Accueil > 03 - HISTORY - HISTOIRE > 2eme chapitre : Révolutions de la Préhistoire et de l’Antiquité > Du stade de la barbarie à la civilisation

Du stade de la barbarie à la civilisation

jeudi 6 juin 2024, par Robert Paris

Paul Lafargue

L’évolution de la propriété de la sauvagerie à la civilisation

L’évolution de la propriété

CHAPITRE I

Formes de la propriété contemporaine

Les économistes politiques ont posé comme axiome que le capital, la forme de propriété actuellement prédominante, est éternel ; ils ont chargé leur cerveau de montrer que le capital est contemporain du monde, et que comme il n’a pas eu de commencement, il ne peut pas avoir de fin. [1] Pour preuve de cette affirmation étonnante, tous les manuels d’économie politique répètent avec beaucoup de complaisance l’histoire du sauvage qui, ayant en sa possession une paire d’arcs, en prête un à un frère sauvage, pour une part du produit. de sa poursuite.

Le zèle et l’ardeur que les économistes mettaient dans leur recherche de la propriété capitaliste aux temps préhistoriques étaient si grands qu’ils réussirent, au cours de leurs investigations, à découvrir l’existence de la propriété en dehors de l’espèce humaine, c’est-à-dire chez les invertébrés : car la fourmi, dans sa prévoyance, est accumulatrice de vivres. Il est dommage qu’ils n’aient pas fait un pas de plus et affirmé que, si la fourmi fait des provisions, elle le fait en vue de les revendre et de réaliser un profit par la circulation de son capital.

Mais il y a une lacune dans la théorie des économistes sur l’éternité du capital. Ils ont omis de montrer que le terme capital existe également de tout temps. Dans un navire, chaque corde a son nom approprié, à l’exception de la corde de cloche. Il est inadmissible que, dans le domaine de l’économie politique, la terminologie ait été assez insuffisante pour ne pas donner un nom à une chose aussi utile et si importante que le capital ; or, c’est un fait que le terme capital, au sens moderne, ne date pas de plus loin que le XVIIIe siècle. C’est le cas aussi du mot philanthropie (l’hypocrisie humanitaire propre au régime capitaliste). Et c’est au XVIIIe siècle que la propriété capitaliste commence à s’affirmer et à acquérir une influence prépondérante dans la société. Cette prédominance sociale du capital a conduit à la Révolution française qui, bien qu’un des événements les plus considérables de l’histoire moderne, n’a été, après tout, qu’une révolution bourgeoise accomplie avec ces mots d’ordre de liberté, de fraternité, d’égalité, de justice et de patriotisme que les bourgeois emploieront plus tard pour gonfler leur politique et leurs finances et entreprises. A l’époque de la Révolution, les capitalistes étaient du bétail si nouvellement élevé par la société qu’à sonDictionnaire de Mots Nouveaux publié en 1802, Sébastien Mercier a cru nécessaire d’insérer le mot capitaliste , et d’y adjoindre la curieuse définition suivante :

« Capitalistes : ce mot est presque inconnu hors de Paris. Il désigne un monstre de richesse, un homme qui a un cœur de fer et qui n’a d’affections que métalliques. Parlez-lui de la taxe foncière et il se moque de vous ; il ne possède pas un pouce de terre, comment devriez-vous l’imposer ? Comme les Arabes du désert qui ont pillé une caravane et qui enterrent leur or par peur des autres brigands, les capitalistes ont caché notre argent.

En 1802, l’humanité n’avait pas encore acquis le sentiment de profond respect qu’inspire de nos jours le capitaliste.

Le terme capital, quoique d’origine latine, n’a pas d’équivalent dans les langues grecque et latine. L’inexistence du mot dans deux langues aussi riches apporte la preuve que la propriété capitaliste n’existait pas dans l’Antiquité, du moins en tant que phénomène économique et social.

La forme de propriété qui correspond au terme de capital ne s’est développée et n’a acquis d’importance sociale qu’après l’établissement de la production marchande, qui a couronné le mouvement économique et politique agitant l’Europe après le XIIe siècle. Cette production commerciale fut stimulée par la découverte de l’Amérique et la route des Indes par le Cap de Bonne-Espérance, par l’importation de métaux précieux d’Amérique, la prise de Constantinople, l’invention de l’imprimerie, les alliances familiales entre les souverains d’Europe, et l’organisation des grands États féodaux, avec la pacification relative et générale qui en résulta. Toutes ces causes collatérales et d’autres ont coopéré pour créer un développement rapide du capital, la plus parfaite de toutes les formes de propriété privée, et, on peut le dire, la dernière.
La propriété est si loin, en effet, d’être toujours identique, que dans notre propre société elle affecte des formes diverses, susceptibles de se réduire à deux principales.

