Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/36/d206324349/htdocs/site_org1G/config/ecran_securite.php on line 180
Russie révolutionnaire : De l’ancienne famille à la nouvelle - Revolutionary Russia : From the Old Family to the New - Matière et Révolution
English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 11- CONTRE L’OPPRESSION DES FEMMES - AGAINST WOMEN’S OPPRESSION > Russie révolutionnaire : De l’ancienne famille à la nouvelle - Revolutionary (...)

Russie révolutionnaire : De l’ancienne famille à la nouvelle - Revolutionary Russia : From the Old Family to the New

mardi 30 avril 2019, par Robert Paris

Russie révolutionnaire : De l’ancienne famille à la nouvelle

Revolutionary Russia : From the Old Family to the New

Ceci est la deuxième partie. Lire ici la première partie

Leon Trotsky

De l’ancienne famille à la nouvelle

Pravda, July 13, 1923.

Les relations internes et les événements au sein de la famille sont par nature les plus difficiles à étudier, les moins sujets aux statistiques. Il n’est donc pas facile de dire dans quelle mesure les liens familiaux sont plus facilement et fréquemment brisés de nos jours (dans la vie réelle, pas seulement sur le papier). Dans une large mesure, nous devons nous contenter d’en juger par nous-mêmes. De plus, la différence entre les temps de la pré-révolution et ceux d’aujourd’hui est que jadis tous les problèmes et conflits dramatiques dans les familles de la classe ouvrière passaient inaperçus des travailleurs eux-mêmes ; alors que maintenant qu’une grande partie supérieure des travailleurs occupent des postes de responsabilité, leur vie est beaucoup plus sous les feux de la rampe et chaque tragédie domestique de leur vie fait l’objet de beaucoup de commentaires et parfois de commérages inutiles.

A part cette sérieuse réserve, il est indéniable que les anciennes relations familiales, y compris celles de la classe prolétarienne, sont brisées. Cela a été déclaré comme un fait fermement établi à la conférence des propagandistes du parti à Moscou, et personne ne l’a contesté. Cela les a impressionnés diversement – chacun à sa manière. Certains l’ont considéré avec de grandes inquiétudes, d’autres avec réserve, et d’autres encore semblaient perplexes. Quoi qu’il en soit, il était clair pour tous que se déroulait un grand processus, prenant de manière très chaotique des formes morbides ou révoltantes, ridicules ou tragiques, et qui n’avait pas encore eu le temps de révéler ses possibilités cachées d’inaugurer un ordre de la vie familiale nouveau et supérieur.

Certaines informations sur la désintégration de la famille ont fait leur chemin dans la presse, mais de manière occasionnelle et en termes très vagues et généraux. Dans un article sur le sujet, j’avais lu que la désintégration de la famille dans la classe ouvrière était représentée comme un cas d ’« influence bourgeoise sur le prolétariat ».

Ce n’est pas si simple que ça. La racine de la question est plus profonde et plus compliquée. L’influence du passé bourgeois et du présent bourgeois est présente, mais le processus principal consiste en une douloureuse évolution de la famille prolétarienne elle-même, une évolution conduisant à une crise et nous assistons à présent aux premières étapes chaotiques du processus.

L’influence profondément destructrice de la guerre sur la famille est bien connue. Pour commencer, la guerre dissout automatiquement la famille en séparant les gens pour longtemps ou en rassemblant les gens par hasard. Cette influence de la guerre a été poursuivie et renforcée par la révolution. Les années de guerre ont détruit tout ce qui n’avait subsisté que par l’inertie de la tradition historique. Elles ont brisé le pouvoir du tsarisme, les privilèges de classe, l’ancienne famille traditionnelle. La révolution a commencé par édifier le nouvel État et a ainsi atteint son objectif le plus simple et le plus urgent.

La partie économique de son problème s’est révélée beaucoup plus compliquée. La guerre a ébranlé l’ancien ordre économique ; la révolution l’a renversé. Maintenant, nous construisons un nouvel état économique, le faisant à partir essentiellement d’anciens éléments, en les réorganisant de nouvelles façons. Dans le domaine de l’économie, nous sommes récemment sortis de la période destructive et avons commencé l’ascension. Nos progrès sont encore très lents et la réalisation de nouvelles formes de vie économique socialiste est encore très lointaine. Mais nous sommes définitivement sortis de la période de destruction et de ruine. Le point le plus bas a été atteint dans les années 1920-1921.

La première période destructrice est encore loin d’être terminée dans la vie de la famille. Le processus de désintégration est toujours en cours. Nous devons garder cela à l’esprit. La vie familiale et domestique est en train de passer, pour ainsi dire, à leur période de 1920-1921 et n’a pas atteint la norme de 1923. La vie domestique est plus conservatrice qu’économique, et l’une des raisons est qu’elle est encore moins consciente que celle-ci. En politique et en économie, la classe ouvrière agit dans son ensemble et met au premier plan son avant-garde, le Parti communiste, réalisant par son intermédiaire les objectifs historiques du prolétariat. Dans la vie domestique, la classe ouvrière est divisée en cellules constituées de familles. Le changement de régime politique, le changement même de l’ordre économique de l’État - le transfert des usines et des usines aux mains des travailleurs - tout cela a certainement eu une influence sur les conditions familiales, mais seulement de manière indirecte et extérieure, touchant aux formes de traditions domestiques héritées du passé.

Une réforme radicale de la famille et, plus généralement, de tout l’ordre de la vie domestique nécessite un effort conscient considérable de la part de toute la masse de la classe ouvrière et suppose l’existence dans la classe même d’une puissante force moléculaire de force interne, un désir de culture et de progrès. Une charrue profonde est nécessaire pour retourner les mottes lourdes. Instituer l’égalité politique des hommes et des femmes dans l’État soviétique était l’un des problèmes les plus simples. La suivante, beaucoup plus difficile, consistait à instaurer l’égalité professionnelle entre hommes et femmes dans les usines, les usines et les syndicats, et à le faire de manière à ce que les hommes ne désavantagent pas les femmes. Mais parvenir à l’égalité réelle entre l’homme et la femme au sein de la famille est un problème infiniment plus ardu. Toutes nos habitudes domestiques doivent être révolutionnées avant que cela puisse se produire. Et pourtant, il est tout à fait évident que sans égalité réelle entre le mari et la femme dans la famille, tant au sens normal que dans les conditions de la vie, nous ne pouvons parler sérieusement de leur égalité dans le travail social ou même en politique. Tant que la femme est enchaînée à ses tâches ménagères, aux soins de la famille, à la cuisine et à la couture, toutes ses chances de participer à la vie sociale et politique sont réduites à l’extrême.

Le problème le plus simple était celui de prendre le pouvoir. Pourtant, ce seul problème a absorbé toutes nos forces au début de la révolution. Cela exigeait des sacrifices sans fin. La guerre civile a nécessité des mesures de la plus grande sévérité. Les vulgaires philistins ont crié au sujet de la barbarisation de la moralité, du fait que le prolétariat devienne sanglant et dépravé, etc. En réalité, le prolétariat, utilisant les moyens de la violence révolutionnaire, qu’il avait été forcé de prendre entre ses mains, a commencé à se battre pour une nouvelle culture, pour des valeurs humaines authentiques.

Au cours des quatre ou cinq premières années, nous avons, sur le plan économique, traversé une période de grande crise. La productivité de la main-d’œuvre s’est effondrée et les produits étaient d’une qualité effroyablement basse. Les ennemis ont vu, ou ont choisi de voir, dans une telle situation un signe de pourriture du régime soviétique. En réalité, cependant, ce n’était que l’inévitable étape de la destruction des anciennes formes économiques et des premières tentatives spontanées de création de nouvelles.

En ce qui concerne les relations familiales et les formes de la vie individuelle en général, il doit aussi y avoir une période inévitable de désintégration des choses en tant que telles, des traditions héritées du passé, qui ne sont pas passées sous le contrôle de la conscience. Mais dans ce domaine de la vie domestique, la période de critique et de destruction commence plus tard, dure très longtemps et revêt des formes morbides et douloureuses, qui sont cependant complexes et ne sont pas toujours perceptibles à l’observation superficielle. Ces points de repère progressifs de changements critiques dans les conditions de l’état, dans l’économie et dans la vie en général, doivent être très clairement définis pour éviter de nous alarmer des phénomènes que nous avons observés. Nous devons apprendre à les juger à leur juste lumière, à comprendre leur place dans le développement de la classe ouvrière et à orienter consciemment les nouvelles conditions vers des formes de vie socialistes.

L’avertissement est nécessaire, car nous entendons déjà des voix alarmistes. Lors de la conférence des propagandistes du parti moscovite, certains camarades ont exprimé avec une anxiété profonde et naturelle la facilité avec laquelle des liens familiaux anciens sont brisés au profit de nouveaux liens aussi fugitifs que l’ancien. Les victimes dans tous les cas sont la mère et les enfants. D’autre part, qui parmi nous n’a pas entendu dans des conversations privées des plaintes, pour ne pas dire des lamentations, au sujet de « l’effondrement » de la moralité parmi la jeunesse soviétique, en particulier parmi les jeunes communistes ? Toutes les plaintes ne sont pas exagérées - elles contiennent également du vrai. Nous devons et allons certainement combattre les côtés sombres de cette vérité - il s’agit d’un combat pour la culture supérieure et l’ascension de la personnalité humaine. Mais pour commencer notre travail, pour aborder l’ABC du problème sans moralisation réactionnaire ni apathie sentimentale, nous devons d’abord nous assurer des faits et commencer à voir clairement ce qui se passe réellement.

