Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/36/d206324349/htdocs/site_org1G/config/ecran_securite.php on line 180
Angleterre : mobilisation contre l'austérité - Matière et Révolution
English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 0 - PREFACE > Angleterre : mobilisation contre l’austérité

Angleterre : mobilisation contre l’austérité

lundi 28 mars 2011

Depuis le retour au pouvoir des conservateurs en mai 2010, les Britanniques subissaient sans broncher le plan d’austérité le plus drastique de l’histoire du Royaume-Uni depuis la Seconde Guerre mondiale.

Samedi 26 mars, ils sont descendus en masse dans les rues de Londres pour réclamer une pause. Trois jours après la présentation du budget 2011, qui promet encore plus de coupes dans les dépenses publiques, ils étaient venus des quatre coins du pays pour défiler le long de la Tamise.

Même les syndicats, à l’origine du mouvement, ont été surpris par l’affluence. On n’avait plus vu une telle mobilisation à Londres depuis les manifestations contre la guerre en Irak, en 2003.

Dans la foule bigarrée, on trouvait tous ceux qui, de près ou de loin, commencent à sentir les effets de l’amère potion gouvernementale :

* les fonctionnaires menacés par la disparition annoncée de 500 000 emplois publics ; * les étudiants indignés par le triplement des frais d’inscription à l’université – ils ont été à l’avant-garde de la mobilisation en étant les premiers (et à l’époque les seuls) à manifester dès l’automne ; * les mères de famille inquiètes de la baisse des allocations familiales, venues avec leurs enfants ; * le personnel médical perturbé par la réorganisation du NHS, le système de santé ; * les retraités qui voient leur pension diminuer ; * les classes moyennes visées par des augmentations d’impôts ; * les usagers des bibliothèques municipales qui ferment les unes après les autres, faute de subventions ; * tous ceux qui, avec la hausse de la TVA, la baisse des aides publiques et une inflation galopante (4,4% en février), n’arrivent plus à joindre les deux bouts.

Plusieurs centaines de milliers de Britanniques ont défilé, samedi à Londres, pour protester contre la politique d’extrême rigueur du gouvernement. Ce succès traduit la colère croissante de l’opinion contre les coupes claires dans les dépenses de l’Etat, les réductions d’emplois dans la fonction publique, les augmentations d’impôts et la réforme des retraites annoncés par le Premier ministre David Cameron. Celui-ci affirme qu’il ne cédera pas et se dit soutenu par une partie de l’opinion et les institutions économiques internationales.

L’objectif prioritaire de la coalition entre les conservateurs et les libéraux démocrates, au pouvoir depuis un peu moins d’un an, est en effet de résorber le déficit budgétaire de la Grande-Bretagne, actuellement de l’ordre de 10% du PIB, afin de protéger la note souveraine AAA du pays sur les marchés de la dette. Le vice-Premier ministre Nick Clegg a d’ailleurs sommé les syndicats, samedi, de dire quelles solutions ils proposaient pour réduire ces déficits. " Les gens qui protestent à cor et à cri contre le gouvernement doivent apporter des réponses et dire ce qu’ils feraient ", a dit Clegg dans une interview à Reuters.

1 Message

  • LA CGT en France relais le message des centrales syndicales anglaises qui condamnent les "violences" en fin de manifestations de la part de manifestants ! Lire ici.

    Et les violences du système capitaliste mondiale ?

    Critiquer ou rechercher les causes "des politiques d’austérité", c’est déjà se faire violence politiquement pour ses prétendus syndicalistes défenseurs des solutions pragmatiques et pacifiques.

    Tendre l’autre joue ça c’est leur solution et ça fait un bout de temps que ça dure.

    Répondre à ce message

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0