuelle et inversement a encore le même caractère. Là encore il s’agit du passage d’un élément en son contraire.

La stabilité globale des structures provient des changements dialectiques d’un élément en son contraire : par exemple, la stabilité du noyau provient du changement du neutron en proton et inversement. La stabilité des quarks provient du changement de chaque quark en son opposé.

Le mouvement est causé par des sauts de propriétés en leur contraire : le mouvement de la particule provient du changement de virtuel en réel et de réel en virtuel.

Tous ces changements sont brutaux et discontinus. Un des derniers exploits en matière d’ « observation » de phénomènes ultra-rapides est la désintégration du méson dit « charmé », constitué d’un couple de quark et d’antiquark charmés qui disparaît en moins d’un millième de milliardième de seconde !

De l’électron au quark

Du quark à la particule

4 Messages de forum

  • Qu’est-ce qu’un quark ? 12 février 2019 12:24, par JFP/Jean-François POULIQUEN.

    ●▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
    Bonjour.

    ___Pour ces quarks, j’ai une conception totalement différente de ce qui est expliqué, car hors mis les 3 bidules qui ont été détectés par collision dans les collisionneurs de particules, après ces tests réels ne sont alors que des concepts mathématiques qui prennent le relais sans rapport avec des observations. C’est donc de la logique mathématique pour faire correspondre des charges de couleur et donner des équilibres pour que la logique fonctionne. Je vais donc soulever certains points sans pour autant vraiment développer mon concept que je ferai dans un deuxième temps.

    ●●[Toute la matière dans l’univers est faite de dix-huit quarks et six leptons.
    Le modèle standard a prédit, avec précision, la manière dont les protons et les neutrons sont constitués de quarks, et que ces derniers se tiennent ensemble grâce aux gluons, c’est-à-dire grâce aux porteurs des interactions nucléaires fortes.]

    ___Et bien je dirai que toute la matière dans l’univers est faite de grains que j’avais appelé poussières, mais ces grains sont regroupées par paquets de différentes quantités, et que ces paquets définissent toutes les particules recensées, c’est à dire que les unités ne sont pas les particules, mais l’unité de base est le grain, mais qu’il faille différencier les paquets, ceci est tellement vrai que les particules spéciales éphémères sont aussi des paquets de grains dont la stabilité ne peut pas être possible, et ces paquets instables redeviennent grains de base dans vide quantique. Ainsi notre monde est fait que de grains de 3 possibilités :: chargé négativement, chargés positivement et éventuellement des grains neutres. Avec ce concept, on ne réduit rien, car les particules élémentaires deviennent des paquets de grains calibrés en nombre.

    ●●[La matière est constituée de douze particules primordiales, dont quatre prédominantes : le quark u, le quark d, le neutrino et l’électron. Le quark semble nous rapprocher de l’élémentarité. Le proton et le neutron, qui composent le noyau de l’atome, sont eux-mêmes des composés de quarks. Mais les quarks posent un problème à l’élémentarité, car ils ne peuvent pas être isolés, séparés de la structure à laquelle ils participent. Encore peut-on, dans le cas des noyaux, extraire les nucléons, leur rendre leur individualité et leur faire retrouver leurs propriétés particulières d’objets isolés. C’est ce dernier restant d’individualité qui disparaît à son tour avec les quarks. Car, selon la conception actuelle, les quarks, tout en étant des composants des hadrons, ne peuvent pas être séparés et isolés...]

    ___Et bien j’assimile ces quarks à des paquets de grains d’une certaine quantité, et de plus regroupés, mais ces quarks sont en fait des paquets d’électrons et/ou de positrons de paquets de grains concentrés, et le fait de les isoler hors de ces particules composites, ces quarks redeviennent des électrons et des positrons libres mais leur concentration à l’état libre explosent et se dispersent dans le vide de l’espace, car ils n’ont plus en commun leur concentration qui les maintenaient entre eux et leur donnaient cette existence. On ne peut pas isoler un poisson de son eau, sinon il meurt, et bien pour le quark c’est pareil car il éclate en grains. Il y a des notions qui s’évaporent justement par ce qu’elles sont trop concentrées, et que le maintient de cette concentration doit être réalisé à plusieurs et avec des échanges, et non forcément par 2 ou 3 quarks comme il est dit.