Comme nous l’avons dit plus haut, des événements gigantesques ont frappé la famille sous son ancienne forme, la guerre et la révolution. Et ensuite, ils ont suivi lentement la pensée souterraine, la pensée critique, l’étude et l’évaluation conscientes des relations familiales et des formes de vie. C’est la force mécanique de grands événements associée à la force critique de l’esprit éveillé qui a généré la période destructrice des relations familiales à laquelle nous assistons maintenant. Le travailleur russe doit maintenant, après la conquête du pouvoir, faire ses premiers pas conscients vers la culture dans de nombreux départements de sa vie. Sous l’impulsion de grandes collisions, sa personnalité ébranle pour la première fois toutes les formes de vie traditionnelles, toutes les habitudes domestiques, les pratiques de l’église et les relations.

Pas étonnant que, au début, la protestation de l’individu, sa révolte contre le passé traditionnel, prenne une forme anarchique ou, pour le dire plus simplement, des formes dissolues. Nous en avons été témoins en politique, dans les affaires militaires, en économie ; Ici, l’individualisme anarchique a revêtu toutes les formes d’extrémisme, de partisanerie, de rhétorique de réunion publique. Et il n’est pas étonnant que ce processus réagisse de la manière la plus intime et donc la plus douloureuse sur les relations familiales. Là, la personnalité éveillée, désireuse de se réorganiser d’une nouvelle manière, éloignée des vieilles voies battues, recourt à la « dissipation », à la « méchanceté » et à tous les péchés dénoncés lors de la conférence de Moscou.

Le mari, arraché à son environnement habituel par la mobilisation, s’est transformé en citoyen révolutionnaire sur le front civique. Un changement capital. Sa vision est plus large, ses aspirations spirituelles plus élevées et d’un ordre plus compliqué. C’est un homme différent. Et puis, il revient à trouver tout ce qui est pratiquement inchangé. L’ancienne harmonie et la compréhension avec les gens à la maison dans la relation familiale a disparu. Aucune nouvelle compréhension ne se pose. La mutuelle compréhension se transforme en mécontentement mutuel, puis en mauvaise volonté. La famille est divisée.

Le mari est communiste. Il vit une vie active, est engagé dans le travail social, son esprit grandit, sa vie personnelle est absorbée par son travail. Mais sa femme est aussi communiste. Elle veut faire du travail social, assister à des réunions publiques, travailler dans le soviet ou dans l’union. La vie de famille devient pratiquement inexistante avant qu’ils n’en aient conscience, ou l’absence de l’atmosphère de la maison n’est plus nécessaire dans les collisions continuelles. Mari et femme ne sont pas d’accord. La famille est divisée.

Le mari est communiste, la femme est non partisane. Le mari est absorbé par son travail ; comme auparavant, la femme ne s’occupe que de sa maison. Les relations sont "pacifiques", en fait, sur la base de la séparation habituelle. Mais le comité du mari - la "cellule" communiste - décide de retirer les icônes suspendues dans sa maison. Il est tout à fait disposé à obéir, le trouvant naturel. Pour sa femme, c’est une catastrophe. Un événement aussi petit expose l’abîme qui sépare les esprits des hommes et des femmes. Les relations sont gâtées. La famille est divisée.

Une vieille famille, dix à quinze ans de vie commune. Le mari est un bon ouvrier dévoué à sa famille. La femme vit aussi pour sa maison, lui donnant toute son énergie. Mais par hasard, elle entre en contact avec une organisation de femmes communistes. Un nouveau monde s’ouvre devant ses yeux. Son énergie trouve un objet nouveau et plus large. La famille est négligée. Le mari est irrité. La femme est blessée dans sa conscience civique nouvellement réveillée. La famille est divisée.

Les exemples de telles tragédies domestiques, aboutissant tous à une fin, à la dissolution de la famille - pourraient être multipliés à l’infini. Nous avons indiqué les cas les plus typiques. Dans tous nos exemples, la tragédie est due à une collision entre éléments communistes et non-partis. Mais l’éclatement de la famille, c’est-à-dire de la famille de type ancien, ne se limite pas au sommet de la classe, car il est le plus exposé à l’influence des nouvelles conditions.

Le mouvement de désintégration dans les relations familiales pénètre plus profondément. L’avant-garde communiste passe simplement plus tôt et plus violemment à travers ce qui est inévitable pour la classe dans son ensemble.

L’attitude de censure envers les vieilles conditions, les nouvelles revendications sur la famille s’étendent bien au-delà de la frontière entre le communiste et la classe ouvrière dans son ensemble.

L’institution du mariage civil était déjà un coup dur pour la famille consacrée traditionnelle qui vivait beaucoup pour les apparences. Moins il y avait d’attachement personnel dans les anciens liens matrimoniaux, plus grand était le pouvoir contraignant des forces extérieures, des traditions sociales et plus particulièrement des rites religieux. Le coup porté au pouvoir de l’église était aussi un coup porté à la famille. Les rites, privés de leur signification contraignante et de la reconnaissance de l’État, continuent d’être utilisés par inertie, faisant ainsi partie des accessoires de la famille chancelante. Mais quand il n’y a pas de lien intérieur dans la famille, quand rien sauf l’inertie empêche la famille elle-même de s’effondrer complètement, alors chaque poussée de l’extérieur risque de la briser en morceaux, alors que, en même temps, c’est un coup porté à l’adhésion aux rites d’église. Et les pressions extérieures sont infiniment plus probables que jamais auparavant. C’est la raison pour laquelle la famille chancelle et ne parvient pas à se rétablir puis s’effondre à nouveau. La vie repose sans cesse sur le jugement de ses conditions d’exitence et elle le fait maintenant par la condamnation cruelle et douloureuse de la famille. L’histoire recouvre le vieux bois - et les copeaux volent dans le vent.

Mais la vie développe-t-elle des éléments d’un nouveau type de famille ? Indubitablement. Nous devons seulement concevoir clairement la nature de ces éléments et le processus de leur formation. Comme dans d’autres cas, il faut séparer les conditions physiques du psychologique, le général de l’individuel. Psychologiquement, l’évolution de la nouvelle famille, des nouvelles relations humaines en général signifie pour nous l’avancement de la culture de la classe ouvrière, le développement de l’individu, l’élévation du niveau de ses exigences et de sa discipline intérieure. De ce point de vue, la révolution elle-même a signifié bien sûr un grand pas en avant et les pires phénomènes de la famille en désintégration ne sont qu’une expression, douloureuse dans sa forme, de l’éveil de la classe et de l’individu au sein de la classe. Tout notre travail relatif à la culture, le travail que nous faisons et le travail que nous devrions faire, devient, de ce point de vue, une préparation à de nouvelles relations et à une nouvelle famille. Sans un relèvement du niveau de la culture de l’homme et de la femme qui travaillent, il ne peut y avoir de nouveau type de famille plus élevé, car dans ce domaine, nous ne pouvons bien sûr que parler de discipline intérieure et non de contrainte extérieure. La force de la discipline intérieure de l’individu dans la famille est donc conditionnée par la teneur de la vie intérieure, la portée et la valeur des liens qui unissent le mari et la femme.

Les préparatifs physiques pour les conditions de la nouvelle vie et de la nouvelle famille, encore une fois, ne peuvent pas être fondamentalement séparés du travail général de la construction socialiste. L’État ouvrier doit s’enrichir pour pouvoir s’attaquer sérieusement à l’éducation publique des enfants et à la libération de la famille du fardeau de la cuisine et de la blanchisserie. La socialisation du ménage et l’éducation publique des enfants sont impensables sans une amélioration marquée de notre économie dans son ensemble. Nous avons besoin de plus de formes économiques socialistes. Ce n’est que dans de telles conditions que nous pourrons libérer la famille des fonctions et des soins qui l’oppressent et la désintègrent maintenant. Le lavage doit être effectué dans une laverie publique, dans un restaurant public et dans un atelier public. Les enfants doivent être éduqués par de bons enseignants publics qui ont une véritable vocation pour le travail. Alors le lien entre mari et femme serait libéré de tout ce qui était extérieur et accidentel, et l’un cesserait d’absorber la vie de l’autre. Une véritable égalité serait enfin établie. Le lien dépendra de l’attachement mutuel. Et pour cette raison en particulier, il va acquérir une stabilité intérieure, pas la même, bien sûr, pour tout le monde, mais obligatoire pour personne.

Ainsi, le chemin qui mène à la nouvelle famille est double : a) le relèvement du niveau de culture et d’éducation de la classe ouvrière et des individus composant la classe ; b) une amélioration des conditions matérielles de la classe organisée par l’État. Les deux processus sont intimement liés.

Les déclarations ci-dessus n’impliquent pas, bien entendu, qu’à un moment donné de l’amélioration matérielle, la famille du futur entrera instantanément dans ses droits. Non, une certaine avance vers la nouvelle famille est possible, même maintenant. Il est vrai que l’État ne peut pas encore entreprendre d’éducation des enfants ni d’établissement de cuisines publiques qui amélioreraient la cuisine familiale, ni d’établir des blanchisseries où les vêtements ne seraient ni déchirés ni volés. Mais cela ne signifie pas que les familles les plus entreprenantes et les plus progressistes ne peuvent même pas se regrouper, même maintenant, dans des unités d’entretien ménager collectives. Des expériences de ce genre doivent bien sûr être faites avec soin ; l’équipement technique de l’unité collective doit répondre aux intérêts et aux exigences du groupe lui-même et doit offrir des avantages évidents à chacun de ses membres, même s’ils sont modestes au début.

