Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/36/d206324349/htdocs/site_org1G/config/ecran_securite.php on line 180
Qui est mort dans la deuxième guerre mondiale ? - Matière et Révolution
English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 04 - HISTOIRE CONTEMPORAINE- CONTEMPORARY HISTORY > 02- La deuxième guerre mondiale et l’alliance impérialisme/stalinisme contre (...) > Qui est mort dans la deuxième guerre mondiale ?

Qui est mort dans la deuxième guerre mondiale ?

dimanche 8 juillet 2018, par Robert Paris

Les morts de la deuxième guerre mondiale dévoilent la réalité de celle-ci et ses gros mensonges

Avertissement : même si cet article analyse la deuxième guerre mondiale en se fondant sur les peuples qui ont le plus été assassinés dans cette guerre, cela ne signifie nullement que nous développions un culte des morts ni un culte des martyrs, que nous fassions de la guerre mondiale inter-impérialiste un vaste sacrifice soi-disant pour la liberté, soi-disant contre le fascisme, dans lequel il y aurait un concours pour prouver qu’on est le peuple qui a le plus souffert, qui s’est le plus sacrifié.

Dans le « camp occidental », le plus gros mensonge est celui-ci : « Les Etats-Unis se sont sacrifiés pour se porter au secours de l’Europe frappée par le nazisme » ! Et pourtant ce mensonge est tellement colporté par tous, média, classes dirigeantes et hommes politiques, qu’il est pris comme une vérité première. Comme on va le voir ce mensonge, comme bien d’autres, est cassé par la statistique des morts de la guerre.

Remarquons que d’autres diraient que c’est la Grande Bretagne qui s’est sacrifiée pour faire obstacle au fascisme allemand en Europe. Au moins historiquement, cela ressemblerait moins à un gros mensonge puisque l’Angleterre est dès le début en guerre avec l’Allemagne d’Hitler, ce qui n’est pas du tout le cas des Etats-Unis…

D’ailleurs, les USA sont entrés en guerre du fait du Japon et dans le Pacifique et pas du fait d’Hitler et en Europe.

Non seulement, les Etats-Unis ne se sont pas « portés au secours de l’Europe » face au fascisme mais ils ont commencé à se positionner de manière égale entre les belligérants, poursuivant leurs livraisons énergétiques et industrielles à l’Allemagne d’Hitler et hésitant sur le choix du camp à soutenir, laissant l’Europe s’affaiblir. Ils n’ont pris parti dans la guerre qu’à partir du moment où l’engagement du Japon les menaçait directement dans le Pacifique.

D’ailleurs, l’essentiel des morts américains de la guerre mondiale proviennent des batailles du Pacifique (mal nommé !) contre les forces japonaises. Mais il faut dire aussi que, même si les Européens l’ont vite oublié, l’essentiel des morts de la guerre ont eu lieu en Asie.

Si on demandait au grand public quelles sont les nations qui ont eu le plus de morts, bien des gens répondraient : les Européens, ou encore les Américains puis les Russes.

C’est complètement faux. Ce sont les Russes et de très loin qui ont eu le plus de morts dans la deuxième guerre mondiale.

Vingt-trois millions de morts étaient Russes, sur soixante-deux millions de morts dans la population mondiale.

Le pays suivant en nombre de victimes est… la Chine avec plus quinze millions de morts !!!

Seulement ensuite viennent l’Allemagne et la Pologne avec sept millions et cinq millions de morts, seulement pourrait-on dire… Puis l’Indonésie (eh oui !) avec quatre millions de victimes (un chiffre énorme par rapport à la population). D’autant plus énorme que ce chiffre de victimes est exclusivement celui des victimes civiles, C’est exactement la même situation en Indochine française avec un million de victimes exclusivement civiles et sans compter la guerre coloniale qui suit immédiatement après la guerre mondiale. contrairement à tous les autres pays. En Indochine aussi, le nombre de morts est considérable par rapport à la population ! Puis vient le Japon avec deux millions et demi de victimes de la guerre. Les nations asiatiques sont particulièrement frappées par la guerre mondiale. L’Asie a subi un véritable massacre… Notons, d’ailleurs, que les USA ont eu beaucoup plus de victimes en Asie que nulle part ailleurs, et surtout en Europe où ils ne sont intervenus que complètement à la fin, par des débarquements.

