Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/36/d206324349/htdocs/site_org1G/config/ecran_securite.php on line 180
Révolution des anciens peuples de Micronésie - Matière et Révolution
English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 03 - HISTORY - HISTOIRE > Révolution des anciens peuples de Micronésie

Révolution des anciens peuples de Micronésie

dimanche 27 février 2011

Peuples de Micronésie et révolutions

Lorsqu’ils débarquèrent sur ce bout de terre de Micronésie centrale, les explorateurs européens découvrirent des murailles mégalithiques cyclopéennes dans le basalte construites de manière tout à fait inconnue et qui les a impressionnés car elle supposait une technique très poussée. Ce sont les vestiges d’une civilisation qui s’est développée entre le 10ème et le seizième siècle. Cette région n’est occupée que depuis deux millénaires et, comme l’île de Pâques, elle va d’un seul coup se mettre à bâtir des édifices architecturaux importants qui témoignent du développement d’une classe dirigeante et d’un système d’exploitation. Jean-Christophe Galipaud, archéologue, explique que « Pour engager de tels travaux, il fallait une autorité centralisée capable de faire travailler toute une société. » Nan Madol a été le centre de domination d’un régime appelé Sau Deleur. Bernadette Arnaud explique que « La chute de la Venise des antipodes (serait due au fait que) les habitants se seraient révoltés à cause de l’attitude tyrannique des gouvernants et de l’exploitation de la population par les prêtres. (…) La cité aurait ensuite été progressivement abandonnée. »

Nan Madol est une ville en ruine qui se trouve dans la partie sud-est de l’île de Pohnpei (actuellement l’un des quatre États fédérés de Micronésie). C’est un site constitué d’une série d’îlots artificiels qui fut la capitale de la dynastie Saudeleur jusqu’aux alentours de 1500. Le nom de « Nan Madol », qui signifie « intervalles », fait référence aux canaux présents sur le site. Elle est souvent baptisée la « Venise du Pacifique ».

Nan Madol est le siège cérémoniel et politique de la dynastie Saudeleur, qui unifia la population de Pohnpei (estimée à 25 000 personnes). C’est le lieu d’une activité humaine dès le premier ou le deuxième siècle de notre ère. Au 8ème ou 9ème siècle, la construction d’îlots commence, mais l’architecture mégalitique n’a probablement pas commencé avant le 12ème ou le début du 13ème siècle. Peu de choses peuvent être vérifiées sur la construction des mégalithes. La tradition de Pohnpei prétend que les constructeurs du complexe Lelu sur Kosrae (composé également de vastes bâtiments en pierre) ont émigré à Pohnpei, où ils ont utilisé leurs compétences et leurs expériences pour construire l’impressionnant complexe de Nan Madol. Comme à Lelu, l’un des principaux objectifs de construire une ville séparée est d’isoler la noblesse de la population.

Le centre de Nan Madol est un lieu de résidence pour la noblesse et les activités mortuaires présidées par des prêtres. Sa population devait certainement dépasser 1000 personnes, même si elle a pu doubler occasionnellement. Bien que de nombreux habitants soient des dirigeants, la majorité sont des roturiers. Nan Madol sert, en partie, comme un moyen par lequel les chefs Saudeleur organisent et contrôlent les rivaux potentiels en les obligeant à vivre dans la ville plutôt que dans leurs régions, où leurs activités sont difficiles à contrôler. Madol Powe, le secteur mortuaire, comprend 58 îles dans la zone nord de Nan Madol. La plupart des îlots sont des logements occupés autrefois par des prêtres. Certains îlots servent à des fins particulières, comme la préparation de la nourriture sur Usennamw, la construction de canoës sur Dapahu et la préparation d’huile de noix de coco sur Peinering. Des tombes entourées de hauts murs sont situées sur Peinkitel, Karian et Lemenkou, mais le plus important est l’îlot mortuaire royal de Nandauwas, où des murs de 7,6 m de hauteur entourent une cour principale au centre de laquelle se trouve une tombe. A Nan Madol, il n’y a ni eau douce, ni nourriture. Il faut aller à l’intérieur des terres pour puiser l’eau et cultiver la nourriture. Ce n’était pas un problème pour les Saudeleurs, car le peuple leur fournit tout ce dont ils ont besoin. Lorsque les Saudeleurs sont renversés, les Nahnmwarkis s’installent à Nan Madol, mais ils doivent assurer eux-mêmes leurs approvisionnements en eau et nourriture, causant finalement leur abandon de Nan Madol et le retour à leurs propres régions - bien que d’autres explications existent pour la désertification du complexe, comme une forte baisse de la population.

A l’époque médiévale, Pohnpei était dirigée par les Sau Deleur, une dynastie royale tyrannique qui régnait sur toute l’île à partir de Nan Madol, une ville forteresse très élaborée de 500 à 1000 habitants, construite en pierres à la fin du XIIème siècle. Construite sur 92 îlots artificiels, c’est un exemple unique de ce type de construction dans le Pacifique. Des fouilles archéologiques ont permis de reconstituer la ville, ses îlots administratifs, ses temples et ses îlots mortuaires. Vers 1400, les divers clans de l’île de Korsae sont unifiés sous la domination d’un chef unique ou tokosra qui établit une ville forteresse sur la petite île de Lelu et les îlots environnants où sont construits pour la famille royale et les courtisans des complexes d’habitation entourés de murs de basalte, avec un système de canaux et des rues revêtues de soupe de corail. L’île de Yap a été peuplée il y a environ 3500 ans par des voyageurs venus d’Indonésie et/ou des Philippines sur des radeaux en troncs d’arbre. Un empire puissant est créé qui assujettit les îles environnantes. A son point culminant, cette société hautement organisée compte plus de 50 000 personnes sur l’île centrale de Wa’ab sur laquelle sont construits des amphithéâtres en pierres, d’énormes maisons de réunion, des palais royaux établis sur de vastes plate-formes de pierre, de nombreux chemins empierrés. L’île de Yap est également connue pour sa monnaie de pierre : pierres rondes de toutes tailles percées en leur centre et qui servaient de monnaie d’échange.

Répondre à cette brève