"Cette tâche", a récemment écrit le camarade Semashko sur la nécessité de reconstruire notre vie de famille, est la mieux effectuée pratiquement ; les décrets et la moralisation seuls auront peu d’effet. Mais un exemple, une illustration d’une nouvelle forme, fera plus d’un millier d’excellents pamphlets. Cette propagande pratique est mieux menée sur la méthode des chirurgiens dans leur pratique de la transplantation d’appel. Lorsqu’une grande surface est dénudée à la suite d’une blessure ou d’une brûlure et qu’il n’y a aucun espoir que la peau se développe suffisamment pour la couvrir, des morceaux de peau sont coupés des endroits sains du corps et attachés en îlots sur la surface nue ; ces îlots adhèrent et se développent jusqu’à ce que toute la surface soit recouverte de peau.

La même chose se passe dans la propagande pratique. Quand une usine ou une usine adopte des formes communistes, d’autres usines suivront. [N. Semashko, Les morts tiennent les vivants, Izvestia, n ° 81, 14 avril 1923]

L’expérience de telles unités familiales constituant les premières approximations encore très incomplètes d’un mode de vie communiste doit être soigneusement étudiée et étudiée. La combinaison d’une initiative privée avec le soutien du pouvoir étatique - et avant tout des soviets locaux et des organismes économiques - devrait être prioritaire. La construction de nouvelles maisons - et après tout, nous allons construire des maisons ! - doit être régulée par les exigences des communautés du groupe familial. Le premier succès apparent et incontestable dans cette direction, aussi minime et limité soit-il, suscitera inévitablement le désir de groupes plus répandus d’organiser leur vie de la même manière. Pour un projet réfléchi, initié par le haut, le temps n’est pas encore venu, ni du point de vue des ressources matérielles de l’Etat, ni de celui de la préparation du prolétariat lui-même. Nous ne pouvons actuellement sortir de l’impasse qu’en créant des communautés modèles. Le sol sous nos pieds doit être renforcé pas à pas ; il ne faut pas se précipiter ni se laisser aller à des expériences fantaisistes bureaucratiques. À un moment donné, l’État pourra, avec l’aide des soviets locaux, des unités coopératives, etc., socialiser le travail accompli, l’élargir et l’approfondir. Ainsi, la famille humaine, selon les termes d’Engels, "Sautez du règne de la nécessité au règne de la liberté."

Leon Trotsky

Les relations familiales sous les soviets

1. « L’État soviétique transforme-t-il les hommes en robots ?

Pourquoi ? Je demande. Les idéologues du système patriarcal tels que Tolstoï ou Ruskin prétendent que la civilisation artificielle transforme le paysan et l’artisan libres en automates sans joie. Au cours des dernières décennies, cette accusation a principalement été portée contre le système industriel américain (taylorisme, fordisme).

Entendrons-nous maintenant, peut-être, de Chicago et de Detroit le tollé contre la machine détruisant l’âme ? Pourquoi ne pas retourner aux haches de pierre et aux habitations en pieux, pourquoi ne pas revenir aux revêtements en peau de mouton ? Non ; nous refusons de le faire. Dans le domaine de la mécanisation, la République soviétique n’est pour l’instant qu’un disciple des États-Unis et n’a pas l’intention de s’arrêter à mi-chemin.

Mais peut-être que la question ne vise pas le fonctionnement mécanique, mais les caractéristiques distinctives de l’ordre social. Les hommes ne deviennent-ils pas des robots dans l’État soviétique parce que les machines sont la propriété de l’État et ne sont pas des propriétés privées ? Il suffit de poser la question clairement pour montrer qu’il n’a pas de fondement.

Reste enfin la question du régime politique, de la dure dictature, de la tension la plus élevée de toutes les forces et du faible niveau de vie de la population. Nier ces faits n’aurait aucun sens. Mais ils ne sont pas tant l’expression du nouveau régime que celle de l’héritage terrifiant du retard.

La dictature devra devenir plus douce et plus douce à mesure que le bien-être économique du pays augmentera. La méthode actuelle de commandement des êtres humains cédera la place à une méthode de disposition. La route ne mène pas au robot mais à un homme d’un ordre supérieur.

2. "L’Etat soviétique est-il complètement dominé par un petit groupe du Kremlin qui exerce des pouvoirs oligarchiques sous le prétexte d’une dictature du prolétariat ?"

Non, ce n’est pas le cas. La même classe peut gouverner à l’aide de systèmes et méthodes politiques différents selon les circonstances. La bourgeoisie sur son chemin historique a donc poursuivi son règne sous la monarchie absolue, le bonapartisme, la république parlementaire et la dictature fasciste. Toutes ces formes de gouvernement conservent un caractère capitaliste dans la mesure où les richesses les plus importantes de la nation, l’administration des moyens de production, des écoles et de la presse, restent réunies aux mains de la bourgeoisie. autant que les lois, avant tout, protègent la propriété bourgeoise.

Le régime soviétique signifie la domination du prolétariat, quelle que soit la largeur de la couche entre les mains de laquelle le pouvoir est immédiatement concentré.

3. "Les Soviétiques ont-ils volé la joie à l’enfance et transformé l’éducation en un système de propagande bolchéviste ?"

L’éducation des enfants a toujours et partout été liée à la propagande. La propagande commence par instiller les avantages d’un mouchoir sur les doigts, et monte aux avantages de la plate-forme républicaine sur le démocrate, ou inversement. L’éducation dans l’esprit de la religion est une propagande ; vous ne refuserez sûrement pas d’admettre que saint Paul était l’un des plus grands propagandistes.

L’éducation mondaine fournie par la République française est imprégnée de propagande jusqu’à la moelle. Son idée principale est que toute vertu est inhérente à la nation française ou, plus précisément, à la classe dirigeante de la nation française.

Personne ne peut nier que l’éducation des enfants soviétiques est aussi une propagande. La seule différence est que, dans les pays bourgeois, il s’agit d’injecter à l’enfant le respect des vieilles institutions et des idées prises pour acquis. En URSS, il s’agit d’idées nouvelles et la propagande saute aux yeux. « Propagande », au sens pervers du terme, est le nom que les gens donnent habituellement à la défense et à la propagation de telles idées qui ne leur plaisent pas.

En période de conservatisme et de stabilité, la propagande quotidienne n’est pas perceptible. En temps de révolution, la propagande revêt nécessairement un caractère belliqueux et agressif. Quand je suis rentré à Moscou du Canada avec ma famille au début du mois de mai 1917, mes deux garçons ont étudié dans un « gymnase » (lycée) dans lequel fréquentaient les enfants de nombreux hommes politiques, y compris certains ministres du gouvernement provisoire. Dans tout le gymnase, il n’y avait que deux bolcheviks, mes fils et un troisième sympathisant. Malgré la règle officielle, « l’école doit être libre de toute politique », mon fils âgé d’à peine douze ans a été impitoyablement battu en tant que bolchevique. Après que j’ai été élu président du Soviet de Petrograd, mon fils n’a jamais été appelé président et a été battu deux fois. C’était de la propagande contre le bolchevisme.

Les parents et les enseignants dévoués à la vieille société crient à la « propagande ». Si un État veut construire une nouvelle société, peut-il faire autrement que de commencer par l’école ?

"La propagande soviétique vole-t-elle l’enfance à la joie ?" Pour quelle raison et de quelle manière ? Les enfants soviétiques jouent, chantent, dansent et pleurent comme tous les autres enfants. Le soin inhabituel du régime soviétique envers l’enfant est admis même par des observateurs malveillants. Par rapport à l’ancien régime, la mortalité infantile a diminué de moitié. C’est vrai, on ne dit rien aux enfants soviétiques à propos du péché originel et du paradis. En ce sens, on peut dire que les enfants sont privés des joies de la vie après la mort. N’étant pas expert en la matière, je n’ose pas juger de l’ampleur de la perte. Néanmoins, les douleurs de cette vie ont une certaine priorité sur les joies de la vie à venir. Si les enfants absorbent la quantité nécessaire de calories, l’abondance de leurs forces vives trouvera des raisons suffisantes pour être heureux.

Il y a deux ans, mon petit-fils de cinq ans est venu chez moi de Moscou. Bien qu’il ne sache rien de Dieu, je ne trouvais en lui aucun penchant particulièrement pécheur, à l’exception du temps où, avec l’aide de certains journaux, il avait réussi à sceller hermétiquement le tuyau d’évacuation du lavabo. Pour qu’il se mêle à d’autres enfants de Prinkipo, nous avons dû l’envoyer dans un jardin d’enfants dirigé par des religieuses catholiques. Les dignes soeurs n’ont que des éloges pour les mœurs de mon athée de sept ans maintenant.

Grâce à ce même petit-fils, j’ai pu au cours de l’année écoulée me familiariser assez étroitement avec les livres pour enfants russes, ceux des Soviets et des émigrés. Il y a de la propagande dans les deux. Pourtant, les livres soviétiques sont incomparablement plus frais, plus actifs, plus vivants. Le petit homme lit et écoute ces livres avec le plus grand plaisir. Non, la propagande soviétique ne ravit pas l’enfance de joie.

4. "Le bolchevisme détruit-il délibérément la famille ?"

5. « Le bolchevisme est-il subversif de toutes les normes morales en matière de sexe ?

6. "Est-il vrai que la bigamie et la polygamie ne sont pas punissables dans le système soviétique ?"

Si l’on entend par « famille » une union obligatoire fondée sur le contrat de mariage, la bénédiction de l’église, les droits de propriété et le passeport unique, le bolchevisme a détruit cette famille policée à la racine.

