Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/36/d206324349/htdocs/site_org1G/config/ecran_securite.php on line 180
Quand le massacre du Bataclan dévoile les mensonges de l’Etat-Sentinelle - Matière et Révolution
English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 04 - HISTOIRE CONTEMPORAINE- CONTEMPORARY HISTORY > Quand le massacre du Bataclan dévoile les mensonges de l’Etat-Sentinelle

Quand le massacre du Bataclan dévoile les mensonges de l’Etat-Sentinelle

vendredi 8 juin 2018

Quand le massacre du Bataclan dévoile les mensonges de l’Etat-Sentinelle

Pour chacun à entendre les gouvernants qui en ont fait la publicité, l’opération militaire dite « Sentinelle » consistait à couvrir le territoire national de la France par des forces armées spécialisées dans l’intervention anti-terroriste dans ce que ces dirigeants politiques, président, premier ministre, ministre de l’Intérieur et ministre des armées appelaient la « guerre intérieure » avec un parallèle avec les interventions armées extérieures soi-disant contre le terrorisme. Au passage, relevons qu’on apprend aujourd’hui qu’un haut responsable de l’Etat islamique, coupable du premier grand massacre en Irak et ensuite dirigeant de toute une province d’Irak a été plusieurs années couvert par l’anti-terrorisme de la DGSI !!!

Eh bien, ceux qui disent que tout cela n’était qu’un mensonge, ce sont les porte-paroles de l’Etat et autres rapporteurs officiels sur l’ « affaire du Bataclan » : ils affirment que l’opération Sentinelle n’avait pas pour fonction d’intervenir de manière armée contre des attentats terroristes !!! Qu’est-ce que cela signifie ? Qu’ils n’étaient là que pour faire bien, pour la montre et pour la com, pour la pub des guerres extérieures du gouvernement, pour faire croire que la sécurité intérieure était assurée ? Et qu’ils devaient laisser faire les terroristes ?!!!

En tout cas, tous les défenseurs de la politique menée alors par le gouvernement français affirment que tout est parfaitement normal : l’armée française n’a pas le droit d’intervenir militairement sur le territoire national !!! Et pas plus une opération dite anti-terrorisme intérieur comme Sentinelle que le reste de l’armée !!

Ce qui est certain, c’est que les soldats de Sentinelle ont voulu intervenir contre les terroristes qui avaient depuis longtemps commencé à assassiner massivement les spectateurs de la salle du Bataclan à Paris et que le gouvernement, via le préfet, a interdit leur intervention pour sauver des vies au sein de la salle en proie à une boucherie !!!

Les victimes et leurs familles ont porté plainte contre X auprès de la Justice pour « non assistance à personne en danger », en réclamant qu’on leur explique pourquoi les huit soldats de Sentinelle, présents sur place et souhaitant intervenir, n’en ont pas eu le droit.

Mais ce n’est pas le seul point qui pose question dans cette « affaire »,, contrairement à ce que voudraient bien faire croire le gouvernement et les média !!! Ce n’est pas du tout le seul « dysfonctionnement » dans l’opération dite anti-terroriste du Bataclan, qui a consisté paradoxalement à permettre à l’opération terroriste de… durer le plus longtemps possible !!!

En effet, on n’a pas seulement interdit aux soldats de Sentinelle d’intervenir, on leur a aussi interdit de prêter une arme à un policier, présent sur place et sachant tout ce qui se passait dans la salle !!!

Et ce n’est pas encore fini : on a aussi écarté de l’intervention le policier qui, dès le début de l’acte terroriste, a réussi, seul, à entrer dans la salle et à tuer un terroriste !! On lui a dit qu’il aille se promener ailleurs et que c’est des forces spéciales anti-terroristes qui avaient seules le droit d’intervenir et qu’on attendait. Et il a fallu les attendre pendant vingt bonne minutes !!! Les minutes comptent quand à chacune d’elle une personne, piégée dans la salle se spectacle, est assassinée !!!

Et ce n’est encore pas tout !!! On n’a pas seulement perdu ces vingt minutes ! Il a encore fallu deux heures vingt à ces fameux spécialistes des interventions anti-terroristes et du contre-espionnage pour… tuer deux terroristes .