    ●●[La base de la théorie des quarks est très simple :: il faut trois quarks pour former un baryon, soit un quark s’unit à un antiquark pour former un méson. Il existe six sortes de quarks (on dit six saveurs) :: u, s, d, c, t, et b). La formation et la désintégration des particules s’expriment en termes de quarks. Dans la désintégration du neutron, un quark d est remplacé par un quark, ce qui fait que UDD donne UUD, soit un neutron se transforme en un proton plus un positron et un antineutrino. Si les quarks sont liés, il doit bien y avoir une force qui les attire les uns vers les autres, une force extrêmement forte. L’interaction entre quarks et entre nucléons est appelée la force forte. Les quarks existent sous trois formes différentes qu’on a appelé couleurs :: rouge, vert et bleu. La théorie qui incorpore toutes ces caractéristiques de la force entre quarks est la Chromodynamique quantique ou QCD. Nous avons expliqué que la charge d’un électron polarise le vide en attirant les positrons virtuels et en repoussant les électrons virtuels dans l’espace autour de lui. Cela écrante sa charge, diminuant la force effective ressentie à distance. Un effet semblable de polarisation se passe autour d’un quark, mais cette fois il met en jeu la couleur au lieu de la charge électrique. La charge de couleur d’un quark attire les antiquarks virtuels de l’anti_couleur appropriée. Le vide contient aussi des gluons virtuels, qui participent aussi à la polarisation puisqu’ils sont colorés, mais leur effet est au contraire de renforcer la charge de couleur au lieu de l’écranter. Les gluons l’emportent sur les quarks, et le résultat net est que la charge effective de couleur augmente au lieu de diminuer. Pour deux quarks très proches, l’effet anti-écran est évité, expliquant le confinement des quarks. La chromodynamique quantique (ou QCD), découverte en 1973, utilise la théorie quantique des champs pour rendre compte de l’interaction entre quarks et gluons.]

    ___Là nous rentrons dans la logique mathématique, qui est sans rapport avec la réalité, car ce qui est expliqué est une hypothèse et donc une proposition pouvant expliquer comment sont regroupés ces quarks par charge. Il y a de toutes façons une aberration où l’on divise la charge de l’électron-volt par 3 pour permettre des équilibres possibles.

    ●●[Un neutron est constitué de un u et de deux d ; il est donc neutre, de charge zéro. Le passage de l’un à l’autre s’effectue par la transformation d’un quark u en un quark d (ou vice versa) avec émission d’un positon (l’anti-électron) et d’un neutrino ; le quark d se transforme en u avec émission d’un électron et d’un anti-neutrino.]

    ___Et bien pour moi un neutron est constitué de 1836/2 électrons et de 1836/2 positrons le rendant neutre en charge car les charges s’annulent, car ce nombre de 1836 est le rapport de masse entre 1 électron et 1 neutron. Le proton est donc simplement un neutron dont un électron est éjecté et se trouve demi-libre, comme déjà expliqué dans un autre article. Donc dans ce concept il faut retirer UN de ces 1836 de rapport entre électron et proton, ce qui nous donne un rapport de 1835 pour le proton PLUS un pour l’électron éjecté, où nous retombons sur nos pattes d’âne. Voici les masses ::
    Masse électron 0,0009132×10E−27 kg.
    Masse proton_ 0,0009132×10E−27 kg ×1835 électrons=1 ,6757220×10E−27 kg.
    Masse neutron 0,0009132×10E−27 kg ×1836 électrons=1 ,6776635×10E−27 kg.
    Maintenant la constitution de ces quarks est à revoir pour des équilibres de charges mais sans diviser la charge de base qui est plus e+ (électron) et aussi moins e- (positron).