Si l’on entend par « famille » la domination illimitée des parents sur les enfants et l’absence de droits légaux pour la femme, alors le bolchevisme n’a malheureusement pas encore complètement détruit ce report de l’ancienne barbarie de la société.

Si l’on entend par « famille » la monogamie idéale, non pas au sens juridique mais au sens actuel du terme, les bolcheviks ne pourraient pas détruire ce qui n’a jamais été et n’est pas sur la terre, sauf de heureuses exceptions.

Il n’ya absolument aucune base pour affirmer que la loi soviétique sur le mariage a été une incitation à la polygamie et à la polyandrie. Les statistiques sur les relations matrimoniales ne sont pas disponibles et ne peuvent pas l’être. Mais même sans colonnes de chiffres, on peut être sûr que les indices de Moscou concernant les adultères et les mariages naufragés ne diffèrent pas beaucoup des données correspondantes pour New York, Londres ou Paris - et qui sait ? - sont peut-être encore plus basses.

La lutte contre la prostitution a donné lieu à une lutte ardue et assez fructueuse. Cela prouve que les Soviétiques n’ont aucune intention de tolérer cette promiscuité débridée qui trouve son expression la plus destructrice et la plus toxique dans la prostitution.

Un mariage long et permanent, fondé sur l’amour mutuel et la coopération, voilà la norme idéale. C’est à cela que tendent les influences de l’école, de la littérature et de l’opinion publique soviétique. Libéré des chaînes de la police et du clergé, et plus tard également de ceux de nécessité économique, le lien entre l’homme et la femme trouvera sa propre voie, déterminée par la physiologie, la psychologie et le souci du bien-être de la race. Le régime soviétique est encore loin de la solution de ce problème, au même titre que d’autres problèmes fondamentaux, mais il a créé de sérieux préalables à leur résolution. En tout état de cause, le problème du mariage a cessé d’être une question de tradition non critique et la force aveugle des circonstances ; cela a été posé comme une tâche de raison collective.

Chaque année, cinq millions et demi d’enfants naissent en Union soviétique. L’excédent de naissances par rapport aux décès s’élève à plus de trois millions. La Russie tsariste n’a pas connu une telle croissance démographique. Ce seul fait empêche de parler de désintégration morale ou d’abaissement des forces vives de la population russe.

7. "Est-il vrai que l’inceste n’est pas considéré comme une infraction pénale ?"

Je dois avouer que je ne me suis jamais intéressé à cette question du point de vue des poursuites pénales, de sorte que je ne pouvais pas répondre sans obtenir des informations sur ce que la loi soviétique dit sur l’inceste ou sur ce qu’elle dit. Néanmoins, je pense que toute la question appartient plutôt au domaine de la pathologie d’une part, et de l’éducation de l’autre qu’à celui de la criminologie. L’inceste diminue les qualités souhaitables et la capacité de survie de la race. Pour cette raison même, la grande majorité des êtres humains en bonne santé le considère comme une violation des normes habituelles.

Le socialisme a pour but d’introduire la raison non seulement dans les relations économiques, mais aussi autant que possible dans les fonctions biologiques de l’homme. Aujourd’hui déjà, les écoles soviétiques font de nombreux efforts pour éclairer les enfants sur les besoins réels du corps humain et de l’esprit humain. Je n’ai aucune raison de croire que les cas pathologiques d’inceste sont plus nombreux en Russie que dans d’autres pays. En même temps, je suis enclin à penser que, précisément dans ce domaine, une intervention judiciaire peut faire plus de mal que de bien. Je doute, par exemple, que l’humanité aurait été gagnante si la justice britannique avait envoyé Byron en prison.

8. "Est-il vrai qu’un divorce peut être eu pour le demander ?"

Bien sûr que c’est vrai. Il aurait été plus pratique de poser une autre question : « Est-il vrai qu’il existe encore des pays dans lesquels le divorce ne peut être obtenu par l’une ou l’autre des parties au mariage ? »

9. « Est-il vrai que les Soviétiques n’ont aucun respect pour la chasteté chez les hommes et les femmes ?

Je pense que dans ce domaine ce n’est pas le respect mais l’hypocrisie qui a décliné.

Y a-t-il un doute, par exemple, qu’Ivar Kreuger, le roi du match, décrit comme un dur ascète de son vivant et un ennemi irréconciliable du Soviet, ait plus d’une fois dénoncé l’immoralité des garçons et des filles russes du Komsomol qui ne l’ont pas demander la bénédiction de l’église sur leurs bras ? Sans l’épave financière, Kreuger serait allé sur sa tombe, non seulement en homme juste à la Bourse, mais aussi en tant que pilier de la moralité. Mais à présent, la presse rapporte que le nombre de femmes détenues par Kreuger sur différents continents était plusieurs fois supérieur au nombre de cheminées de ses fabriques d’allumettes.

Les romans français, anglais et américains décrivent les familles doubles et triples non pas comme une exception, mais comme la règle. Un jeune observateur allemand très bien informé, Klaus Mehnert, qui a récemment publié un livre sur la jeunesse soviétique, écrit :

"Il est vrai que les jeunes Russes ne sont pas un modèle de vertu ... mais moralement, ils ne sont certainement pas inférieurs aux Allemands du même âge."

Je crois que c’est vrai. À New York, en février 1917, j’ai observé un soir dans une voiture de métro environ deux douzaines d’étudiants et leurs amies. Même s’il y avait dans la voiture un certain nombre de personnes qui ne faisaient pas partie de leur parti, la conduite de ces couples les plus vivants était telle qu’on pourrait dire immédiatement : même si ces jeunes croient en principe à la monogamie, ils y parviennent en pratique. par des chemins sournois.

L’abolition de la loi américaine sur la sécheresse ne signifierait nullement que le nouveau gouvernement s’efforçait d’encourager l’ivresse. De même, l’abolition par le gouvernement soviétique d’un certain nombre de lois censées protéger le foyer national, la chasteté, etc. n’a rien à voir avec un quelconque effort visant à détruire la permanence de la famille ou à encourager la promiscuité. Il s’agit simplement d’atteindre, en élevant le niveau matériel et culturel, quelque chose qui ne peut être atteint par une interdiction formelle ou une prédication sans vie.

10. "Le but ultime du bolchevisme est-il de reproduire le stade de la ruche ou la fourmi dans la vie humaine ?"

11. "En quoi l’idéal du bolchevisme diffère-t-il de l’état de civilisation qui prévaudrait sur la terre si les insectes en avaient le contrôle ?"

Les deux questions sont injustes tant pour l’insecte que pour l’homme. Ni les fourmis ni les abeilles ne doivent répondre de ces monstruosités qui remplissent l’histoire humaine. D’un autre côté, quels que soient les dommages causés par l’homme, ils ont des possibilités qu’aucun insecte ne peut atteindre. Il ne serait pas difficile de prouver que les Soviétiques ont précisément pour tâche de détruire les caractéristiques de la société humaine.

Le fait est que les abeilles comme les fourmis ont des cours : certains travaillent ou se battent, d’autres sont spécialisés dans la reproduction. Peut-on voir dans une telle spécialisation des fonctions sociales l’idéal du bolchevisme ? Ce sont plutôt les caractéristiques de notre civilisation actuelle poussée à la limite. Certaines espèces de fourmis font des esclaves des frères fourmis de couleurs différentes.

Le système soviétique ne ressemble pas du tout à cela. Les fourmis n’ont même pas encore produit leur John Brown ou Abraham Lincoln.

Benjamin Franklin a décrit l’homme comme « l’animal à fabriquer des outils ». Cette caractérisation remarquable est au bas de l’interprétation marxiste de l’histoire. L’outil artificiel a libéré l’homme du règne animal et a donné une impulsion au travail de l’intellect humain ; il a provoqué le passage de l’esclavage au féodalisme, au capitalisme et au système soviétique.

Le sens de la question est clairement qu’un contrôle universel englobant tout doit tuer l’individualité. Le mal du système soviétique consisterait alors dans son contrôle excessif, n’est-ce pas ? Comme nous l’avons vu, une série d’autres questions reprochent aux Soviétiques de refuser de placer sous contrôle d’État les domaines les plus intimes de la vie personnelle, de l’amour, de la famille et des relations sexuelles. La contradiction est parfaitement évidente.

Les Soviétiques ne se donnent nullement pour tâche de maîtriser les pouvoirs intellectuels et moraux de l’homme.

Au contraire, par le contrôle de la vie économique, ils veulent libérer toute personne humaine du contrôle du marché et de ses forces aveugles.

Ford organisa la production automobile sur le système de convoyage et obtint ainsi un rendement énorme. La tâche du socialisme, quand on s’en tient au principe de la technique productive, est d’organiser l’ensemble de l’économie nationale et internationale sur le système de convoyeurs, sur la base d’un plan et d’un dosage précis de ses parties. Le principe du convoyeur, transféré d’usines uniques à toutes les usines et exploitations agricoles, doit aboutir à une performance de sortie telle que, par rapport à elle, les résultats obtenus par Ford ressemblent à un misérable magasin d’artisanat aux côtés de Détroit. Une fois qu’il aura conquis la nature, l’homme n’aura plus à gagner son pain quotidien à la sueur de son front. C’est la condition préalable à la libération de la personnalité. Dès que trois ou quatre heures, disons, de travail quotidien suffisent pour satisfaire généreusement tous les besoins matériels, chaque homme et chaque femme aura vingt heures restantes, libres de tout « contrôle ». Des questions d’éducation, de perfectionnement du corps et de la structure spirituelle de l’homme, occupera le centre de l’attention générale. Les écoles philosophiques et scientifiques, les tendances opposées de la littérature, de l’architecture et de l’art en général, seront pour la première fois une préoccupation vitale non seulement pour la couche supérieure, mais pour l’ensemble de la population. Libérée de la pression des forces économiques aveugles, la lutte des groupes, des tendances et des écoles revêtira un caractère profondément idéal et désintéressé. Dans cette atmosphère, la personnalité humaine ne tarira pas mais, au contraire, pour la première fois, elle s’épanouira pleinement.