I. FORMES DE BIENS COMMUNS a. Propriété commune d’origine ancienne , dont le type sont les terres communales, exposées depuis des siècles aux empiétements de la noblesse et de la bourgeoisie.

b. Biens communs d’origine moderne , administrés par l’Etat, regroupés sous le vocable de Services Publics, (Monnaie, Postes, Voies Publiques, Bibliothèques Nationales, Musées, etc.)


II. FORMES DE PROPRIÉTÉ PRIVÉE a. Propriété d’appropriation personnelle.

b. Propriété – Instruments de travail.

c. Propriété – Capital.

a) La propriété d’appropriation personnelle commence par les aliments que l’on mange et s’étend aux vêtements et objets de luxe (bagues, bijoux, etc.) dont on se couvre et se pare. Il fut un temps où la maison, elle aussi, était comprise dans cette branche de la propriété personnelle ; un homme possédait sa demeure, un palais de marbre ou une hutte de paille, comme la tortue sa carapace. Si, par l’application des machines à l’industrie, la civilisation a mis à la portée des pauvres d’innombrables objets de luxe qui jusque-là n’étaient achetables que par les riches, elle a en revanche privé le gros de la nation de sa maison d’habitation. Elle les contraint à vivre dans des appartements loués et des logements meublés ; et au milieu d’une richesse sans précédent, elle a réduit le producteur à un strict minimum de propriété d’appropriation personnelle.

La civilisation capitaliste condamne le prolétaire à végéter dans des conditions d’existence inférieures à celles du sauvage. Pour renoncer à ce fait important que le sauvage ne travaille pas pour les autres, et pour nous en tenir entièrement à la question de la nourriture, il est incontestable que les barbares qui ont envahi et peuplé l’Europe, et qui, possédant comme eux des troupeaux de porcs et autres animaux, et ayant à leur portée toutes les ressources de la chasse dans les forêts richement peuplées, et de la pêche dans les mers et les rivières - s’ils étaient mal vêtus de peaux de bêtes sauvages et de tissus grossièrement tissés - participaient à plus de nourriture animale que ne le font nos prolétaires, dont les vêtements de pacotille, excellemment tissés par des machines perfectionnées, sont une très mauvaise protection contre les intempéries du temps. La condition du prolétaire est d’autant plus dure que sa constitution est moins robuste et moins aguerrie à la rigueur du climat que ne l’était le corps du sauvage. Le fait suivant donne une idée de la robustesse de l’homme non civilisé. Dans les tombes préhistoriques d’Europe, des crânes ont été découverts portant des traces de perforations évoquant une trépanation. Les anthropologues ont d’abord pris ces crânes pour des amulettes ou des ornements, et ont conclu qu’ils avaient été perforés après la mort, jusqu’à ce que Broca montre que l’opération n’a pas pu être pratiquée sur des cadavres en produisant un certain nombre de crânes dans lesquels un processus de cicatrisation était observable, que n’aurait pu avoir lieu que si le trépané avait survécu à l’opération. On objecta qu’il devait être impossible à des sauvages ignorants, avec leurs grossiers instruments de bronze et de silex, de pratiquer une opération aussi délicate, considérée comme dangereuse par les médecins modernes, malgré leur savoir et l’excellence de leurs instruments chirurgicaux. Mais tous les doutes ont maintenant été levés par la certitude positive que ce genre d’opération est pratiqué par les sauvages avec un succès parfait. Chez les Berbères d’aujourd’hui, l’opération se pratique en plein air, et au bout de quelques jours, à l’infini étonnement des témoins européens, le trépané se remet sur ses jambes et reprend ses occupations comme si une portion de son crâne n’avait pas été gratté, car l’opération se fait par grattage. Les plaies du crâne, qui entraînent des complications si graves chez les civilisés, guérissent avec une rapidité et une facilité extraordinaires chez les peuples primitifs. Malgré l’enthousiasme frénétique que la civilisation inspire au philistin, l’infériorité physique, et peut-être mentale, de l’homme civilisé, sauf exceptions bien entendu, doit être concédée. Il faudra une éducation commençant au berceau et prolongée tout au long de la vie et poursuivie pendant plusieurs générations pour rendre à l’être humain de la société future la vigueur et la perfection des sens qui caractérisent le sauvage et le barbare.[2] Morgan, l’un des rares anthropologues qui ne partage pas le dédain imbécile professé pour le sauvage et le barbare par le philistin, fut aussi le premier à classer par ordre logique les matériaux abondants et souvent contradictoires qui se sont accumulés sur les races sauvages, et tracer les premières ébauches de l’évolution de l’homme préhistorique. Il observe,