    ●●[Par exemple chaque proton est fondé sur trois quarks et sur leurs échanges, leurs transformations mutuelles. Il n’est pas seulement la somme des trois quarks car il faut y rajouter les particules d’interaction qui empêchent notamment ses quarks de s’évader et qui les relient. Mais c’est loin d’être tout. A cet état (trois quarks) se rajoutent un nombre illimité d’autres états dans lequel le proton peut se trouver ::
    trois quarks plus un gluon
    quatre quarks plus un antiquark plus un gluon
    Etc, etc...
    Chacun des états ci-dessus possède une probabilité définie pour chaque proton. Ce qui signifie que le proton n’est pas seulement le proton actuel mais aussi toutes ses potentialités et leurs probabilités respectives.
    Le proton, le neutron ou les quarks ne sont pas plus des particules individuelles qui existent sans un nuage qui est un cortège de gluons par exemple. Cette propriété est fondamentale dans l’interprétation quantique de l’atome et de ses sauts d’un état à un autre.
    La particule est "habillée" par son nuage virtuel constitué par la transformation à proximité de la particule du vide quantique qui l’entoure.]

    ___La constitution des protons et des neutrons peut être encore plus subtile de ce qui est donné, car il y a un tas de possibilités pour combiner des paquets de ces électrons et positrons, car comme déjà dit ce nombre 1836 est magique ::
    1836/N N=1, 2, 3, 4, 6, 9, 12, 17, 18, 27, 36, 51, 68, 102, 108, 153, 204, 306, 459, 612, 918, 1836.
    Donc proton comme neutron portent un habit de moine, car sous la soutane, les organisations électron/positron peuvent être complètement différentes. Par rapport à ce nombre de 1836 il faut tout d’abord le diviser par 2 1836/2=918 car une partie de 918 électrons et une autre partie de 918 électrons si on veut avoir plus 3 quarks dans un proton ou neutron. Je ne vais pas énumérer toutes les possibilités, mais cela est facile à réaliser.

    ●●[La réalité du noyau est une dynamique et non une addition fixe de protons et de neutrons. Les protons et neutrons s’échangent, les quarks se changeant entre eux.] ___Pour les échanges de quarks entre proton et neutron, j’ai des doutes, mais pourquoi pas, mais là c’est encore un autre concept.

    ●●[Le changement d’un proton en un neutron et inversement, changement spontané et qui se produit sans cesse au sein du noyau, est indispensable à la stabilité du noyau de l’atome.]

    ___Avec le concept que j’ai expliqué, ce n’est même plus les quarks qui s’échangent entre eux et entre proton et neutron, mais seulement un électron qui part d’un neutron pour arrivé dans un proton et changeant ainsi deux quarks du départ et d’arrivée. Comme c’est simple la physique Monsieur Paris, même si mes idées sont fausses, car même pas besoin de palette de couleur. Ceci veut dire aussi que les anti-quarks n’existent pas, rendant encore plus simple cette physique, car ce que l’on manipule ce sont des électrons et des anti-électrons que sont les positrons. C’est dingue car sachant que électrons et positrons sont constitués de grains on peut même se demander si cela n’est pas des échanges de grains. Donc Dingue !!!
    Amicalement.
    JFP/Jean-François POULIQUEN.

    Répondre à ce message

    • Qu’est-ce qu’un quark ? 12 février 2019 17:02, par Robert Paris

      "Là nous rentrons dans la logique mathématique, qui est sans rapport avec la réalité, car ce qui est expliqué est une hypothèse...." dites vous.

      Ce que vous dites est aussi une hypothèse.

      Ce que je prétend n’est pas seulement une hypothèse mathématique mais une tentative de description physique de ce qui se passe quand...

      Certes, nous avons surement tort tous les deux et... raison de défendre notre idée...

      Répondre à ce message

  • Qu’est-ce qu’un quark ? 12 février 2019 20:39, par JFP/Jean-François POULIQUEN.

    Bonsoir Monsieur Paris.