12. "Est-il vrai que le soviétisme apprend aux enfants à ne pas respecter leurs parents ?"

Non ; sous une forme aussi générale, cette affirmation est une simple caricature. Néanmoins, il est vrai que des progrès rapides dans les domaines de la technique, des idées ou des mœurs diminuent généralement l’autorité de la génération la plus âgée, y compris celle des parents. Lorsque les professeurs commentent la théorie darwinienne, l’autorité des parents qui croient qu’Eve a été fabriquée à partir de la côte d’Adam ne peut que décliner.

En Union soviétique, tous les conflits sont incomparablement plus graves et plus douloureux. Les mœurs des Komsomols doivent inévitablement se heurter à l’autorité des parents qui voudraient toujours user de leur propre jugement pour marier leurs fils et leurs filles. L’homme de l’Armée rouge qui a appris à manipuler des tracteurs et des moissonneuses-batteuses ne peut pas reconnaître l’autorité technique de son père qui travaille avec une charrue en bois.

Pour maintenir sa dignité, le père ne peut plus se contenter de pointer de la main l’icône et de renforcer ce geste par une gifle. Les parents doivent répliquer aux armes spirituelles. Les enfants qui se basent sur l’autorité officielle de l’école se montrent cependant mieux armés. L’amour-même blessé du parent se retourne souvent contre l’État. Cela se produit généralement dans les familles hostiles au nouveau régime dans ses tâches fondamentales. La majorité des parents prolétariens se réconcilient avec la perte d’une partie de leur autorité parentale, d’autant plus facilement que l’État prend en charge la plus grande partie de leurs responsabilités parentales. Pourtant, il y a des conflits de générations même dans ces cercles. Parmi les paysans, ils prennent une netteté particulière. Est-ce bon ou mauvais ? Je pense que c’est bon. Sinon, il n’y aurait pas d’avenir.

Permettez-moi de souligner ma propre expérience. À dix-sept ans, j’ai dû quitter la maison. Mon père avait tenté de déterminer le cours de ma vie. Il m’a dit : « Même dans trois cents ans, les objectifs que vous visez ne se concrétiseront pas ». Et pour cela, il ne s’agissait que du renversement de la monarchie. Plus tard, mon père a compris les limites de son influence et mes relations avec ma famille ont été restaurées. Après la révolution d’octobre, il a vu son erreur. « Votre vérité était plus forte », dit-il. Ces exemples ont été comptés par milliers, puis par centaines de milliers et millions de personnes. Ils caractérisent le bouleversement critique d’une période où « le lien des âges » se brise.

13. "Est-il vrai que Bolshevisim pénalise la religion et proscrit le culte religieux ?"

Cette affirmation délibérément trompeuse a été réfutée mille fois par des faits, des preuves et des témoignages absolument indiscutables. Pourquoi cela revient-il toujours ? Parce que l’église se considère comme persécutée lorsqu’elle n’est pas soutenue par le budget et par la police et que ses opposants ne sont pas soumis aux représailles de la persécution. Dans de nombreux États, la critique scientifique des religions est considérée comme un crime. dans d’autres, il est simplement toléré. L’État soviétique agit autrement. Loin de considérer le culte religieux comme un crime, il tolère l’existence de diverses religions, mais soutient ouvertement la propagande matérialiste contre la croyance religieuse. C’est précisément cette situation que l’église interprète comme une persécution religieuse.

14. « Est-il vrai que l’État bolchéviste, bien que hostile à la religion, capitalise néanmoins les préjugés des masses ignorantes ? Par exemple, les Russes ne considèrent aucun saint vraiment acceptable pour le ciel à moins que son corps ne défie la décomposition. Est-ce la raison pour laquelle les bolchévistes conservent artificiellement la momie de Lénine ?

Non ; c’est une interprétation totalement incorrecte, dictée par les préjugés et l’hostilité. Je peux faire cette déclaration d’autant plus librement que, depuis le début, j’ai été un opposant déterminé de l’embaumement, du mausolée et du reste, tout comme la veuve de Lénine, N.K. Krupskaya. Il ne fait aucun doute que si Lénine, sur son lit de malade, avait pensé un instant qu’ils traiteraient son cadavre comme un pharaon, il aurait au préalable fait appel au Parti avec indignation. J’ai présenté cette objection comme principal argument. Le corps de Lénine ne doit pas être utilisé contre l’esprit de Lénine.

J’ai également souligné le fait que "l’incorruptibilité" du cadavre embaumé de Lénine pourrait nourrir les superstitions religieuses. Krassin, qui a défendu et apparemment initié l’idée de l’embaumement, a objecté : « Au contraire, ce qui était un miracle avec les prêtres deviendrait un problème de technologie entre nos mains. Des millions de personnes auront une idée de la personne qui a provoqué de si grands changements dans la vie de notre pays. Avec l’aide de la science, nous allons satisfaire cet intérêt légitime des masses et leur expliquer en même temps le mystère de l’incorruptibilité. ”

Indéniablement, l’érection du mausolée poursuivait un objectif politique : renforcer éternellement l’autorité des disciples à travers l’autorité de l’enseignant. Pourtant, il n’ya aucune raison d’y voir une capitalisation de la superstition religieuse. On dit aux visiteurs du mausolée que le mérite de la préservation du corps de la décomposition est dû à la chimie.

Nos réponses ne tentent absolument pas de passer sous silence la situation actuelle en Union soviétique, de sous-estimer les acquis économiques et culturels, ni encore moins de représenter le socialisme comme un stade déjà atteint. Le régime soviétique est et restera pendant longtemps un régime de transition, plein de contradictions et de difficultés extrêmes. Néanmoins, nous devons prendre les faits à la lumière de leur développement. L’Union soviétique a repris l’héritage de l’empire Romanoff. Depuis quinze ans, il vit dans un monde hostile.

La situation d’une forteresse assiégée a donné à la dictature des formes particulièrement crues. Les politiques du Japon sont moins susceptibles de développer en Russie un sentiment de sécurité ; mais aussi le fait que les États-Unis, qui ont mené la guerre contre les Soviétiques sur le territoire soviétique, n’a pas encore établi de relations diplomatiques avec Moscou, a eu une influence énorme et, bien entendu, négative sur le régime interne du pays. . (Leon Trotsky a écrit cet article à la fin de 1932, plus d’un an avant la reconnaissance de la Russie par les États-Unis. - Ed.)

* * *

Leon Trotsky

From the Old Family to the New

Pravda, July 13, 1923.

The inner relations and happenings within the family are by their very nature the most difficult to investigate, the least subject to statistics. It is not easy, therefore, to say how far family ties are more easily and frequently broken nowadays (in actual life, not merely on paper) than formerly. To a great extent we must be content to judge by eye. The difference, moreover, between prerevolutionary times and the present day is that formerly all the troubles and dramatic conflicts in working class families used to pass unnoticed by the workers themselves ; whereas now a large upper part of the workers occupy responsible posts, their life is much more in the limelight, and every domestic tragedy in their life becomes a subject of much comment and sometimes of idle gossip.

Subject to this serious reservation, there is no denying, however, that family relations, those of the proletarian class included, are shattered. This was stated as a firmly established fact at the conference of Moscow party propagandists, and no one contested it. They were only differently impressed by it – all in their own way. Some viewed it with great misgivings, others with reserve, and still others seemed perplexed. It was, anyhow, clear to all that some great process was going on, very chaotically assuming alternatively morbid or revolting, ridiculous or tragic forms, and which had not yet had time to disclose its hidden possibilities of inaugurating a new and higher order of family life.

Some information about the disintegration of the family has crept into the press, but just occasionally, and in very vague, general terms. In an article on the subject, I had read that the disintegration of the family in the working class was represented as a case of “bourgeois influence on the proletariat.”

It is not so simple as this. The root of the question lies deeper and is more complicated. The influence of the bourgeois past and the bourgeois present is there, but the main process consists in a painful evolution of the proletarian family itself, an evolution leading up to a crisis, and we are witnessing now the first chaotic stages of the process.

The deeply destructive influence of the war on the family is well known. To begin with, war dissolves the family automatically, separating people for a long time or bringing people together by chance. This influence of the war was continued and strengthened by the revolution. The years of the war shattered all that had stood only by the inertia of historic tradition. They shattered the power of czardom, class privileges, the old traditional family. The revolution began by building up the new state and has achieved thereby its simplest and most urgent aim.

The economic part of its problem proved much more complicated. The war shook the old economic order ; the revolution overthrew it. Now we are constructing a new economic state-doing it as yet mostly from the old elements, reorganizing them in new ways. In the domain of economics we have but recently emerged from the destructive period and begun to ascend. Our progress is still very slow, and the achievement of new socialistic forms of economic life are still very distant. But we are definitely out of the period of destruction and ruin. The lowest point was reached in the years 1920-21.