« Il peut être suggéré comme n’étant pas improbable de reconnaître finalement que le progrès de l’humanité dans la période de sauvagerie, dans sa relation à la somme du progrès humain, était plus grand en degré que dans les trois sous-périodes de barbarie, et que le progrès faite pendant toute la période de la barbarie était, de la même manière, plus grande en degré qu’elle ne l’a été depuis pendant toute la période de la civilisation. [3]

Le sauvage ou le barbare transplanté dans la société civilisée fait triste figure : il perd ses qualités natives, tandis qu’il contracte les maladies et acquiert les vices de l’homme civilisé ; mais l’histoire des Grecs et des Égyptiens nous montre quel merveilleux degré de développement matériel et intellectuel un peuple barbare est capable d’atteindre lorsqu’il est placé dans les conditions requises et qu’il évolue librement.

Le producteur civilisé est réduit au minimum de biens personnels nécessaires à la satisfaction de ses besoins les plus urgents simplement parce que le capitaliste possède des moyens et à épargner pour l’indulgence de ses fantaisies les plus extravagantes. Le capitaliste devrait avoir cent têtes et cent pieds, comme l’Hecatonchiri de la mythologie grecque, s’il veut utiliser les chapeaux et les bottes qui encombrent sa garde-robe. Si les prolétaires souffrent du manque de propriété personnelle, les capitalistes finissent par devenir les martyrs d’un superflu de celle-ci. L’ennui qui les opprime et les maladies qui les rongent, détériorant et minant la race, sont les conséquences d’un excès des moyens de jouissance.

b.) Propriété privée des instruments de travail. L’homme, selon la définition de Franklin, est un animal fabriquant des outils. C’est la fabrication d’outils qui distingue l’homme des brutes, ses ancêtres. Les singes se servent de bâtons et de pierres, l’homme est le seul animal qui ait travaillé le silex pour la fabrication d’armes et d’outils, de sorte que la découverte d’un instrument en pierre dans une caverne ou une strate géologique est une preuve aussi positive de la présence d’un être humain. que le squelette humain lui-même. L’instrument de travail, le couteau en silex du sauvage, le rabot du charpentier, le bistouri du chirurgien, le microscope du physiologiste ou la charrue du paysan, est un ajout aux organes de l’homme qui facilite la satisfaction de ses besoins. .

Tant que règne la petite industrie manuelle, le producteur libre est propriétaire de ses instruments de travail. Au moyen âge, le compagnon voyageait avec son sac d’outils, qui ne le quittait plus ; le yeoman, avant même la constitution de la propriété privée, possédait provisoirement le lopin de terre qui lui était attribué dans le partage territorial ; le serf médiéval était si étroitement lié au sol qu’il cultivait qu’il en était inséparable.

Il reste de nombreux vestiges de cette propriété privée des instruments de travail, mais ils disparaissent rapidement. Dans toutes les industries saisies par les machines, l’outil individuel a été arraché de la main de l’ouvrier et remplacé par la machine-outil, instrument collectif de travail qui ne peut plus être la propriété du producteur. Le capitalisme prive l’homme de sa propriété personnelle, l’outil ; et les premiers instruments parfaits qu’il s’était fabriqués, ses armes de défense, lui furent arrachés les premiers. Le sauvage est propriétaire de son arc et de ses flèches, qui constituent à la fois ses armes et ses outils, historiquement les plus perfectionnés. Le soldat a été le premier prolétaire qui a été dépouillé de ses outils, c’est-à-dire de ses armes, qui appartiennent au gouvernement qui l’enrôle.

La société capitaliste a réduit au minimum la propriété personnelle du prolétaire. Il était impossible d’aller plus loin sans causer la mort du producteur, la poule aux œufs d’or des capitalistes. Elle tend à le déposséder entièrement de ses instruments de travail, spoliation qui est déjà un fait accompli pour la grande masse des ouvriers.

