Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/36/d206324349/htdocs/site_org1G/config/ecran_securite.php on line 180
La reine d'Angleterre peut-elle être accusée d'avoir manigancé l'assassinat de Lady Di ? - Matière et Révolution
English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 0 - PREFACE > La reine d’Angleterre peut-elle être accusée d’avoir manigancé l’assassinat de (...)

La reine d’Angleterre peut-elle être accusée d’avoir manigancé l’assassinat de Lady Di ?

lundi 19 août 2013

Bien entendu, la réponse de l’Etat anglais est certainement : non, mille fois non ! Aucun crime de la royauté ne sera jamais examiné ni jugé, bien entendu. On ne scie pas soi-même la branche sur laquelle on est assis !

Cependant, il est plus que probable que l’accusation mériterait examen et enquête et qu’elle n’aura jamais lieu...

Samedi en fin d’après-midi, la police britannique a indiqué dans un communiqué "examiner des informations qui lui ont été récemment communiquées concernant ces décès et évaluer leur pertinence et leur crédibilité". "L’évaluation sera effectuée par des enquêteurs spécialisés de la police criminelle", a ajouté Scotland Yard, dans un communiqué, sans révéler le moindre élément sur la nature de ces informations.

Selon les médias britanniques, citant une source militaire, ces informations auraient été transmises à Scotland Yard par la police militaire royale. Selon le Daily Telegraph, elles auraient fait surface à l’occasion du récent procès de Danny Nightingale, un tireur des SAS (Special Air Services), les troupes d’élite de l’armée britannique, reconnu coupable de possession illégale d’armes.

L’une des informations affirmerait, selon le journal, que cette unité d’élite de l’armée "est responsable de la mort de la princesse Diana". Ces informations ont été fournies par les beaux-parents d’un soldat du SAS, baptisé "soldat N", qui a été un témoin-clé dans le procès de son camarade. Il a été également reconnu coupable de possession illégale d’armes.

Ses beaux-parents ont écrit au commandant du SAS en affirmant que le militaire avait confié à son ex-femme que son unité avait "organisé" la mort de la princesse, affirme le quotidien. L’opération aurait ensuite été "dissimulée", aurait-il dit.

La police, qui ne s’exprime pas sur la nature de ces informations, a insisté sur le fait qu’il n’y avait pas pour l’heure "de réouverture de l’enquête", soulignant également que ces informations ne relevaient pas de "l’opération Paget". Celle-ci était le nom donné à l’enquête de la police sur les théories du complot qui s’étaient multipliées à propos de cet accident de voiture. L’enquête avait conclu que toutes ces théories étaient sans fondement.

Les princes William et Harry, fils de Diana, ainsi que Clarence House, les services du Prince Charles, n’ont aucun commentaire, a indiqué un porte-parole de la famille royale. Même réponse du ministère britannique de la Défense. Un porte-parole de Mohamed Al-Fayed a également dit que celui-ci n’avait pas de déclaration à faire mais sera "intéressé de voir les résultats" de l’étude de ces informations.

Ce rebondissement intervient à quelques jours du 16e anniversaire de la mort de la princesse, de Dodi Al-Fayed et de leur chauffeur Henri Paul, tués le 31 août 1997 dans un accident de voiture dans le tunnel, sous le pont de l’Alma à Paris. Le garde du corps du couple, Trevor Rees-Jones était le seul à avoir survécu à l’accident.

Les enquêtes menées par les polices française et britannique avaient conclu que l’accident de voiture était dû à l’état d’ivresse du chauffeur, Henri Paul, qui conduisait trop vite, afin d’échapper à des paparazzi dans les rues de Paris.

Après une enquête judiciaire de six mois, les jurés de la Haute cour de Londres chargés de se prononcer sur les causes de la mort du couple avaient également conclu en avril 2008 à un accident dû à la conduite "extrêmement négligente" de leur chauffeur Henri Paul.

Mohamed Al-Fayed, le père milliardaire de Dodi et ancien propriétaire du magasin de luxe Harrods, a soutenu pendant des années que le couple avait été tué dans le cadre d’un complot ourdi par le prince Philip, époux de la reine Elizabeth, et mis en oeuvre par les services secrets britanniques, pour éviter que Diana, mère d’un futur roi d’Angleterre, n’épouse un musulman.

Diana, décédée à 36 ans, avait épousé le prince Charles en 1981. Il se sont séparés en 1992 avant de divorcer en 1996. Les dernières années de la vie de la princesse Diana ont fait l’objet d’un film qui sort en Grande-Bretagne en septembre, avec l’actrice britano-australienne Naomi Watts dans le rôle titre.

3 Messages de forum

  • Un Britannique sur quatre continue pourtant de croire à la thèse de Mohammed Al-Fayed d’un assassinat perpétré par les Windsor. En 2003, Paul Burrel, l’ex-majordome de Diana, faisait état d’une lettre qu’elle lui avait adressée dix mois avant sa mort, dans laquelle elle exprimait sa crainte d’être victime d’un assassinat camouflé en accident.

    Répondre à ce message

  • Pourquoi a-t-il fallu une heure quarante pour conduire la princesse à l’hôpital ? Pourquoi certains photographes n’ont-ils pas restitué les photos prises sur place ? Pourquoi y a-t-il eu un cambriolage cette nuit-là au domicile londonien d’un des paparazzi ? Pourquoi les caméras de télévision en circuit fermé de ce quartier de Paris n’ont-elles pas produit une seule image ? Pourquoi les caméras de contrôle de la circulation n’étaient-elles pas branchées ? Pourquoi le théâtre de l’accident, au lieu d’être isolé, a-t-il été rouvert à la circulation au bout de quelques heures ? Pourquoi, parmi les paparazzis massés à l’extérieur du Ritz, y en avait-il un dont l’équipement était celui d’un photographe d’actualités ?

    Répondre à ce message

  • « Quelqu’un a dû graisser ses freins », lance la Reine en réaction à l’accident de Lady Di. Dans un article pour le Daily mail, la biographe de la famille royale Ingrid Seward, auteure du livre The Queen’s speech : An intimate portrait of the Queen in her own words (Un portrait intime de la Reine dans ses propres mots), révèle l’étonnement de la reine devant les premières informations concernant l’accident, avant d’avoir connaissance de la mort de Lady Diana.

    Répondre à ce message

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0