The first destructive period is still far from being over in the life of the family. The disintegrating process is still in full swing. We must bear that in mind. Family and domestic life are still passing, so to speak, their 1920-21 period and have not reached the 1923 standard. Domestic life is more conservative than economic, and one of the reasons is that it is still less conscious than the latter. In politics and economics the working class acts as a whole and pushes on to the front rank its vanguard, the Communist Party, accomplishing through its medium the historic aims of the proletariat. In domestic life the working class is split into cells constituted by families. The change of political regime, the change even of the economic order of the state – the passing of the factories and mills into the hands of the workers – all this has certainly had some influence on family conditions, but only indirectly and externally, and without touching on the forms of domestic traditions inherited from the past.

A radical reform of the family and, more generally, of the whole order of domestic life requires a great conscious effort on the part of the whole mass of the working class, and presumes the existence in the class itself of a powerful molecular force of inner desire for culture and progress. A deep-going plough is needed to turn up heavy clods of soil. To institute the political equality of men and women in the Soviet state was one problem and the simplest. A much more difficult one was the next – that of instituting the industrial equality of men and women workers in the factories, the mills, and the trade unions, and of doing it in such a way that the men should not put the women to disadvantage. But to achieve the actual equality of man and woman within the family is an infinitely more arduous problem. All our domestic habits must be revolutionized before that can happen. And yet it is quite obvious that unless there is actual equality of husband and wife in the family, in a normal sense as well as in the conditions of life, we cannot speak seriously of their equality in social work or even in politics. As long as woman is chained to her housework, the care of the family, the cooking and sewing, all her chances of participation in social and political life are cut down in the extreme.

The easiest problem was that of assuming power. Yet just that problem alone absorbed all our forces in the early period of the revolution. It demanded endless sacrifices. The civil war necessitated measures of the utmost severity. Philistine vulgarians cried out about the barbarization of morality, about the proletariat becoming bloody and depraved, and so on. What was actually happening was that the proletariat, using the means of revolutionary violence forced into its hands, started to fight for a new culture, for genuine human values.

In the first four or five years we have passed economically through a period of terrific breakdown. The productivity of labor collapsed, and the products were of an appallingly low quality. Enemies saw, or chose to see, in such a situation a sign of the rottenness of the Soviet regime. In reality, however, it was but the inevitable stage of the destruction of the old economic forms and of the first unaided attempts at the creation of new ones.

In regard to family relations and forms of individual life in general, there must also be an inevitable period of disintegration of things as they were, of the traditions, inherited from the past, which had not passed under the control of thought. But in this domain of domestic life the period of criticism and destruction begins later, lasts very long, and assumes morbid and painful forms, which, however, are complex and not always perceptible to superficial observation. These progressive landmarks of critical change in state conditions, in economics and life in general, ought to be very clearly defined to prevent our getting alarmed by the phenomena we observed. We must learn to judge them in their right light, to understand their proper place in the development of the working class, and consciously to direct the new conditions towards socialist forms of life.

The warning is a necessary one, as we already hear voices expressing alarm. At the conference of the Moscow party propagandists some comrades spoke with great and natural anxiety of the ease with which old family ties are broken for the sake of new ones as fleeting as the old. The victims in all cases are the mother and children. On the other hand, who in our midst has not heard in private conversations complaints, not to say lamentations, about the “collapse” of morality among Soviet youth, in particular among Young Communists ? Not everything in these complaints is exaggeration – there is also truth in them. We certainly must and will fight the dark sides of this truth – this being a fight for higher culture and the ascent of human personality. But in order to begin our work, to tackle the ABC of the problem without reactionary moralizing or sentimental downheartedness, we must first make sure of the facts and begin to see clearly what is actually happening.

Gigantic events, as we said above, have descended on the family in its old shape, the war and the revolution. And following them came creeping slowly the underground mole – critical thought, the conscious study and evaluation of family relations and the forms of life. It was the mechanical force of great events combined with the critical force of the awakened mind that generated the destructive period in family relations that we are witnessing now. The Russian worker must now, after the conquest of power, make his first conscious steps towards culture in many departments of his life. Under the impulse of great collisions, his personality shakes off for the first time all traditional forms of life, all domestic habits, church practices, and relationships.

No wonder that, in the beginning, the protest of the individual, his revolt against the traditional past, is assuming anarchic, or to put it more crudely, dissolute forms. We have witnessed it in politics, in military affairs, in economics ; here anarchic individualism took on every form of extremism, partisanship, public-meeting rhetoric. And no wonder also that this process reacts in the most intimate and hence most painful way on family relationships. There the awakened personality, wanting to reorganize in a new way, removed from the old beaten tracks, resorts to “dissipation,” “wickedness,” and all the sins denounced in the Moscow conference.

The husband, torn away from his usual surroundings by mobilization, changed into a revolutionary citizen at the civic front. A momentous change. His outlook is wider, his spiritual aspirations higher and of a more complicated order. He is a different man. And then he returns to find everything there practically unchanged. The old harmony and understanding with the people at home in family relationship is gone. No new understanding arises. The mutual wondering changes into mutual discontent, then into ill will. The family is broken up.

The husband is a communist. He lives an active life, is engaged in social work, his mind grows, his personal life is absorbed by his work. But his wife is also a communist. She wants to join in social work, attend public meetings, work in the soviet or the union. Home life becomes practically nonexistent before they are aware of it, or the missing of home atmosphere re suits in continual collisions. Husband and wife disagree. The family is broken up.

The husband is a communist, the wife is nonparty. The husband is absorbed by his work ; the wife, as before, only looks after her home. Relations are “peaceful,” based, in fact, on customary estrangement But the husband’s committee – the communist “cell” – decrees that he should take away the icons hanging in his house. He is quite willing to obey, finding it but natural. For his wife it is a catastrophe. Just such a small occurrence exposes the abyss that separates the minds of husband and wife. Relations are spoiled. The family is broken up.

An old family. Ten to fifteen years of common life. The husband is a good worker, devoted to his family ; the wife lives also for her home, giving it all her energy. But just by chance she comes in touch with a communist women’s organization. A new world opens before her eyes. Her energy finds a new and wider object. The family is neglected. The husband is irritated. The wife is hurt in her newly awakened civic consciousness. The family is broken up.

Examples of such domestic tragedies, all leading to one end the breaking up of the family – could be multiplied endlessly. We have indicated the most typical cases. In all our examples the tragedy is due to a collision between communist and nonparty elements. But the breaking up of the family, that is to say, of the old-type family, is not confined to just the top of the class as the one most exposed to the influence of new conditions. The disintegrating movement in family relationships penetrates deeper. The communist vanguard merely passes sooner and more violently through what is inevitable for the class as a whole. The censorious attitude towards old conditions, the new claims upon the family, extend far beyond the border line between the communist and the working class as a whole.

The institution of civil marriage was already a heavy blow to the traditional consecrated family which lived a great deal for appearances. The less personal attachment there was in the old marriage ties, the greater was the binding power of the external forces, social traditions, and more particularly religious rites. The blow to the power of the church was also a blow to the family. Rites, deprived of binding significance and of state recognition, still remain in use through inertia, serving as one of the props to the tottering family. But when there is no inner bond within the family, when nothing but inertia keeps the family itself from complete collapse, then every push from outside is likely to shatter it to pieces, while, at the same time, it is a blow at the adherence to church rites. And pushes from the outside are infinitely more likely to come now than ever before. That is the reason why the family totters and fails to recover and then tumbles again. Life sits in judgment on its conditions and does it by the cruel and painful condemnation of the family. History fells the old wood – and the chips fly in the wind.

But is life evolving any elements of a new type of family ? Undoubtedly. We must only conceive clearly the nature of these elements and the process of their formation. As in other cases, we must separate the physical conditions from the psychological, the general from the individual. Psychologically the evolution of the new family, of new human relationships in general, for us means the advancement in culture of the working class, the development of the individual, a raising of the standard of his requirements and inner discipline. From this aspect, the revolution in itself has meant, of course, a big step forward, and the worst phenomena of the disintegrating family signify merely an expression, painful in form, of the awakening of the class and of the individual within the class. All our work relating to culture, the work we are doing and the work we ought to be doing, becomes, from this viewpoint, a preparation for new relationships and a new family. Without a raising of the standard of the culture of the individual working man and woman, there cannot be a new, higher type of family, for in this domain we can only, of course, speak of inner discipline and not of external compulsion. The force then of the inner discipline of the individual in the family is conditioned by the tenor of the inner life, the scope and value of the ties that unite husband and wife.

The physical preparations for the conditions of the new life and the new family, again, cannot fundamentally be separated from the general work of socialist construction. The workers’ state must become wealthier in order that it may be possible seriously to tackle the public education of children and the releasing of the family from the burden of the kitchen and the laundry. Socialization of family housekeeping and public education of children are unthinkable without a marked improvement in our economics as a whole. We need more socialist economic forms. Only under such conditions can we free the family from the functions and cares that now oppress and disintegrate it. Washing must be done by a public laundry, catering by a public restaurant, sewing by a public workshop. Children must be educated by good public teachers who have a real vocation for the work. Then the bond between husband and wife would be freed from everything external and accidental, and the one would cease to absorb the life of the other. Genuine equality would at last be established. The bond will depend on mutual attachment. And on that account particularly, it will acquire inner stability, not the same, of course, for everyone, but compulsory for no one.

Thus, the way to the new family is twofold : (a) the raising of the standard of culture and education of the working class and the individuals composing the class ; (b) an improvement in the material conditions of the class organized by the state. The two processes are intimately connected with one another.

The above statements do not, of course, imply that at a given moment in material betterment the family of the future will instantly step into its rights. No. A certain advance towards the new family is possible even now. It is true that the state cannot as yet undertake either the education of children or the establishment of public kitchens that would be an improvement on the family kitchen, or the establishment of public laundries where the clothes would not be torn or stolen. But this does not mean that the more enterprising and progressive families cannot group themselves even now into collective house keeping units. Experiments of this kind must, of course, be made carefully ; the technical equipment of the collective unit must answer to the interests and requirements of the group itself, and should give manifest advantages to every one of its members, even though they be modest at first.