(c) Capital immobilier. La forme capitalistique de la propriété est la forme vraiment typique de la propriété dans la société moderne. Dans aucune autre société, il n’a existé comme fait universel ou dominant.

La condition essentielle de cette forme de propriété est l’exploitation du producteur libre, qui est dépouillé d’heure en heure d’une fraction de la valeur qu’il crée ; un fait que Marx a démontré au-delà de toute réfutation. Le capital est basé sur la production de marchandises, sur une forme de production, c’est-à-dire dans laquelle un homme produit en vue, non de la consommation du travailleur, ou de celle de son seigneur féodal ou maître esclavagiste, mais en vue du marché. Dans d’autres sociétés aussi, les hommes achetaient et vendaient, mais ce n’étaient que les articles excédentaires qui s’échangeaient. Dans ces sociétés, le laboureur, esclave ou serf, était exploité, il est vrai, mais le propriétaire avait au moins certaines obligations envers lui ; par exemple, le propriétaire d’esclaves était tenu de nourrir sa bête de somme humaine, qu’il travaille ou non. Le capitaliste a été libéré de toutes charges, qui reposent maintenant sur le travailleur libre. Il souleva l’indignation du bon enfant Plutarque que Caton, l’aigre moraliste, se débarrassa des esclaves vieillis et décrépits à son service. Qu’aurait-il dit du capitaliste moderne, qui laisse les ouvriers qui l’ont enrichi mourir de faim ou mourir dans l’hospice ? En émancipant l’esclave et l’esclave, ce n’était pas la liberté du producteur que le capitaliste cherchait à atteindre, mais la liberté du capital, qui devait être déchargé de toute obligation envers les ouvriers. Ce n’est que lorsque la forme capitalistique de la propriété est en vigueur que le propriétaire peut exercer dans toute sa rigueur le droit d’user et d’abuser. Qu’aurait-il dit du capitaliste moderne, qui laisse les ouvriers qui l’ont enrichi mourir de faim ou mourir dans l’hospice ? En émancipant l’esclave et l’esclave, ce n’était pas la liberté du producteur que le capitaliste cherchait à atteindre, mais la liberté du capital, qui devait être déchargé de toute obligation envers les ouvriers. Ce n’est que lorsque la forme capitalistique de la propriété est en vigueur que le propriétaire peut exercer dans toute sa rigueur le droit d’user et d’abuser. Qu’aurait-il dit du capitaliste moderne, qui laisse les ouvriers qui l’ont enrichi mourir de faim ou mourir dans l’hospice ? En émancipant l’esclave et l’esclave, ce n’était pas la liberté du producteur que le capitaliste cherchait à atteindre, mais la liberté du capital, qui devait être déchargé de toute obligation envers les ouvriers. Ce n’est que lorsque la forme capitalistique de la propriété est en vigueur que le propriétaire peut exercer dans toute sa rigueur le droit d’user et d’abuser.

Ce sont les formes de propriété existantes dans la société moderne. Même une vue superficielle de celle-ci nous convaincra que ces formes sont elles-mêmes en train de changer ; par exemple, tandis que la propriété communale d’origine ancienne se transforme en propriété privée, la propriété privée capitaliste se transforme en propriété commune administrée par l’État ; mais avant d’atteindre cette forme ultime, le capital dépossède le producteur de son outil individuel et crée l’instrument collectif de travail.

Maintenant que nous nous sommes convaincus que les formes existantes de la propriété sont dans un état de flux et d’évolution, nous devons être vraiment aveugles si nous refusons d’admettre que dans le passé aussi la propriété était instable, et qu’elle a traversé différentes phases avant d’arriver à la formes réelles, qui doivent, à leur tour, se résoudre et être remplacées par d’autres formes nouvelles.

* * * *

Dans cet essai, je me propose de traiter des diverses formes de propriété antérieures à sa prise de la forme capitale. Avant d’entrer dans mon sujet, je voudrais présumer quelques détails touchant la méthode que j’ai employée dans cette tentative de reconstruction partielle de l’histoire.

Tous les hommes, sans distinction de race ni de couleur, du berceau à la tombe, passent par les mêmes phases de développement. Ils éprouvent, à des âges qui varient dans d’étroites limites, selon la race, le climat et les conditions d’existence, les mêmes crises de croissance, de maturité et de décadence. De même les sociétés humaines traversent des formes sociales, religieuses et politiques analogues, avec les idées qui leur correspondent. A Vico, qu’on a appelé « le père de la philosophie de l’histoire », revient l’honneur d’avoir le premier compris la grande loi du développement historique.