Il convient de remarquer que la deuxième guerre mondiale a fait beaucoup plus de victimes civiles que militaires : vingt cinq millions de victimes militaires contre quarante trois millions de victimes civiles, dont six millions de victimes du génocide.

C’est très différent de la première guerre mondiale qui a fait beaucoup moins de victimes civiles et qui n’a presque pas connu de bombardements massifs de populations civiles. Cela provient du fait que tous les belligérants estimaient d’abord et avant tout être menacés par les populations civiles, par la révolution sociale. C’était l’un des enseignements de la première guerre mondiale. Et il a amené les grandes puissances à raser massivement les villes, et tout particulièrement les quartiers ouvriers de celles-ci. Là aussi les statistiques des victimes sont parlantes !

Il y a bien d’autres enseignements à tirer des statistiques des morts et c’est sur le terrain social. En effet, les classes sociales n’ont pas toutes le même prix à payer. Ce sont les prolétaires des villes qui sont particulièrement ciblés que ce soit en Europe ou au Japon. Les bombardements massifs ont été clairement destinés aux prolétaires. C’est seulement du côté russe, chinois que les paysans sont aussi très frappés. La raison en est que les victimes de ces deux pays sont autant civiles que militaires.

Les premiers massacres de la guerre mondiale ont eu lieu contre des révolutions ou des menaces révolutionnaires. En fait partie l’intervention militaire allemande contre la révolution espagnole. En fait aussi partie le génocide des Juifs en Europe de l’Est, le nazisme ayant toujours considéré que la menace révolutionnaire que représentait la population juive lors de la vague révolutionnaire en Europe persistait dans les années 1930. En fait également partie le massacre des Chinois par les Japonais (déjà 300.000 victimes dans les premiers jours de l’occupation militaire), notamment en 1937, la révolution chinoise de 1927 étant encore très proche…

L’écrasement des pays de l’Est par l’Allemagne fait partie de l’éradication des risques révolutionnaires en Europe mais le principal est l’écrasement du peuple travailleur de Russie. C’est un véritable massacre que réalise l’Allemagne nazie en Pologne, en Hongrie, en Ukraine puis en Russie, tous des pays qui avaient participé à la vague révolutionnaire prolétarienne en Europe après la première guerre mondiale. Et là, les statistiques des morts sont proportionnées à la menace révolutionnaire qu’avaient représentée ces pays pour les classes possédantes du monde. Il s’agissait de faire un massacre pour effacer des mémoires ces révolutions sociales du passé, comme pour le massacre après de la Commune de Paris ou après la révolution espagnole et l’effet a été très réussi : le bain de sang a effacé les espoirs révolutionnaires et même les masses révolutionnaires prolétariennes en leur ôtant la vie !

Le fascisme, c’est la contre-révolution sociale et pas seulement la négation de la démocratie

Le nombre considérable des victimes russes de l’Allemagne nazie, bien plus grand que celui des victimes juives (vingt trois millions de Russes pour cinq millions de Juifs), rappelle que la révolution russe était l’ennemi mortel, même si Staline était un allié des classes possédantes, allemandes comme anti-allemandes. Les camps de prisonniers soviétiques n’ont pas été moins des camps de la mort que les camps juifs : sur 5,7 millions de prisonniers russes, plus de 60% sont morts en camp ! Cependant, en Occident, on se garde bien de dire que le peuple russe s’est sacrifié pour sauver l’Europe du fascisme !!! D’ailleurs comment pourrait-on expliquer que la Russie stalinienne, imposant une dictature de type quasi fasciste, aurait lancé une lutte contre… le fascisme auquel le stalinisme s’était allié peu de temps avant, provoquant même par cette alliance l’écrasement de la Pologne et le lancement de la guerre mondiale ?!!! Cela casserait encore plus le mythe de la « guerre contre le fascisme » !!!! Ce mythe est cassé aussi par le fait que les mêmes pays démocratiques occidentaux sont restés tout au long de la guerre « antifasciste » des soutiens de multiples dictatures fascistes (Espagne, Portugal, pays d’Amérique latine, d’Asie, etc.)

La population qui a eu le plus de victimes par rapport aux chiffres de sa population est celle de Pologne qui a cumulé les victimes juives, tziganes et les victimes prolétariennes des villes et campagnes. Là encore, le sacrifice ne signifie pas qu’on se soit battus pour sauver l’Europe !

