Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/36/d206324349/htdocs/site_org1G/config/ecran_securite.php on line 180
Deux nouveaux ouvrages sur le génocide rwandais - Matière et Révolution
English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 0 - PREFACE > Deux nouveaux ouvrages sur le génocide rwandais

Deux nouveaux ouvrages sur le génocide rwandais

mercredi 27 juin 2012

Lire sur le génocide rwandais

Rwanda, les archives ’’secrètes’’ de Mitterrand, 1982-1995

En 1994, fin du second septennat de François Mitterrand, le génocide des Tutsi a endeuillé le monde. Ce sombre événement a donné lieu à une activité intense de l’Élysée, directement concerné de part l’étroite coopération entre les deux pays.

Bien que non officielles, ces archives élyséennes, qui circulent sous le manteau sous forme de pdf depuis plusieurs années, sont très vraisemblablement authentiques. Il y a certainement eu des filtrages, et on y dénombre un certain nombre de coupes. Il y a le decorum diplomatique et la novlangue des fausses indépendances. Mais beaucoup de ces documents s’avèrent exceptionnels et historiquement incontournables.

La puissance du document historique sur 765 pages, dont certaines sont annotées par François Mitterrand lui-même ou Hubert Védrine.

Lire la préface

Rwanda, 6 avril 1994. Un attentat français ?

Juin 2012 : la piste française à nouveau relancée

10 janvier 2012. L’enquête scientifique dirigée par le juge Trevidic sur l’attentat contre l’avion du président rwandais Habyarimana est catégorique : les missiles sont partis du camp de la Garde présidentielle. Irréfutable titre Libé en première page.

31 mai : Libération met une nouvelle fois le Rwanda à la Une un document explosif de l’Onu qui montre que le régime génocidaire détenait 15 missiles Mistral, fleuron tricolore de l’arme antiaérienne. Avant ça, d’innombrables médias avaient pris pour argent comptant la thèse inverse, celle du juge Bruguière et du journaliste Pierre Péan, accusant le FPR d’avoir sciemment tué le président pour prendre le pouvoir, sans se soucier du risque de génocide qui s’en suivrait. Bien sûr, certains ont dit que la responsabilité éventuelle du FPR ne changeait rien à la planification de l’extermination des Tutsi. Mais Michel Sitbon fut, dès le départ, l’un des rares à écarter sans ambiguïté cette thèse mais surtout a avoir mis en avant la piste française sur cet attentat.

Pour acheter le livre

1 Message

  • « Pour ceux qui ont, ne serait-ce qu’un peu, connu le Rwanda avant 1990, la question de savoir qui était au courant que la situation [...] présentait un risque très important de génocide n’a aucun sens. Elle est même d’une rare hypocrisie car, en fait, nul ne peut prétendre l’avoir ignoré. » Qui parle ainsi ? Une ou un affreux militant anti-impérialiste ? Nullement. Il s’agit du lieutenant-colonel Michel Robardey, officier de gendarmerie et conseiller technique de la police rwandaise de 1990 à 1993. Il s’est exprimé ainsi lors d’un colloque sur le « drame rwandais » organisé le 20 octobre 2007 au palais du Luxembourg. Cette phrase, et bien d’autres, on peut la retrouver dans un petit livre explosif de François Graner, exceptionnel par sa précision et sa sobriété : Le Sabre et la Machette.

    Répondre à ce message

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0