Vous avez bien lu : DEUX HEURES VINGT !!!!

Et ces forces armées anti-terroristes ne sont pas n’importe qui !!! Ce ne sont pas seulement des grands spécialistes des interventions, ce sont exactement les mêmes qui ont été mêlés dans l’intervention anti-teroriste si controversée face à Mohamed Merah, ceux qui ont ensuite caché à la Justice l’essentiel des enregistrements de Merah, allez savoir pourquoi, ce que Merah, embauché par la DGSI, pouvait dire de gênant sur elle ?!!!

Les média n’en parlent pas trop des vingt minutes d’attente inutile se rajoutant aux deux heures vingt pour neutraliser deux terroristes alors qu’un policier, seul, avait supprimé en une minute le troisième des terroristes !!!

En somme, les terroristes du Bataclan, qui va servir ensuite pour justifier les guerres extérieures de la France, sous prétexte d’antiterrorisme, ont pu aller jusqu’au bout de leur sale boulot, sans être trop dérangés par ces fameux spécialistes !!!!

Quand on sait que ces terroristes ont traversé plusieurs fois les frontières, sans être inquiétés, étaient même connus sans être pourchassés, on se demande, oui, on se demande si on ne prend pas les opinions publiques pour des crétins et des moutons bêlants !!!!

L’ensemble des grands attentats terroristes ont ainsi un parfum curieux en ce qui concerne la connaissance qu’avait l’anti-terrorisme, DGSI ou autres, de l’existence de ces gens dangereux.

En attendant, tout cela sert à monter une opinion publique raciste, anti-Musulmans, comme si les Musulmans n’étaient pas les victimes de loin les plus nombreuses du terrorisme prétendument islamique, de faire monter le fascisme, contre toute la population !

Bataclan : aucune leçon ne sera tirée par les classes dirigeantes puisque ce sont elles qui sont responsables

Le gouvernement ne combat pas les attentats, il les utilise !

Des failles ou la politique de l’Etat français ?

Les bandes armées terroristes de la contre-révolution sèment la mort, la peur et la haine. Pourquoi ?

Lire encore

Lire toujours

Lire enfin

1 Message

  • Le soir des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, huit soldats de l’opération « Sentinelle » sont arrivés peu après 22 heures aux abords du Bataclan, où se déroulait la prise d’otages. Ils se sont positionnés près des policiers de la brigade anticriminalité (BAC) du Val-de-Marne, arrivés les premiers mais sous-équipés, et qui se faisaient tirer dessus par les terroristes. Les militaires ne sont pas intervenus. Les policiers leur ont alors demandé de leur prêter leur fusil d’assaut Famas ; ce que les soldats ont refusé de faire.

    Un brigadier-chef de la police appelé sur place ce soir-là a affirmé qu’il avait demandé l’autorisation d’engager ces hommes. Mais la préfecture de police, qui a autorité sur le dispositif « Sentinelle », lui a répondu : « Négatif, vous n’engagez pas les militaires, on n’est pas en zone de guerre. » Contactée, la préfecture de police « ne souhaite pas commenter, puisqu’une enquête est en cours ».

    De son côté, le général Bruno Le Ray a affirmé à la commission d’enquête qu’il n’avait « jamais reçu de demande d’autorisation » de la préfecture de police pour entrer dans le Bataclan. Il a ajouté que si cela avait été le cas, « il l’aurait refusée, faute de plan d’action prédéfini », détaille le rapport.

    Le porte-parole du gouverneur militaire de Paris, Guillaume Trohel, explique : « La situation était très confuse, ce soir-là. Avant de donner une mission à quelqu’un, il faut savoir ce qu’il se passe ! On ne peut pas envoyer une unité à l’aveugle. » Les militaires auraient-ils pu prendre l’initiative d’eux-mêmes ? « Ce n’est pas le sujet, dit-il. On peut le faire dans le cadre de la légitime défense, mais pas dans ce contexte, car il y avait déjà tout un dispositif de sécurité mis en place. »

    Il est clair... que l’attitude des autorités n’a rien eu de clair !!!

    Répondre à ce message

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0