En tout cas, par rapport aux plus importants chiffres de morts, le « sacrifice » américain devient très relatif : quatre cents mille militaires morts sur un total mondial de vingt-cinq millions, soit… 1,6%. Le sacrifice est modeste… Et son motif n’est nullement le combat contre le fascisme !

Si on compare ce chiffre au total des morts de la deuxième guerre mondial, c’est encore plus modeste : quatre cents mille morts sur soixante deux millions, soit 0,6% des victimes ! Les Etats-Unis sont sortis grand vainqueur de la guerre mondiale et plus dominants que jamais car ils ne se sont absolument pas sacrifiés et ont sacrifié le reste du monde !!! Le nombre de morts américains est une goutte d’eau dans la mer par rapport au nombre de morts Russes, asiatiques, polonais ou Juifs.

En fait, la plupart des morts ne se sont pas du tout sacrifiés : ils ont été sacrifiés par les deux camps, de manière aussi barbare des deux bords, la plupart dans des massacres de masse des civils qui n’avaient aucun réel but militaire mais le seul but de terroriser les masses populaires et de les saigner à blanc pour leur ôter toute capacité de mener des luttes révolutionnaires. Cela témoigne du fait que c’étaient les classes possédantes du monde qui étaient terrorisées par la situation de crise mondiale et qu’elles soignaient leur peur par la politique de la terreur. C’est une leçon qui nous concerne directement aujourd’hui que la crise historique du capitalisme amène celui-ci au bord du gouffre et les peuples aussi.

Oui, c’est bel et bien contre la révolution que les impérialismes lancent des grands massacres mondiaux. Leurs bains de sang ne sont pas simplement « des folies », ils ont un but. Ils visent à baigner dans le sang les peuples travailleurs qui menacent leur domination de la révolution sociale. Déjà, les massacres d’Ukraine et de Syrie ont ce but.

Le fascisme allemand visait à éradiquer la révolution allemande mais aussi la révolution russe d’Octobre. Il a pactisé, pour cela, avec le stalinisme qui n’est nullement la suite de la révolution prolétarienne mais son pire ennemi mortel. En écrasant conjointement la Pologne, stalinisme et fascisme ont montré une convergence vers le massacre de masse. C’est dès les premiers jours de l’occupation de la Pologne que des deux côtés des commandos de massacre ont été envoyés pour « nettoyer » la population de ses juifs, de ses résistants, de ses prolétaires. Là aussi les chiffres des victimes témoignent de ce grand assassinat de masse. Ensuite, Staline a tellement convergé avec Hitler qu’il a désarmé le pays, fait arrêter toute la direction de l’armée, puis laissé les troupes allemandes occuper plus de la moitié du pays, faisant un massacre de tout ce qu’il y avait de révolutionnaire dans la Russie encore marquée par Octobre 1917. C’est au cours de la guerre que le caractère de classe de l’Etat russe a complètement et brutalement changé : on est passé de l’Etat stalinien mais ouvrier dégénéré à l’Etat russe, nationaliste et bourgeois. Et c’est une victoire non seulement due aux massacres réalisés par l’Allemagne contre l’ancien Etat ouvrier mais aussi à la guerre menée par le nouvel Etat russe qui a « soudé la nation ». Le grand nombre de morts russes s’explique par la nécessité d’éradiquer la Révolution d’Octobre autant que la violence du fascisme allemand s’explique par la nécessité d’éradiquer la menace prolétarienne en Allemagne. Les morts parlent…

Fascisme et stalinisme

Hitler et Staline étoiles jumelles

La deuxième guerre mondiale était-elle un combat des démocraties contre le fascisme ?

Les vrais buts de la deuxième guerre mondiale

Qu’est-ce que la pacte germano-soviétique d’août 1939 ?

Le stalinisme s’allie avec l’impérialisme pour combattre la révolution prolétarienne

L’alliance internationale contre la révolution

La raison du génocide juif par les nazis

Guerre contre révolution

Les bombardements « alliés » contre la classe ouvrière

Hiroshima et Nagasaki : contre la révolution prolétarienne

Débarquement de juin 1944 : Massacres et manipulations capitalistes

Quand le fascisme était anglo-américain

Quand l’armée américaine soi-disant « en guerre contre le fascisme » organisait aux USA des camps nazis pour prisonniers de guerre allemands…

Guerre et révolution - D’où viennent les guerres, les guerres mondiales, les fascismes et les terrorismes ? De la lutte entre forces bourgeoises ou de la lutte des classes entre le prolétariat et la bourgeoisie ?

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0