“This task,” Comrade Semashko recently wrote of the necessity of reconstructing our family life, is best performed practically ; decrees and moralizing alone will have little effect. But an example, an illustration of a new form, will do more than a thousand excellent pamphlets. This practical propaganda is best conducted on the method surgeons in their practice call transplantation. When a big surface is bare of skin either as the result of wound or burn, and there is no hope that the skin will grow sufficiently to cover it, pieces of skin are cut off from healthy places of the body and attached in islets on the bare surface ; these islets adhere and grow until the whole surface is covered with skin.

The same thing happens in practical propaganda. When one factory or works adopts communist forms, other factories will follow. [N. Semashko, The Dead Holds on to the Living, Izvestia, no.81, April 14, 1923]

The experience of such collective family housekeeping units representing the first, still very incomplete approximations to a communist way of life, should be carefully studied and given attentive thought. The combination of private initiative with support by the state power – above all, by the local soviets and economic bodies – should have priority. The building of new houses – and, after all, we are going to build houses ! – must be regulated by the requirements of the family group communities. The first apparent and indisputable success in this direction, however slight and limited in extent, will inevitably arouse a desire in more widespread groups to organize their life on similar lines. For a thought-out scheme, initiated from above, the time is not yet ripe, either from the point of view of the material resources of the state or from that of the preparation of the proletariat itself. We can escape the deadlock at present only by the creation of model communities. The ground beneath our feet must be strengthened step by step ; there must be no rushing too far ahead or lapsing into bureaucratic fanciful experiments. At a given moment, the state will be able, with the help of local soviets, cooperative units, and so on, to socialize the work done, to widen and deepen it In this way the human family, in the words of Engels, will “jump from the realm of necessity to the realm of freedom.”

Source

Leon Trotsky

Family Relations Under the Soviets

(1932)

1. “Does the Soviet State turn men into robots ?”

Why ? I ask. The ideologists of the patriarchal system like Tolstoy or Ruskin, object that machine civilization turns the free peasant and craftsman into joyless automatons. In the last decades this charge has mostly been leveled against the industrial system of America (Taylorism, Fordism).

Shall we now, perhaps, hear from Chicago and Detroit the outcry against the soul destroying machine ? Why not return to stone hatchets and pile dwellings, why not go back to sheepskin coverings ? No ; we refuse to do that. In the field of mechanization the Soviet Republic is so far only a disciple of the United States and has no intention of stopping halfway.

But perhaps the question is aimed not at mechanical operation but at the distinctive features of the social order. Are not men becoming robots in the Soviet State because the machines are state property and not privately owned ? It is enough to ask the question clearly to show that it has no foundation.

There remains, finally, the question of the political regime, the hard dictatorship, the highest tension of all forces, the low standard of living of the population. There would be no sense in denying these facts. But they are the expression not so much of the new regime as of the fearful inheritance of backwardness.

The dictatorship will have to become softer and milder as the economic welfare of the country is raised. The present method of commanding human beings will give way to one of disposing over things. The road leads not to the robot but to man of a higher order.

2. “Is the Soviet State completely dominated by a small group in the Kremlin who exercise oligarchical powers under the guise of a dictatorship of the proletariat ?”

No, that is not so. The same class can rule with the help of different political systems and methods according to circumstances. So the bourgeoisie on its historical road carried through its rule under absolute monarchy, Bonapartism, parliamentary republic, and Fascist dictatorship. All these forms of rule retain a capitalist character in so far as the most important riches of the nation, the administration of the means of production, of the schools, and of the press, remain united in the hands of the bourgeoisie, and in so far as the laws, above all, protect bourgeois property.

The Soviet regime means the rule of the proletariat, irrespective of how broad the stratum in whose hands the power is immediately concentrated.

3. “Have the Soviets robbed childhood of joy and turned education into a system of Bolshevist propaganda ?”

The education of children has always and everywhere been connected with propaganda. The propaganda begins by instilling the advantages of a handkerchief over the fingers, and rises to the advantages of the Republican platform over the Democratic, or vice versa. Education in the spirit of religion is propaganda ; you will surely not refuse to admit that St. Paul was one of the greatest of propagandists.

The worldly education supplied by the French Republic is soaked with propaganda to the marrow. Its main idea is that all virtue is inherent in the French nation or, more accurately, in the ruling class of the French nation.

No one can possibly deny that the education of Soviet children, too, is propaganda. The only difference is that in bourgeois countries it is a question of injecting into the child respect for old institutions and ideas which are taken for granted. In the USSR it is a question of new ideas, and therefore the propaganda leaps to the eye. “Propaganda,” in the evil sense of the word, is the name that people usually give to the defense and spread of such ideas as do not please them.

In times of conservatism and stability the daily propaganda is not noticeable. In times of revolution, propaganda necessarily takes on a belligerent and aggressive character. When I returned to Moscow from Canada with my family early in May, 1917, my two boys studied at a “gymnasium” (roughly, high school) which was attended by the children of many politicians, including some ministers of the provisional government. In the whole gymnasium there were only two Bolsheviks, my sons, and a third sympathizer. In spite of the official rule, “the school must be free of politics,” my son barely twelve years old was unmercifully beaten up as a Bolshevik. After I was elected chairman of the Petrograd Soviet, my son was never called anything but Chairman and received a double beating. That was propaganda against Bolshevism.

Those parents and teachers who are devoted to the old society cry out against “propaganda.” If a state is to build a new society, can it do otherwise than begin with the school ?

“Does the Soviet propaganda rob childhood of joy ?” For what reason and in what manner ? Soviet children play, sing, dance, and cry like all other children. The unusual care of the Soviet regime for the child is admitted even by malevolent observers. Compared with the old regime, infant mortality has declined by half. It is true, Soviet children are told nothing about original sin and Paradise. In this sense one may say that the children are robbed of the joys of life after death. Being no expert in these matters, I dare not judge the extent of the loss. Still, the pains of this life take a certain precedence over the joys of the life to come. If children absorb the necessary quantity of calories, the abundance of their living forces will find reasons enough for joy.

Two years ago my five year old grandson came to me from Moscow. Although he knew nothing whatever about God, I could find no particularly sinful inclinations in him, except for the time when, with the help of some newspapers, he succeeded in sealing up hermetically the washbasin drainpipe. In order to have him mingle with other children on Prinkipo, we had to send him to a kindergarten conducted by Catholic nuns. The worthy sisters have nothing but praise for the morals of my now nearly seven year old atheist.

Thanks to this same grandchild, I have been able in the past year to make a fairly close acquaintance with Russian children’s books, those of the Soviets as well as of the émigrés. There is propaganda in both. Yet the Soviet books are incomparably fresher, more active, more full of life. The little man reads and listens to these books with the greatest pleasure. No, Soviet propaganda does not rob childhood of joy.

4. “Is Bolshevism deliberately destroying the family ?”

5. “Is Bolshevism subversive of all moral standards in sex ?”

6. “Is it true that bigamy and polygamy are not punishable under the Soviet system ?”

If one understands by “family” a compulsory union based on marriage contract, the blessing of the church, property rights, and the single passport, then Bolshevism has destroyed this policed family from the roots up.

If one understands by “family” the unbounded domination of parents over children, and absence of legal rights for the wife, then Bolshevism has, unfortunately, not yet completely destroyed this carry over of society’s old barbarism.

If one understands by “family” ideal monogamy, not in the legal but in the actual sense, then the Bolsheviks could not destroy what never was nor is on earth, barring fortunate exceptions.

There is absolutely no foundation for the statement that the Soviet law on marriage has been an incentive to polygamy and polyandry. Statistics of marriage relations, actual ones are not available, and cannot be. But even without columns of figures one can be sure that the Moscow index numbers of adulteries and shipwrecked marriages are not much different from the corresponding data for New York, London, or Paris—and who knows ?—are perhaps even lower.

Against prostitution there has been a strenuous and fairly successful struggle. This proves that the Soviets have no intention of tolerating that unbridled promiscuity which finds its most destructive and poisonous expression in prostitution.

A long and permanent marriage, based on mutual love and cooperation—that is the ideal standard. To this the influences of the school, of literature, and of public opinion in the Soviets tend. Freed from the chains of police and clergy, later also from those of economic necessity, the tie between man and woman will find its own way, determined by physiology, psychology, and care for the welfare of the race. The Soviet regime is still far from the solution of this as of other basic problems, but it has created serious prerequisites for their solution. In any case the problem of marriage has ceased to be a matter of uncritical tradition and the blind force of circumstance ; it has been posed as a task of collective reason.

Every year five and a half million children are born in the Soviet Union. The excess of births over deaths amounts to more than three million. Czarist Russia knew no such growth of population. This fact alone makes it impossible to speak of moral disintegration or of a lowering of the vital forces of the population of Russia.

7. “Is it true that incest is not regarded as a criminal offense ?”

I must admit that I have never taken an interest in this question from the standpoint of criminal prosecution, so that I could not answer without obtaining information as to what the Soviet law says about incest, or if it says anything at all. Still, I think the whole question belongs rather to the domain of pathology on the one hand, and education on the other, rather than that of criminology. Incest lessens the desirable qualities and the ability to survive of the race. For that very reason it is regarded by the great majority of healthy human beings as a violation of normal standards.