    ___Il ne faut pas dire que nous avons sûrement tord tout les deux, mais son contraire en disant que nous avons raison tous les deux. Moi je parts des masses pour dire certaines choses, et vous je ne sais pas trop... Je ne me suis pas amusé à calculer les charges, mais cela doit ne doit pas être très difficile. De toutes façons tout n’est qu’hypothèses, mais voyez vous mon cher Paris ma théorie n’a pas changée d’un poil en apprenant ce qu’est cette quantique, et là c’est fou.

    Bonne soirée
    JFP/Jean-François POULIQUEN.

    Répondre à ce message

  • Qu’est-ce qu’un quark ? 12 février 2019 22:09, par JFP/Jean-François POULIQUEN.

    Bonsoir Monsieur Paris.

    ___En partant de ce rapport de masse entre électron proton et neutron et où ce nombre de 1836 est un nombre magique, et bien je dis que les quarks sont des électrons ET des positrons et je vais même plus loin en disant que ces quarks ne sont que par décompositions des électrons et positrons qui sont en réalité des paquets de grains élémentaires concentrés qui est une nouvelle notion. Donc même si on ne veut pas que ces quarks soient des électrons et des positrons, et bien ce sont des tas ou paquets de grains charges par opposition de charges, et que les permutations ne soient en fait non pas des particules élémentaires, mais des grains de leur constitution, et un seul grain peut faire basculer ces quarks, comme ces électrons et aussi ces positrons. On peut considérer qu’un seul grain fasse changer de potentialité ; et donc nous sommes loin des particules élémentaires comme électron et positron, et encore plus loin de ces quarks Ces grains ont des charges positives et négatives, et je ne pense pas que la masse est un lien avec la charge. Et donc qu’il suffit d’un grain pour faire basculer d’un neutron en proton et inversement d’un proton en neutron. Et là c’est une grande nouveauté Monsieur Paris, car ce n’est pas au niveau des quarks que cela se joue, par mutation ou autre, mais au niveau de la plus petite unité de matière qui ce grain et qui fait basculer tout. Ce grain qui était initialement poussière pour moi, devient l’élément le plus petit même de cette physique quantique, car cette notion en quantique n’existe pas. Ce grain permet de pouvoir résoudre ce qu’est la chaleur des atome par collision de ces grains par atomes différents bien sûr, et ce pour respecter l’exclusion de Pauli, mais cela permet d’aller plus loin encore. L’avantage de cette notion est que les unités e+ ou e- ne soient pas divisées. Bien sûr tout ceci paraît surprenant et innovant c’est sûr, et même farfelus car sûrement trop simpliste, et ne correspondant pas vraiment à cette quantique, mai la quantique peur être remise en cause, du moins une partie, car cette évolue et ne fait que bouger. Ce qui est pas trop mal, c’est que cela soit très simple, comme la nature d’ailleurs, car je ne pense pas que cette nature soit de l’ordre des équations complexes que l’on essaie de dire, car plus c’est simple et mieux ça marche. Les couleurs de quarks je m’en passe, car avec les diviseurs de ce nombre 1836 j’arrive à plus de possibilité de conception de ces quarks qui ne sont que des paquets de grains. Et que les neutrons et protons utilisés dans ces accélérateurs, sont déjà des protons libres et où leur structure interne ne défini pas toutes les possibilités possibles. Vous m’avez même dit que j’extrairai l’électron de son contexte, ce qui et faux, mais que ces accélérateurs de particules ne se gênent pas pour justement utiliser l’unité, qui fausse tout. Ainsi les 3 quarks d’un proton ou d’un neutron est d’une stupidité, car on se sert d’éléments libres donnant toujours les mêmes résultats, mais si ces particules composites étaient dans un contexte d’atome is auraient un structure interne interne différente et ce même si les attributs externes sont toujours les mêmes.

    ___Je continuerai sur ce sujet de quark plus tard car je suis en pleine lecture de vos articles que vous avez recommandé, et naturellement je note plein de choses. Je vous remercie encore d’avoir répondu, car je vous vole du temps.

    Bonne soirée
    JFP/Jean-François POULIQUEN.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0