Dans sa Scienza Nuova , il parle d’« une histoire idéale, éternelle, selon laquelle se développent successivement les histoires de toutes les nations, à partir de quelque état que ce soit de sauvagerie, de férocité ou de barbarie, les hommes progressent vers la domestication ». [4]

Si nous pouvions connaître l’histoire d’un peuple depuis l’état de sauvagerie jusqu’à celui de civilisation, nous aurions l’histoire typique de chacun des peuples qui ont habité le globe. Il est hors de notre pouvoir de reconstituer cette histoire, car il nous est impossible de remonter les étapes successives parcourues par un peuple dans sa marche. Mais si nous ne pouvons pas découper d’un seul tenant cette histoire de la vie d’une nation ou d’une race, nous pouvons, en tout cas, la reconstituer en rassemblant les données éparses que nous possédons sur les différents peuples du globe. C’est ainsi que l’humanité, en vieillissant, apprend à déchiffrer l’histoire de son enfance.

Les mœurs et les usages des ancêtres des nations civilisées survivent dans ceux des peuples sauvages que la civilisation n’a pas entièrement exterminés. Les enquêtes sur les coutumes, les institutions sociales et politiques, les conceptions religieuses et mentales des barbares, faites par des savants et des chercheurs des deux hémisphères, nous permettent d’évoquer un passé que nous en étions venus à considérer comme irrémédiablement perdu. Chez les peuples sauvages, on peut apercevoir les débuts de la propriété : en glanant des faits dans toutes les parties du globe, et en les coordonnant en une suite logique, on peut arriver à suivre les différentes phases de l’évolution de la propriété.

Notes de bas de page

1. Par capital, on entend tout ce qui produit des intérêts : une somme d’argent prêtée qui, au bout de mois ou d’années, rapporte un profit ; la terre qui est cultivée, ou tout instrument de travail qui est mis en action non par son propriétaire, mais par des ouvriers salariés ; mais la terre qui est cultivée par le paysan et sa famille, le fusil du braconnier, le rabot ou le marteau du charpentier, bien que propriété, n’est pas une propriété capitaliste, parce que le propriétaire l’utilise lui-même au lieu de s’en servir pour en tirer une plus-value. autres. La notion de profit sans travail colle comme une chemise Nessus au terme capital.
2. César, à qui les panégyristes de notre société laissent certains pouvoirs d’observation, ne se lassant pas d’admirer la force et l’habileté dans les exercices corporels des barbares allemands qu’il était forcé de combattre. Si grande était son admiration pour eux, que pour vaincre l’héroïque résistance des Gaulois, commandés par Vercingétorix, il envoya de l’autre côté du Rhin en Allemagne de la cavalerie et de l’infanterie légère, qui avaient l’habitude de s’engager parmi eux ; et comme ils étaient montés sur de mauvais chevaux, il prit ceux des tribuns militaires, des chevaliers et des vétérans, et les distribua aux Germains. – De Bello Gallico , vii, 65.
3. Lewis Morgan, Ancient Society , partie 1, chap. iii. Rapport de progrès humain .
4. Una storia ideal, eterna, sopra la quale corrono in tempo le storie di tutti le nazioni : ch’ovumque da tempi selvaggi, feroci e fieri comminciarno gli uomini ad addimesticarsi. (G. Vico, Principi di Scienza Nuova , De’ Principi, Libero secondo, Section V, éd. di Ferrari, Milan 1837)

Suite :

https://www-marxists-org.translate.goog/archive/lafargue/1890/property/index.html?_x_tr_sl=auto&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr

Paul Lafargue
La propriété
Origine et évolution

https://www.marxists.org/francais/lafargue/works/1890/propriete/index.htm

Lire aussi :

https://www.marxists.org/francais/engels/works/1884/00/fe18840000o.htm

https://www.marxists.org/francais/engels/works/1884/00/fe18840000c.htm

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article3029
http://www.matierevolution.fr/spip.php?page=calendrier&archives=2013-12-19

https://marxiste.qc.ca/article/la-barbarie-la-civilisation-et-la-conception-marxiste-de-lhistoire

http://classiques.uqac.ca/classiques/morgan_lewis_henry/ancient_society/ancient_society.html

https://www.marxists.org/francais/luxembur/intro_ecopo/intro_ecopo_24.htm

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.