The aim of socialism is to bring reason not only into economic relations but also as much as possible into the biological functions of man. Today already the Soviet schools are making many efforts to enlighten the children as to the real needs of the human body and the human spirit. I have no reason to believe that the pathological cases of incest are more numerous in Russia than in other countries. At the same time, I am inclined to hold that precisely in this field judicial intervention can do more harm than good. I question, for example, that humanity would have been the gainer if British justice had sent Byron to jail.

8. “Is it true that a divorce may be had for the asking ?”

Of course it is true. It would have been more in place to ask another question : “Is it true that there are still countries where divorce cannot be obtained for the asking by either party to a marriage ?”

9. “Is it true that the Soviets have no respect for chastity in men and women ?

I think that in this field it is not respect but hypocrisy that has declined.

Is there any doubt, for example, that Ivar Kreuger, the match king, described as a dour ascetic in his lifetime, and as an irreconcilable enemy of the Soviet, more than once denounced the immorality of the Russian Komsomol boys and girls who did not seek the blessing of the church on their embraces ? Had it not been for the financial wreck, Kreuger would have gone to his grave not only as a just man on the Stock Exchange but also as a pillar of morality. But now the press reports that the number of women kept by Kreuger in various continents was several times the number of the chimneys of his match factories.

French, English, and American novels describe double and triple families not as an exception but as the rule. A very well informed young German observer, Klaus Mehnert, who recently had a book published on the Soviet youth, writes :

“It is true the young Russians are no paragons of virtue ... but morally they are certainly no lower than Germans of the same age.”

I believe that this is true. In New York, in February 1917 I observed one evening in a subway car about two dozen students and their girl friends. Although there were a number of people in the car who were not in their party, the conduct of these most vivacious couples was such that one could say at once : even if these young people believe in monogamy in principle, in practice they come to it by devious paths.

The abolition of the American dry law would by no means signify that the new administration was striving to encourage drunkenness. In the same way, the Soviet Government’s abolition of a number of laws which were supposed to protect the domestic hearth, chastity, etc., has nothing to do with any effort to destroy the permanence of the family or encourage promiscuity. It is simply a question of attaining, by raising the material and cultural level, something that cannot be attained by formal prohibition or lifeless preaching.

10. “Is the ultimate object of Bolshevism to reproduce the beehive or the ant stage in human life ?”

11. “In what respect does the ideal of Bolshevism differ from the state of civilization that would prevail on earth if insects had secured control ?”

Both questions are unfair to the insect as well as to man. Neither ants nor bees have to answer for such monstrosities as fill human history. On the other hand, no matter how bad human beings may be, they have possibilities which no insect can reach. It would not be difficult to prove that the task of the Soviets is precisely this to destroy the ant characteristics of human society.

The fact is, bees as well as ants have classes : some work or fight, others specialize in reproduction. Can one see in such a specialization of social functions the ideal of Bolshevism ? These are rather the characteristics of our present day civilization carried to the limit. Certain species of ants make slaves of brother ants of different color.

The Soviet system does not resemble this at all. The ants have not yet even produced their John Brown or Abraham Lincoln.

Benjamin Franklin described man as “the tool making animal.” This notable characterization is at the bottom of the Marxist interpretation of history. The artificial tool has released man from the animal kingdom and has given impetus to the work of the human intellect ; it has caused the changes from slavery to feudalism, capitalism, and the Soviet system.

The meaning of the question is clearly that a universal all embracing control must kill individuality. The evil of the Soviet system would then consist in its excessive control, would it not ? Yet a series of other questions, as we have seen, accuses the Soviets of refusal to bring under state control the most intimate fields of personal life, love, family, sex relations. The contradiction is perfectly evident.

The Soviets by no means make it their task to put under control the intellectual and the moral powers of man.

On the contrary, through control of economic life they want to free every human personality from the control of the market and its blind forces.

Ford organized automobile production on the conveyor system and thereby obtained an enormous output. The task of socialism, when one gets down to the principle of productive technique, is to organize the entire national and international economy on the conveyor system, on the basis of a plan and of an accurate proportionment of its parts. The conveyor principle, transferred from single factories to all factories and farms, must result in such an output performance that, compared with it, Ford’s achievement would look like a miserable handicraft shop alongside of Detroit. Once he has conquered nature, man will no longer have to earn his daily bread in the sweat of his brow. That is the prerequisite for the liberation of personality. As soon as three or four hours, let us say, of daily labor suffice to satisfy liberally all material wants, every man and woman will have twenty hours left over, free of all “control.” Questions of education, of perfecting the bodily and spiritual structure of man, will occupy the center of general attention. The philosophical and scientific schools, the opposing tendencies in literature, architecture, and art in general, will for the first time be of vital concern not merely to a top layer but to the whole mass of the population. Freed from the pressure of blind economic forces, the struggle of groups, tendencies, and schools will take on a profoundly ideal and unselfish character. In this atmosphere human personality will not dry up, but on the contrary for the first time will come to full bloom.

12. “Is it true that Sovietism teaches children not to respect their parents ?”

No ; in such a general form this assertion is a mere caricature. Still, it is true that rapid progress in the realms of technique, ideas, or manners generally diminishes the authority of the older generation, including that of parents. When professors lecture on the Darwinian theory, the authority of those parents who believe that Eve was made from Adam’s rib can only decline.

In the Soviet Union all conflicts are incomparably sharper and more painful. The mores of the Komsomols must inevitably collide with the authority of the parents who would still like to use their own good judgment in marrying off their sons and daughters. The Red Army man who has learned how to handle tractors and combines cannot acknowledge the technical authority of his father who works with a wooden plow.

To maintain his dignity, the father can no longer merely point with his hand to the icon and reinforce this gesture with a slap on the face. The parents must retort to spiritual weapons. The children who base themselves on the official authority of the school show themselves, however, to be the better armed. The injured amour propre of the parent often turns against the state. This usually happens in those families which are hostile to the new regime in its fundamental tasks. The majority of proletarian parents reconcile themselves to the loss of part of their parental authority the more readily as the state takes over the greater part of their parental cares. Still, there are conflicts of the generations even in these circles. Among the peasants they take on especial sharpness. Is this good or bad ? I think it is good. Otherwise there would be no going forward.

Permit me to point to my own experience. At seventeen I had to break away from home. My father had attempted to determine the course of my life. He told me, “Even in three hundred years the things you are aiming for will not come to pass.” And, at that, it was only a question of the overthrowing of the monarchy. Later my father understood the limits of his influence and my relations with my family were restored. After the October revolution he saw his mistake. “Your truth was stronger,” he said. Such examples were counted by the thousand, later on, by hundreds of thousands and millions. They characterize the critical upheaval of a period when “the bond of ages” goes to pieces.

13. “Is it true that Bolshevisim penalizes religion and outlaws religious worship ?”

This, deliberately deceptive assertion has been refuted a thousand times by completely indisputable facts, proofs, and testimony of witnesses. Why does it always come up anew ? Because the church considers itself persecuted when it is not supported by the budget and the police force and when its opponents are not subject to the reprisals of persecution. In many states the scientific criticism of religious faiths is considered a crime ; in others it is merely tolerated. The Soviet State acts otherwise. Far from considering religious worship a crime, it tolerates the existence of various religions, but at the same time openly supports materialist propaganda against religious belief. It is precisely this situation which the church interprets as religious persecution.

14. “Is it true that the Bolshevist State, while hostile to religion, nevertheless capitalizes the prejudices of the ignorant masses ? For instance, the Russians do not consider any saint truly acceptable to Heaven unless his body defies decomposition. Is that the reason why the Bolshevists preserve artificially the mummy of Lenin ?”

No ; this is a wholly incorrect interpretation, dictated by prejudice and hostility. I can make this statement all the more freely because from the very beginning, I have been a determined opponent of the embalming, mausoleum, and the rest, as was also Lenin’s widow, N.K. Krupskaya. There is no doubt whatever that if Lenin on his sick bed had thought for a moment that they would treat his corpse like that of a Pharaoh, he would have appealed in advance, with indignation, to the Party. I brought this objection forward as my main argument. The body of Lenin must not be used against the spirit of Lenin.

I also pointed to the fact that the “incorruptibility” of the embalmed corpse of Lenin might nourish religious superstitions. Krassin, who defended and apparently initiated the idea of the embalmment, objected : “On the contrary, what was a matter of miracle with the priests will become a matter of technology in our hands. Millions of people will have an idea of how the man looked who brought such great changes into the life of our country. With the help of science, we will satisfy this justifiable interest of the masses and at the same time explain to them the mystery of incorruptibility.”

Undeniably the erection of the mausoleum pursued a political aim : to strengthen the authority of the disciples eternally through the authority of the teacher. Still, there is no ground to see in this a capitalization of religious superstition. The mausoleum visitors are told that the credit for the preservation of the body from decomposition is due to chemistry.

Our answers absolutely do not attempt to gloss over the present situation in the Soviet Union, to underestimate the economic and cultural achievements, nor still less to represent socialism as a stage which has already been reached. The Soviet regime is and will remain for a long time a transitional regime, full of contradiction and extreme difficulties. Still, we must take the facts in the light of their development. The Soviet Union took over the inheritance of the Romanoff empire. For fifteen years it has lived surrounded by a hostile world.

The situation of a besieged fortress has given the dictatorship particularly crude forms. The policies of Japan are least of all calculated to develop in Russia a feeling of security ; but also the fact that the United States, which carried on war against the Soviets on Soviet territory, has not taken up diplomatic relations with Moscow to this very day, has had an enormous and, naturally, negative influence on the internal regime of the country. (Leon Trotsky wrote this article late in 1932, more than a year before US recognition of Russia. – Ed.)

source

La suite

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0